Aïd al-Adha : tout savoir sur la fête du sacrifice

Par Lepetitjournal Tunis | Publié le 06/07/2022 à 19:00 | Mis à jour le 07/07/2022 à 20:55
L'Aïd al-Adha, "fête du sacrifice" appelé aussi Aīd al-Kebir "la grande fête", par opposition avec l'Aïd el-Fitr appelé aïd el-seghir

L'Aïd al-Adha, "fête du sacrifice" appelé aussi Aïd al-Kebir "la grande fête", par opposition avec l'Aïd el-Fitr appelé aïd el-seghir, ou petit aïd, est la fête la plus importante de l'islam. Elle a lieu le 10 du mois de dhou al-hijja, le dernier du calendrier musulman, après waqfat Arafa, ou station sur le mont Arafat et marque chaque année la fin du hajj.

 

Le jour de Aïd el-Kebir constitue un jour de célébration dans la tradition prophétique musulmane. En effet, dès l'annonce de la vision de la nouvelle lune, les musulmans glorifient la grandeur de Dieu par le takbir.

Les dates du calendrier musulman varient en fonction des phases de la lune observées localement, le jour de la célébration de l'Aïd el-Kebir varie donc géographiquement en fonction du moment où la pleine lune est observée. 

En 2022, le jour de l'Aïd sera fêté le 9 juillet, date confirmée par le Mufti de la République, Othman Battikh.

Deux jours fériés sont concédés à l'occasion de l'Aïd al-Adha, pour le secteur public comme privé.

L'ambassade et le consulat général de France à Tunis seront fermés le jour de l'Aïd.

 

Qu'est-ce que l'Aïd al-Adha ?

Cette fête célèbre la dévotion d'Ibrahim, l'Abraham judéo-chrétien, à qui Dieu aurait demandé de sacrifier son fils (Ismaël pour les musulmans, Isaac pour les chrétiens et les juifs) sur un autel.

Au moment de passer à l'acte, Dieu aurait envoyé un mouton par l'entremise de l'Archange Gabriel pour remplacer le fils d'Ibrahim. Les musulmans sont donc invités au cours de l'Aïd el-Kebir à sacrifier un mouton selon un rite précis.

 

Un rite précis qui n'est pas accessible à tous

Ne doivent accomplir l'Aïd-el-Kébir que ceux qui en ont les moyens.

Le prix annoncé par l'UTAP est de 14 dinars tunisiens (DT) le kilo pour l'année 2022. Le prix moyen constaté dans les boucheries musulmanes est de 300 à 450 euros selon l'âge et le poids en France (environ 12,5 euros le kilo). En Tunisie, 1,5 millions de moutons sont prévus à la vente pour l'Aïd 2022.

Depuis 2017, il est possible d'acheter un mouton via internet.

Le mouton, pour être sacrifié, ne doit pas être borgne, ni avoir la queue coupée et surtout il faut qu'il ait moins d'un an révolu. Au-delà, l'agneau n'est plus propre au sacrifice aux yeux d'Allah.

Le mouton doit être égorgé précisément le dixième jour du mois de Dhou Al-Hijja, le douzième mois lunaire de l'Islam, marqué par le hajj (pèlerinage) à la Mecque. Il survient le lendemain (du neuvième jour de Dhou Al-Hijja, donc) du passage des pèlerins dans la plaine entourant le mont Arafat, à 20 kilomètres de la Mecque, une obligation du hajj.

Le sacrifice doit avoir lieu également après la prière de l'Aïd, vers 9h du matin. Alors seulement les sacrificateurs peuvent officier.

"Lorsque vous égorgez une bête, égorgez bien" : ceci est un hadith qui le prescrit. La tête de l'agneau doit être tournée vers la Mecque, puis le sacrificateur doit prononcer la prière rituelle «Bismillah Allah Akbar» («Par la grâce de Dieu, Dieu est grand») avant de procéder à son office. Il peut aussi annoncer à voix haute pour qui va être égorgé le mouton.

Selon la tradition, l'animal ne peut pas être étourdi et le mouton ne doit pas voir la lame qui va l'égorger, mais le coup de couteau doit être rapide et très précis afin que l'animal ne souffre pas.

La Sourate, «Le Pélerinage» dans le Coran, précise : «Mangez-en vous-mêmes et faites-en manger le besogneux misérable». Ce qui a donné dans les moeurs la règle des trois tiers, observée par certains musulmans : un tiers du mouton pour eux-mêmes, un tiers en cadeau aux amis et aux voisins et un tiers en aumône pour les pauvres.

 

L'Aïd el-Kebir dans le monde : 

L'Aïd el-Kebir est nommé la Tabaski au Sénégal et dans les autres pays d'Afrique de l'Ouest francophone (Guinée, Mali, Côte d'Ivoire, Bénin, Burkina Faso, Togo, Niger, Cameroun) et également au Nigeria. En Afrique du Nord, il est appelé Tafaska chez les maghrébins de tradition Amazigh tandis que les autres Berbères, arabophones, utilisent le nom arabe. En Turquie, il est appelé Kurban Bayrami et dans les Balkans, Kurban Bajram.

Dans les régions du monde où il n'y a pas de mouton, celui-ci peut être remplacé par une chèvre (comme en Afrique subsaharienne ou en Inde).

En Europe la pratique de ce sacrifice à domicile est controversée. En France, cette pratique est interdite. Plusieurs pays européens organisent des abattages dans des abattoirs classiques ou mobiles afin de permettre d'assurer les meilleures conditions sanitaires d'abattage.

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Tunis !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale