Mardi 29 septembre 2020

Les jeunes se mobilisent pour le climat à Valencia

Par Eva Moysan | Publié le 15/03/2019 à 18:00 | Mis à jour le 15/03/2019 à 23:03
Plaza de la Virgen Valencia

Des centaines de jeunes se sont rassemblés vendredi 15 mars à midi, plaza de la Virgen dans le cadre de l’appel mondial à la grève lancé par Greta Thunberg. Valence est l’une des nombreuses villes espagnoles qui a vu manifester la jeunesse pour alerter sur l’urgence climatique. Le site juventudxclima.es regroupait vendredi 30 événements dans toute la péninsule. 

Une manifestation animée

Dès 12h, de nombreux slogans retentissaient déjà dans le centre-ville. Au son de tambours et de tambourins, les étudiants ont scandé des messages fermes comme « ni un grado más, si un especie menos », pas un degré de plus, ni une espèce de moins. De nombreuses pancartes avaient été confectionnées, certaines avec beaucoup d’application, ce qui montre l’importance de cet événement pour les participants. C’est le cas de la double affiche de deux lycéennes, Angelina et Adriana, d’un côté en anglais et de l’autre en espagnol. « C’est un mouvement international », explique cette dernière, « c’est pour cela que l’on a décidé de mettre des slogans en anglais ». Sara, une étudiante italienne en Erasmus, ne peut qu’être d’accord, elle qui montre fièrement sa grande pancarte en six langues où il est écrit "C’est maintenant ou jamais". 

Grève du 15 mars

 

Les fallas ne sont pas loin, avec le passage de groupes de musique falleros durant la manifestation et la présence de la réplique de bois servant pour l’Ofrenda de flores. Cela confère une ambiance festive au rassemblement mais les discours prononcés aux alentours de 12h15 l’ont quelque peu nuancée. Les prises de parole ont rappelé l’urgence et la nécessité d’agir. « On nous vole notre futur » a lancé une organisatrice lors de sa courte allocution. 

Une jeunesse déterminée

En parlant aux étudiants, on ne peut constater que leur connaissance du sujet. Ils demandent des mesures concrètes. Ainsi, Carlos Serra, 24 ans, réclame que le gouvernement déclare l’état d’urgence climatique afin de mettre en place un programme qui met l’écologie au cœur de ses actions. « Le problème c’est que les intérêts économiques sont toujours mis au-dessus de tout le reste, dont l’écologie », explique cet étudiant à l’UNED. Sa position semble partagée par la plupart des manifestants, qui ont repris en chœur le slogan « Nuestro futuro no está en venta », notre futur n’est pas à vendre. 

Le problème c’est que les intérêts économiques sont toujours mis au-dessus de tout le reste, dont l’écologie (Carlos Serra, 24 ans)

Plusieurs pancartes font allusion à Greta Thunberg, la suédoise qui a lancé ces manifestations du vendredi et a proposé cette grève mondiale de la jeunesse pour le climat. On retiendra la superbe affiche « Make the planet Greta again ». La jeune fille est une source d’inspiration pour Angelina, « elle est très courageuse, c’est un exemple à suivre parce qu’elle allie la parole à des actes » ajoute-elle. En effet, la militante de 16 ans ne prend pas l’avion et est devenue végan. 

Une prise de conscience nécessaire

La manifestation de vendredi avait pour but principal d’alerter le gouvernement espagnol, de montrer l’importance de la question écologique pour les jeunes générations et donc d’inciter les politiciens à prendre des mesures fortes, en leur montrant qu’elles ne seront pas impopulaires. Après nombre d’études et de rapports sur le changement climatique, toujours plus accablants, personne ne peut se contenter de « mesurettes », ni les jeunes, ni les moins jeunes, en témoigne la présence de certaines personnes d’âge plus avancé hier place de la Vierge. La dernière étude sur les températures de la péninsule fait état d’une hausse très inquiétante de la température dans les villes espagnoles : en 50 ans, elle a augmenté deux fois plus vite que la moyenne mondiale. 

On ne peut qu’espérer que, face à de tels chiffres, la réaction politique soit au rendez-vous. 
 


 

Nous vous recommandons

Eva Moysan

Eva Moysan

Etudiante strasbourgeoise d'origine normande, Eva effectue une année de mobilité Erasmus à Valencia. Elle vous fera partager ses découvertes culturelles, gastronomiques ou encore artistiques au fil de son séjour.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

TOURISME

L'île de Tabarca

À 22 km de la ville d’Alicante se trouve un petit paradis sur mer : l’Ile de Tabarca. Véritable attraction touristique, l'île de Tabarca accueille chaque année pas moins de 230 000 visiteurs.

Expat Mag

CINÉ

Les Apparences, la bourgeoisie expatriée vue par Marc Fitoussi

Dans son dernier film, Marc Fitoussi s’attaque à la bourgeoisie expatriée. Karin Viard et Benjamin Biolay y campent un couple de Français vivant à Vienne dont la vie semble parfaite, en apparence