Jeudi 2 décembre 2021
TEST: 2283

Yankuba Darboe, une épopée inspirante !

Par Noé MALAPRIS | Publié le 27/10/2021 à 07:56 | Mis à jour le 27/10/2021 à 07:56
Photo : Yankuba Darboe, un migrant clandestin devenu docteur en biologie / La Repubblica
75FC820D-D902-4D76-934F-0E1E55765333

Le périple de Yankuba Darboe commence en 2014, quand il entame un voyage très dangereux à travers l’Afrique et la Méditerranée. Cherchant à fuir un avenir misérable, le jeune Yankuba est à peine majeur lorsqu’il décide de rejoindre la Libye, d’où il compte embarquer sur un bateau qui le mènera en Europe.

 

Miraculeusement, le jeune Gambien parvient jusqu’en Sicile. Une fois sur place, il est accueilli au sein du système SPRAR (système de protection des demandeurs d’asile et des réfugiés) de la ville de Benevento, située dans la région de Campanie. Il est ensuite hébergé par la charité diocésaine, où l’hospitalité qui lui est prodiguée lui offre un grand réconfort : en 2017, pour ses 21 ans, un anniversaire surprise lui est organisé. Le gâteau est superbe, aux couleurs de l’équipe de football de Benevento dont il est supporteur, ainsi que le cadeau : un billet d’avion vers la Gambie, pour qu’il puisse enfin rendre visite à sa mère qu’il n’a pas vue depuis plusieurs années.

 

Un brillant parcours universitaire

Ce jeune homme ambitieux est accueilli à bras ouverts, lui ouvrant ainsi les portes d’un avenir brillant. Ayant à cœur de s’intégrer à la vie de la cité, il souhaite poursuivre des études scientifiques, mais doit pour cela repartir de zéro, car les diplômes qu’il a obtenus en Afrique ne sont malheureusement pas reconnus par le système universitaire italien.

 

Yankuba Darboe, une épopée inspirante !

 

Il exprime son talent à l'université de Sannio où le jeune homme obtient son diplôme, réalisant ainsi l'un de ses plus grands rêves. Toutefois cet étudiant travailleur ne désire pas s’arrêter là et débute la rédaction d’une thèse en biologie moléculaire. Sa passion : l’action des cellules souches. Il centre donc sa thèse sur ce sujet, qui sera finalement soutenue sous l’intitulé suivant : les cellules souches dans les applications thérapeutiques. En plus d’avoir traversé un parcours périlleux, le Dr. Darboe œuvre donc à l’avancée de la science.

 

Une belle leçon d’humanité

Si son parcours a pu être chaotique, la bienveillance et l’altruisme des personnes l’ayant accompagné de même que sa persévérance et son travail acharné l’ont conduit au succès.

Noé MALAPRIS

Noé MALAPRIS

Étudiant à Sciences Po, j'ai la chance de passer ma 3e année à Rome, où j'effectue un stage d'un semestre au Petit journal.
0 Commentaire (s) Réagir