Un médicament anti-gueule de bois en vente au Royaume-Uni

Par Colin Porhel | Publié le 05/07/2022 à 16:18 | Mis à jour le 06/07/2022 à 15:45
Photo : Diana Polekhina - Unsplash
Une pilule anti-gueule de bois est en vente au Royaume-Uni

Disponible à la vente depuis quelques jours en Grande-Bretagne, le Myrkl promet aux plus festifs d’entre vous un réveil paisible après la soirée bien arrosée de la veille.

 

Souvenez-vous de votre soirée de samedi dernier. Vos pas de danse enflammés qui ont séduit toute l’assistance, le karaoké plus hurlé que chanté, l’alcool coulant à flot et…cet incroyable mal de tête en vous réveillant le matin. La sensation que chaque chuchotement vous traverse les tympans, l’impression d’avoir attrapé une vilaine grippe et n’avoir qu’une envie : rester au chaud sous votre couette accompagné d’un bon grog.

Bien connue des Anglais, qui ont la levée de coude facile (même à l’aéroport), la redoutée gueule de bois ne sera peut-être bientôt qu’un lointain souvenir. C’est en tout cas la promesse faite par Myrkl, une pilule à ingérer une heure avant votre consommation d’alcool. En développement depuis une trentaine d’années, le complément décompose l’alcool en eau et en dioxyde de carbone. Selon son fabricant, la société pharmaceutique De Faire Medical, il contient également de la vitamine B12, qui procure aux clients « une sensation de fraîcheur ». Plus besoin non plus de se laver les dents après une soirée, donc ? Pas sûr.

 

Les décès liés à l’alcool en nette augmentation au Royaume-Uni

Si des recherches menées par De Faire Medical et l’Institut Pfützner ont montré que la prise de ces comprimés réduisait de moitié la concentration d'alcool dans le sang dans les trente minutes suivant la consommation, et de 70 % après une heure, certains spécialistes doutent de tels résultats. Interrogé par The Independant, Joris Verster, chercheur en pharmacologie à l’Université d’Utrecht, soutient « qu’il n’existe aucune preuve scientifique que ce produit est efficace contre la gueule de bois ». « Il n’a jamais été étudié dans ce contexte », souligne-t-il.

 

Par ailleurs, des voix s’élèvent au Royaume-Uni pour alerter sur les risques importants causés par une consommation excessive d'alcool. Selon une étude révélée par l’ONS (Office for National Statistics), 9 000 décès étaient directement liés aux boissons alcoolisées en 2020, un chiffre en hausse de 18,9% par rapport à 2019.

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale