TEST: 3715

Vilato à la Casa Natal, la création artistique du neveu de l’icône de Malaga

Par Bernard Frontero | Publié le 09/11/2021 à 18:03 | Mis à jour le 10/11/2021 à 12:05
Photo : La Fuite avec le Chien. VEGAP Madrid 2021
Vilato La Fuite avec le Chien

L'exposition “Vilató. 100 œuvres pour un centenaire” montre la création artistique et le style personnel de Javier Vilató (Barcelone 1921 - Paris 1999), neveu de Picasso, fils de sa sœur Lola, un artiste reconnu sur la scène artistique nationale et internationale. 

Ce 11 novembre, à l’occasion du centenaire de sa naissance, des expositions sont organisées au Centre Pompidou de Malaga, au Museo del Grabado Español Contemporáneo (Marbella), au Museu Picasso (Barcelone) et à la Sala de Exposiciones del Ayuntamiento de Almoradí (Alicante).

Vilato Casa Natal Picasso

 

Une exposition à la Casa Natal et au Centre Pompidou de Malaga

Cette nouvelle exposition temporaire, au Museo Casa Natal Picasso (Musée de la Maison Natale de Picasso), est composée de 70 oeuvres (61 œuvres - 58 toiles et 3 sculptures) jusqu'au 20 mars 2022. Au Centre Pompidou Málaga sont présentées 9 oeuvres (8 toiles et 1 sculpture) jusqu'en février prochain. 

Vilató est un artiste de grande renommée, comme en témoignent sa carrière et les nombreuses expositions individuelles et collectives auxquelles il a participé tout au long de sa vie. Il est d’ailleurs présent dans l'exposition De Miró à Barceló. Un siècle d'art espagnol au Centre Pompidou Malaga avec l'œuvre Portrait de Germaine (1957). 

 

Vilato Casa Natal Picasso

 

Vilato-Picasso, une relation de toute une vie

L'intérêt de Vilató pour l'art et sa capacité à créer se sont manifestés dès son plus jeune âge. En même temps, sa relation avec Pablo Picasso, son oncle, s'est renforcée au fil des ans. Vilató lui a envoyé des dessins et un lien étroit s'est créé entre eux, en tant que confidents et complices. Ce lien affectif s'est renforcé au moment où la guerre civile a éclaté. La défaite républicaine l'emmène, lui et son frère José Fin, dans un camp de concentration français. Tous deux ont été sauvés par Picasso, qui les a introduits dans les cercles artistiques de Paris, les mettant en contact non seulement avec l'œuvre de leur oncle mais aussi avec celle de leurs contemporains. 

Pendant cette période dans la capitale artistique mondiale, l'œuvre de Vilató a été influencée par le cubisme de Picasso, mais aussi par Juan Gris et d'autres artistes comme l'Uruguayen Joaquín Torres García. (Nature morte au verre et à la bouteille, 1939).

 

Vilato Casa Natal Picasso

 

Vilato s’installe à Paris, sa célébrité s’affirme

Ils sont retournés à Barcelone pendant la Seconde Guerre mondiale, où lui et son frère ont continué à travailler, notamment dans le domaine de la gravure. 

En 1946, Vilató s'installe définitivement à Paris et commence à développer une carrière artistique multidisciplinaire, allant de la peinture à la sculpture, de l'illustration de livres à la gravure. Ses thèmes traitent de choses simples et quotidiennes, comme la toile La fuite avec le chien (1964-1965), qui représente une petite fille courant pieds nus avec un chien, selon une technique pointilliste. Les scènes intimes, comme La chambre (1957), qui montre une femme nue se regardant dans le miroir d'une armoire, coïncident également avec une période de stabilité émotionnelle. 

Dans la dernière phase de sa vie, il s'intéresse plus activement à la sculpture et crée quelques pièces dans un style primitiviste (Don Tancredo, 1997). Son travail est présent dans les plus importants musées, collections et galeries de la scène artistique internationale.

 

Nature morte. L'œuvre de Vilató et de Picasso

L'union entre les deux artistes se matérialise dans l'œuvre Nature morte (1946). À plusieurs reprises, l'artiste-icône de Malaga a réalisé des œuvres en collaboration avec d'autres personnes. Citons, par exemple, les oeuvres réalisées avec Max Jacob, Georges Braque, André Verdet, Françoise Gilot et Javier Vilató. Dans cette dernière, le contexte historique situe Vilató dans son premier séjour à Paris, séjour interrompu par le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, qui ramène Vilató et son frère en Espagne. Heureusement, en 1946, ils ont tous deux reçu une bourse de l'Institut français, qui leur permet de retourner à Paris.

 

Nature morte Vilato Picasso

 

Picasso et Vilató ont peint cette toile, dont le résultat rappelle à la fois l'œuvre de l’icône de Malaga et celle de son neveu. Tous deux évitent les thèmes grandioses et grandiloquents et préfèrent dessiner ce qui est tangible et autour d'eux. Cette nature morte représente une coupe de fruits avec sept morceaux de différentes teintes, qui rappellent davantage le pinceau de Vilató que celui de Picasso, à l'exception de l'image à droite du tableau, dans laquelle on peut voir une cruche dont les formes sont pleinement de style Picasso.

 

Des événements sont organisés ce 11 novembre pour le centenaire de Vilato

Au musée de la maison natale

 Entrée gratuite à l'exposition temporaire ce 11 novembre de 9 h 30 à 20 h.

 Visites guidées spéciales de l'exposition Vilató. 100 œuvres pour un centenaire, à 12h00 et 18h00

 Au Centre Pompidou de Malaga 

Visites guidées spéciales des pièces artistiques exposées dans cet espace ce 11 novembre à 12h30 et 18h00

Un colloque international

Un Colloque sur Vilató par Pilar Vélez, Tomás Paredes et Xavier est organisé le vendredi 19 novembre à 20h, entrée gratuite

Lieu : Salle de réunion de la Casa Natal, place de La Merced

bernard frontero

Bernard Frontero

Directeur de l’édition LePetitJournal.com/Andalousie. Ayant collaboré avec la presse francophone au cours de 25 passionnantes et dynamiques années en assurant la direction de centres culturels français à travers le monde
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Andalousie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bernard Frontero

Rédacteur en chef de l'éditon Andalousie.

À lire sur votre édition locale