Mercredi 28 octobre 2020

Une île, une maison : les maisons longues de Kalimantan

Par Valérie Pivon | Publié le 27/08/2020 à 22:30 | Mis à jour le 27/08/2020 à 22:30
Photo : Maison longue parc Taman Mini Jakarta
habitat indonesie kalimantan

Aller à la découverte des maisons longues de Kalimantan nécessite d’avoir un peu de temps, d’aimer les pirogues, le bruit des moteurs car il vous faudra remonter depuis la ville de Samarinda, le long fleuve Mahakam, pendant plusieurs heures. Les Dayaks, ou peuple de l’intérieur, vivent en communauté dans ces longues maisons construites sur pilotis.

 

Les Dayak, terme ethnique qui définit cette population, regroupe plusieurs tribus comme les Iban, les Kayan, les Taman, les Kantuk, les Punan et bien d’autres. Ils vivent dans le sud de Kalimantan, mais également au centre de l’ile côté indonésien,, mais aussi côté malaisien.

De nombreuses particularités définissent ce groupe comme leurs tatouages, l’élongation des oreilles des femmes, leurs costumes, les perles que l’on retrouve partout mais leurs maisons longues construites en hauteur sont un des symboles marquant de cette culture.

Kalimantan habitat

 

Les maisons longues ou les Rumah Betang

Une maison longue est en fait un village, elle est occupée parfois par trois générations, une centaine de personnes peuvent y vivre. Elle est construite en hauteur entre 3 et 5 mètres afin de surveiller :

  • Les alentours (n’oublions pas que les Dayak étaient de féroces chasseurs de tête)
  • L'arrivée des animaux sauvages
  • Se protéger des inondations car les maisons sont construites le long des rivières.

Ces maisons peuvent mesurer entre 30 et 150 mètres de long et entre 10 et 30 mètres de large. Le bois utilisé est le bois de fer, un bois solide qui est naturellement ignifugé contre les termites. Le toit est fait de branches de palmier, des sculptures peuvent y être apposées comme celle de l'oiseau mythique et symbole de protection : l'Aso.

kalimatan habitat

La structure de la maison longue est semblable sur tout le territoire Dayak même si certaines ont des décorations plus élaborées. À l’avant, un long couloir sert de partie commune, un espace est prévu pour la cuisine, la forge, les cérémonies… L’arrière est divisé en appartements. On trouve également un espace de stockage pour le matériel agricole, le tukau, un autre espace pour préserver les armes et les biens précieux. Le Sandung est un bâtiment construit à l’arrière de la maison, les ossements des anciens y sont entreposés. Régulièrement, des cérémonies sont organisées pour commémorer les défunts.

kailmantan habitat

L’organisation des maisons longues tourne autour du Tuai Rumah, le responsable de la communauté. Il est désigné en fonction de ses qualités humaines, sa bravoure, son éloquence et son charisme. Cette fonction existe toujours de nos jours, c’est un poste convoité.

L'entraide, le partage, toutes les décisions sont prises après avoir consulté la communauté.

A l’entrée de la maison longue, on trouve une statue sculptée appelée Hampatung, symbole de protection du village et des récoltes.

Les Dayaks cultivent le riz, le manioc, les bananes papaye, le maïs, le betel, l'aréquier, les cacaotiers…Même s’ils ont été christianisés, le maintien des traditions culturelles animistes est encore très présent.

Les maisons longues aujourd'hui

Aujourd’hui, les maisons longues sont désertées, la population se rapproche des villes pour trouver une autre vie sociale, un travail. Les nouvelles constructions de maisons se font sur des agglos, le toit est en tôle, chaque logement possède son propre compteur électrique. Le coût et la disparition des matières essentielles à la construction traditionnelle sont également des raisons de leur disparition.

La préservation de la culture Dayak fait partie d’un axe de développement du tourisme en Indonésie. Cela permet de rénover les Rumah betang et de continuer à faire vivre une partie de culture.

 

Crédits photos : Corinne G, Florence M

 

 

Nous vous recommandons

Valerie Pivon

Valérie Pivon

Expatriée depuis plus de 20 ans en Asie dont 14 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal.com ma passion pour l'archipel indonésien.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Jakarta

ÉCHAPPÉE BELLE

Les îles Karimun Jawa ou 50 nuances de bleu

Du bleu, du bleu et rien que du bleu ! C’est ainsi que l’on pourrait décrire l’archipel des Karimun Jawa. Partons à la découverte de ce petit paradis encore peu fréquenté.