Samedi 15 mai 2021

La Pyramide Cestia, vestige de la Rome Antique

Par Nina Malleret | Publié le 09/04/2021 à 07:00 | Mis à jour le 09/04/2021 à 13:10
La pyramide de Cestia à Rome

Connue pour son caractère insolite au cœur du paysage romain, la Pyramide de Cestius (ou Piramide Cestia) est bien présente depuis deux millénaires, et désormais entièrement restaurée par Rita Paris et Maria Grazia Filettici, archéologues et architectes. Reconnaissable par sa teinte blanche marbrée, elle est un réel témoin des siècles qui passent, et un objet chargé d'histoire qui nous pousse à remonter jusqu'à la Rome antique.

 

Au sud de Rome, en face de la porte San Paolo et sur la Via Raffaele Persichetti : c'est à cet endroit que l'on trouve la Pyramide de Caius Cestius Epulo, qui était un préteur romain et qu’il a fait construire entre l'an 18 et l'an 12 avant J.C. Aussi appelée Pyramide Cestia, elle est implantée en plein cœur de la ville, et plus précisément entre le Circo Massimo, les thermes de Caracalla et la gare Ostiense. Elle surplombe d'ailleurs plusieurs monuments et grandes rues, comme le cimetière non catholique de Rome (Cimitero Acattolico di Roma), le carrefour intense de la Pizza di Porta San Paolo, et de grandes murailles antiques.

 

Un peu d’histoire

 

Du haut de ses 37 mètres, elle s’est inspirée des grands modèles égyptiens, qui étaient particulièrement diffusés dans la capitale italienne à l'époque de sa construction, lorsque l'Égypte est intégrée à l'Empire romain en 30 avant J.C. sous le règne de l'empereur Auguste. En ce temps, les Romains vouaient une admiration sans pareille à la puissance égyptienne, et de nombreux obélisques, statuettes et objets de culte furent déplacés jusqu'à Rome, désormais exposés dans les Musées de Vatican ou du Capitole. A l'origine érigée comme tombeau en vue de la sépulture de Cestius, l'étrange édifice qu'est la Pyramide a été recouvert de plaques de marbre de Carrare blanc, lui donnant ainsi cet aspect clair et épuré qui contraste avec le reste du paysage aux tons rouge brique.

Si le monument impressionnant qu'est la Pyramide de Cestius a su résister au temps et aux siècles passés, à l'inverse de nombreux vestiges antiques qui furent détruits (donc trois autres pyramides égyptiennes basées à Rome), c'est en réalité pour la raison suivante : elle était englobée dans le mur d'Aurélien depuis le IIIème siècle de notre ère, qui faisait alors office de protecteur de la ville. Ce dernier avait été construit entre 271 et 282 sous le règne des empereurs Aurélien et Probus, sous le modèle d'une enceinte fortifiée autour de la capitale. Une grande partie du mur est encore debout aujourd'hui, constituant par ailleurs la limite administrative du Municipio I, le "Centro Storico" des quartiers historiques.

Figure insolite de la ville de Rome, la Pyramide de Cestius regorge d'anecdotes en tout genre : il en va de la légende que Caius Cestius aurait ordonné à ses héritiers de construire l'édifice sous 330 jours, sous peine de perdre leur héritage ; les Romains avaient pour croyance au Moyen Âge que l'édifice était en réalité le tombeau de Remus et Romulus ; la pyramide était à l'origine dessinée et construite avec 4 colonnes et deux statues du défunt autour de la porte, qui sont maintenant exposées au Musée du Capitole. C'est donc toute une histoire qui lui appartient, faisant d'elle une figure discrète mais pas moins intéressante du patrimoine romain.

Nous vous recommandons

Nina Malleret

Nina Malleret

Étudiante en Master 1 Culture à Angers, Nina effectue un stage de 4 mois au sein du Petit Journal de Rome. Curieuse, investie et forte d’ambition, elle est une passionnée d’arts visuels ainsi que de littérature, et aspire au journalisme culturel Européen.
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Rome ?

Télévision

« Un Samouraï au Vatican », le nouveau documentaire historique d’Arte

En septembre 1613, tandis que l’évangélisation du Japon bat son plein, la première ambassade de l’histoire nipponne traverse les océans, à la rencontre du roi Philippe III d’Espagne et du pape Paul V.