Tout sur Pasolini…

Par Anaïs Lucien-Belliard | Publié le 02/02/2022 à 08:10 | Mis à jour le 02/02/2022 à 16:03
Photo : L'Italie célèbre le centenaire de la naissance du grand auteur et cinéaste frioulan, Pier Paolo Pasolini, mort assassiné en 1975.
Photo en noir et blanc de Pier Paolo Pasolini

Le 5 mars 1922 naquit une âme, celle d’un poète aux multiples visages et talents. Né à Bologne, cette étoile fulgurante de la littérature et du cinéma italien a marqué son œuvre du sceau de ses convictions. Fauché par la mort à 53 ans, son lègue est aujourd’hui disputé par ses héritiers, certains d’entre eux voyant en lui une figure christique.

 

Et pourtant il n’était ni Christ, ni messianique. Censuré, il maniait le verbe et luttait contre l’homologation linguistique imposée par la normalisation de l’italien. Prophète malgré lui, l’irrévérence de son art lui valut de puissants ennemis. Son nom était Pier Paolo Pasolini, et à l’occasion du centenaire de sa naissance, les Éditions Gremese vous offrent Tout sur Pasolini, une encyclopédie réalisée sous la direction de Jean Gili, Roberto Chiesi, Silvana Cirillo et Pierre Spila.

 

Tout sur Pasolini

 

Célébrer l’écrivain allergique au conformisme

Tout sur Pasolini. Un ouvrage pareil ne pouvait naître que de la passion. Préfacé par l’écrivain et homme de lettres Philippe Vilain et soutenu par le CNL, cette œuvre rassemble les contributions de pas moins de 50 essayistes, universitaires et critiques militants italiens et français. Plus qu’une encyclopédie, il s’agit d’un « dictionnaire laboratoire divisé en « rubriques alphabétiques », qui offre une consultation aussi agréable que fonctionnelle. Reposant sur la force de l’expertise et la passion, il parcourt l’œuvre de Pasolini de manière encyclopédique, une forme « adaptée à son éclectisme comme à son caractère protéiforme. » C’est le portrait sincère d’une figure de l’art occidental, italien, « hanté par des mythes personnels ».

Tout sur Pasolini. Le titre peut surprendre, étonner, et peut-être même agacer. Comment un livre, même encyclopédique, pourrait-il prétendre tout nous dire sur un artiste aussi prolifique qu’un Pier Paolo Pasolini ? D’où lui vient cette assurance, et même impudence de croire qu’il parviendra à déshabiller sa complexité et ses mystères. Il n’y a pourtant aucune arrogance dans cet ouvrage. Contrairement à ce que le titre pourrait nous laisser penser, il ne prétend pas tout nous dire sur Pasolini, car il va de soi que cela serait impossible ; mais, avec habileté et humilité, il nous livre quelques-uns de ses plus beaux et sombres secrets.

Tout sur Pasolini, tout sur son œuvre, tout sur son engagement. Narrer l’homme et peindre l’artiste, voyager dans son œuvre poétique et se laisser porter par sa musique frioulane, sa vision prophétique et son désir de liberté. On glisse entre les pages de cette fresque illustrée de superbes images d’archives, à la découverte de quelques-uns de ses chefs d’œuvres cinématographiques, d’Accattone aux 120 journées de Sodome. Conduit par ses vers poétiques aux accents inimitables, on est invité à explorer l’œuvre d’un écrivain « qui ne connaissait pas la tempérance » et dont le travail était « habité d’une vitalité désespérée »

 

120 journées de Sodome

 

Ni Christ ni Prophète, mais homme moderne malgré lui

Pasolini fascine encore aujourd’hui, 47 années après sa brutale disparition. La troublante contemporanéité de ses réflexions les plus profondes sur l’art, l’écriture et nos sociétés modernes ont contribué à sa christification de la part d’une partie de sa postérité. Postérité qui aurait « perdu toute raison ». Tombés dans la gueule de « la machine à simplifier », une partie des héritiers les plus fervents de l’écrivain bolognais auraient échoué à comprendre la portée de son œuvre en faisant de lui un martyre.

 

Accattone

 

Une œuvre guide pour les cinéastes et les chercheurs

Sans être académique, Tout sur Pasolini a une véritable force didactique. Il révèle la fascinante et, quelque part, effrayante actualité de l’œuvre pasolinienne qui, grâce à son audace, trouve un éco vibrant dans nos défis contemporains. Pour un jeune cinéaste ou chercheur en théorie du cinéma il est un puits de savoir qui permet aux lecteurs de découvrir une approche radicale, intransigeante, dirait-on même, d’un cinéma engagé, mais pas seulement.

 

Pier Paolo Pasolini

 

« Le sentiment était la source de sa révolte poétique et théorique »

Condamnant une « société bruyante et rhétorique, consommatrice d’une sémantique vide, aseptisée, où le cri poétique des luttes sociales ne semble pas pouvoir être entendu », le travail de Pasolini nous propose de revenir aux fondamentaux de l’art de la narration, par les mots, les sons et les images. C’est la mise à nu d’une pensée critique, d’un art, où « le sentiment insuffle à la raison sa nécessité et l’authenticité de son élan ».

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale