TEST: 3715

Voyage à travers la vie de Julio González au Centre Pompidou Malaga

Par lepetitjournal.com Andalousie | Publié le 26/05/2021 à 18:31 | Mis à jour le 26/05/2021 à 18:31
Photo : JULIO GONZÁLEZ, autoportrait, 1914-1918. © CENTRE POMPIDOU, MNAM-CCI/PHILIPPE MIGEAT/DIST. RMN-GP. © JULIO GONZÁLEZ, VEGAP, MÁLAGA, 2021
Autoportrait Julio González

La nouvelle exposition temporaire “Julio González” au Centre Pompidou Málaga fait voyager les visiteurs à travers la vie et les principales œuvres de l'artiste catalan, plus de cinquante pièces artistiques (33 dessins et 18 sculptures), les premières œuvres réalisées par Julio González (Barcelone, 1876 ; Arcueil, 1942) à Paris, en passant par le fer forgé qui a occupé une grande partie de sa production artistique dans les années 1930, jusqu'à ses derniers autoportraits.

Un voyage à travers l’orfèvrerie du XXe siècle

Déjà présentes dans la collection semi-permanente “De Miró à Barceló. Un siècle d'art espagnol”, ses œuvres sont considérées comme une clé pour comprendre les œuvres sculpturales réalisées en fer tout au long du XXe siècle par des artistes d'avant-garde et contemporains. 

Dans ce voyage à travers la carrière de Julio González, nous pourrons voir les principales étapes de

Julio González Centre Pompidou Malaga
Julio González, Etude pour l’Ange Nº 17 

sa vie, principalement consacrées à l'orfèvrerie : les nus classicistes et les portraits figuratifs en cuivre des premières décennies du XXe siècle ; les reliefs sculptés et les premières sculptures en fer forgé et soudé.

Dans les années trente, ses œuvres matérialisent et approfondissent le concept de dessin dans l'espace, ce qui se remarque surtout lors de sa collaboration avec Picasso entre 1928 et 1932.

L'exposition est divisée en 6 sections : Premiers travaux. Masques en métal gaufré ; reliefs découpés. Premières sculptures en fer ; L'artiste du vide ; L'ange, l'insecte, le danseur ; L'œuvre métamorphique et Derniers autoportraits.

 

 

Les premiers travaux. Masques en métal gaufré

JULIO GONZÁLEZ, Centre Pompidou Malaga
Julio González, Masque découpé de Pilar au soleil, 1929

Julio González a réalisé ses premiers portraits sculptés en utilisant la technique du cuivre repoussé, profitant de la malléabilité du métal pour les mouler. Les traits, martelés, sont percutants. Les visages des modèles, qui sont généralement ses propres sœurs Lola et Pilar, sont comme absorbés dans leur for intérieur. La patine sombre du métal accentue la mélancolie, d'essence symboliste, des physionomies.

 

Reliefs découpés. Premières sculptures en fer

Dans les années 1920, un nouveau langage sculptural émerge. Les silhouettes découpées ont été affinées, devenues plus schématiques. Les plaques de fer ont été découpées comme du carton pour construire des formes en léger relief. L'œuvre Masque de Pilar au soleil est constituée de plans de fer superposés. L’apparence est suggérée par l'assemblage de deux feuilles de métal, l'une servant de dos et l'autre de face. La schématisation des traits, résumée par un simple volume courbe, frise l'abstraction.

L'artiste du vide

JULIO GONZÁLEZ, FEMME SE COIFFANT I (MUJER PEINÁNDOSE I), 1931. © CENTRE POMPIDOU, Malaga
Femme se coiffant I (MUJER PEINÁNDOSE I), 1931©JULIO GONZÁLEZ, VEGAP, MÁLAGA, 2021.

Avec la série de sculptures linéaires forgées dans les années 1930, Gonzalez invente un mode d'expression propre au métal. L'utilisation de tiges de fer forgé et soudé génère des motifs géométriques comme un "dessin dans l'espace".

Ce concept, sera renforcé par sa collaboration avec Pablo Picasso entre 1928 et 1932, comme il l’explique dans son essai “Picasso escultor y las catedrales” (1931-1932, archives de l'Institut Valencià d'Art Moderne).

Cet art prend forme dans la sculpture Femme se coiffant I de 1931, dont la structure est soutenue par des tiges à plans vides et des plaques pleines qui assurent sa volumétrie.

 

 

L'ange, l'insecte et la ballerine

JULIO GONZÁLEZ, Centre Pompidou Malaga
L’ange, L’insecte, la Danseuse © Julio González, VEGAP, Malaga, 2021.

Le thème de la danse, si fréquent dans l'œuvre de González, se prête à l'étude du mouvement, comme en témoigne sa série de dessins préparatoires à la sculpture. L'ensemble forme une sorte de film d'animation dans lequel la figure mécanique est mise en scène de manière chorégraphique.

Les croquis servent à la fois de dessins techniques, où sont notés les points de soudure et l'emplacement de chaque pièce forgée.

Initialement intitulée L'Insecte, Picasso a rebaptisé l'œuvre L'Ange, mais a conservé le nom générique de La Danseuse. Une triple identité qui souligne la complexité iconographique de l'œuvre. Sculpture hybride et métaphorique, elle déploie ses ailes dans l'espace sous forme d’une faux, tel un ange de la mort.

 

© CENTRE POMPIDOU, Malaga© JULIO GONZÁLEZ, VEGAP, MÁLAGA, 2021.
HOMME-CACTUS (HOMBRE CACTUS), 1940-1941.© JULIO GONZÁLEZ, VEGAP, MÁLAGA, 2021.

L'œuvre métamorphique

L'ensemble des dessins réunis dans cette salle résume les dernières recherches de Gonzalez. Des figures de nature hybride, mi-végétales, mi-humaines, sillonnent l'espace avec un nouveau dynamisme. Ils reprennent des thèmes familiers qui seront utilisés pour les grandes sculptures allégoriques de la fin des années 1930, comme Daphné, L'homme cactus et la majestueuse Femme au miroir de 1936-1937 (Institut Valencià d'Art Modern), son dernier chef-d'œuvre exposé dans le pavillon de la République espagnole à l'Exposition internationale de Paris en 1937.

Derniers autoportraits

Maintenant je sais où je vais, tout est clair pour moi

Les dernières années de Gonzalez ont été tristement marquées par la Seconde Guerre mondiale. Dans la zone libre, au sud-ouest de la France où l'artiste se réfugie en 1941, il est privé de son atelier et se concentre sur le dessin et la gravure sur métal. Ses derniers autoportraits, dessinés, affrontent la vieillesse et la mort avec un réalisme sans complaisance. 

Selon sa fille Roberta González, ses derniers mots, prononcés le 27 mars 1942 à Arcueil (France), furent : "Maintenant je sais où je vais, tout est clair pour moi".

Une exposition du Musée national d'art moderne

Cette nouvelle exposition temporaire dont la commissaire est Brigitte Leal, directrice adjointe du Musée national d'art moderne de Paris, peut être visitée du 27 mai au 17 octobre. Elle bénéficie de la collaboration de la “Fondation La Caixa".

Les pièces artistiques qui composent cette exposition proviennent du Musée national d'art moderne, qui conserve les donations et legs de sa fille, Roberta González (Paris, 1909 ; Neufmontiers, 1976) effectués entre 1953 et 1978. 

Toutes les informations sur le site du Centre Pompidou Málaga 

COMPOSITION. TÊTE FANTASTIQUE (COMPOSICIÓN. CABEZA FANTÁSTICA) © JULIO GONZÁLEZ, VEGAP, Centre Pompidou MÁLAGA, 2021.
JULIO GONZÁLEZ, COMPOSITION. TÊTE FANTASTIQUE,1939. © CENTRE POMPIDOU, MNAM-CCI/PHILIPPE MIGEAT/DIST. RMN-GP. © JULIO GONZÁLEZ, VEGAP, MÁLAGA, 2021.

 

81032085_103364314503303_1224241506731163648_o

lepetitjournal.com Andalousie

La rédaction du site lepetitjournal.com Andalousie, le quotidien de référence dédié aux Français expatriés et francophones en Andalousie.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Andalousie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bernard Frontero

Rédacteur en chef de l'éditon Andalousie.

À lire sur votre édition locale