Mardi 21 janvier 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Olivier Rieu: l’investissement à impact social débarque en Espagne

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 09/12/2019 à 18:32 | Mis à jour le 09/12/2019 à 21:13
olivier rieu kanope

La COP25 est la meilleure preuve de la préoccupation croissante de nos dirigeants pour le futur de la planète. Cette inquiétude se reflète aussi dans la nouvelle tendance des investisseurs qui veulent contribuer au développement durable, une pratique popularisée au cours de la dernière décennie.

Olivier Rieu, qui vit à Madrid depuis 2016 après 10 ans à Stockholm et près de 15 ans de gestion privée au sein du cabinet de conseil patrimonial Equance, a décidé d’introduire en Espagne l’impact investing -l'investissement à impact environnemental et social- un concept relativement nouveau mais qui rencontre un franc succès là où la société a de plus en plus une prise de conscience sociale et économique envers l’environnement ou le développement durable.

Apparu pour la première fois aux États-Unis en 2007, l’investissement d’impact a progressé de façon exponentielle. Même s’il est parfois difficile de cataloguer un investissement par son impact positif, certains sont plus facilement reconnaissables et ainsi, les fonds associés à l’impact investing ont été multipliés par dix en 2 ans, passant en 2014 de dix milliards de dollars d’actifs a plus de cent milliards en 2016. 


Il y a de plus en plus de clients qui ont besoin de connaître l'impact de ce qu’ils investissent

"L'investissement d'impact -explique Olivier Rieu- doit son succès au fait que non seulement il répond à des problématiques sociales, sociétales et environnementales actuelles, mais aussi à son rendement financier très attractif. Le monde de la finance change très vite et on est passé d’un classique ‘rendement-risque’ à une troisième dimension qui cherche à donner un ‘sens’ aux investissements. Il y a de plus en plus de clients qui ont besoin de connaître l'impact de ce qu’ils investissent". 


Des immeubles autosuffisants au niveau énergie, des résidences pour personnes âgées ou des salles de sport dans des quartiers défavorisés...

Cette stratégie d’impact investing est très vaste et peut regrouper tous les types d’actifs, dans différentes activités (environnement, emploi, logement, énergie, etc.), dans tout pays émergent ou développé et dans diverses organisations (privées, publiques, associatives, instances supranationales, etc.). Ainsi, par exemple, l'investissement à impact social dans le secteur immobilier consiste à acheter des immeubles pour non seulement obtenir un bénéfice (loyer, appréciation de la valeur de la propriété) mais aussi pour atteindre certains objectifs socio-économiques ou socio-environnementaux. "Il peut s’agir -explique Olivier Rieu- d’immeubles passifs autosuffisants au niveau énergie, comme il s’en construit un actuellement au sud de Madrid par exemple, de résidences pour personnes âgées ou encore de salles de sport dans des quartiers défavorisés". 

Le capital investissement ou private equity à impact social est également très important. Le principe est d’investir dans le capital de sociétés non cotées visant un impact social et environnemental et un fort retour financier. Olivier Rieu donne l’exemple d’un investissement récent dans une startup suédoise qui travaille dans la protéine à base d'insectes, et dont l’impact est bien plus positif pour l’environnement que les protéines végétales, très à la mode ces dernières années et qui consomment pourtant beaucoup d’eau. 


Obligations vertes

Par ailleurs, quelques grands groupes américains ont même créé leur propre fonds de capital investissement d’entreprise (corporate venture capital) à impact social comme Patagonia. Les obligations vertes sont une autre façon d’investir puisqu’il s’agit de titres de dette émise par des entreprises publiques ou privée, destinée à financer un ou plusieurs projets écologiques. Enfin, il est possible d’investir dès quelques centaines d’euros sur des plateformes comme lita.co ou october.eu qui proposent des investissements mutualisés sur des projets à dimension sociale. En définitive, il s’agit de dénicher les investissements qui génèrent les meilleures synergies entre impact pour la planète et bénéfice financier pour l’investisseur. 


Les 17 Objectifs de Développement Durable

Mais pour être certain d’investir dans les bons projets à impact positif, il est recommandé de suivre les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) adoptés en septembre 2015 par l’ONU. "Les éléments environnementaux, sociaux et de gouvernance, communément appelés ESG, -affirme Olivier Rieu- constituent le cadre de référence des critères non financiers pour les investisseurs. Les ODD définis par les Nations Unies peuvent ainsi être utilisés par les entreprises pour démontrer l'impact social et environnemental de leur activité".


Nous ne cherchons pas à évangéliser ou à convaincre

Le nouveau cabinet de conseil, créé par Olivier Rieu avec deux autres associés experts en la matière, s’appelle Kanope Impact, un clin d’œil à la cime des arbres (la canopée) souvent considérée comme un écosystème particulier, surtout en forêt tropicale où elle est très riche de biodiversité. Des arbres qui abritent plusieurs générations, qui doivent perpétuer le cycle. "Il ne s'agit pas uniquement de trouver des produits d’investissement -explique Olivier Rieu- mais d’aligner les valeurs de nos clients avec leur stratégie patrimoniale. Nous ne cherchons pas à évangéliser ou à convaincre. Nos clients, essentiellement des entreprises familiales et des dirigeants d’entreprises, sont déjà convaincus et face aux grands enjeux mondiaux, tels que le climat, l'environnement, la sécheresse, les grandes flux migratoires à venir ou le stress hydrique qui va toucher Madrid ou d’autres grandes villes, ils veulent agir pour avoir un impact positif pour la planète tout en gagnant de l’argent. Ce n’est pas de la philanthropie, simplement être cohérent avec ses convictions. D’ailleurs, les sociétés qui polluent se rendent compte qu'elles doivent changer si elles veulent rester compétitives et attractives pour leurs collaborateurs et leurs consommateurs".

Plus de renseignements : https://www.kanope.co

Nous vous recommandons

Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet