Samedi 15 mai 2021
Rio de Janeiro
Rio de Janeiro

Stade Maracanã : la guerre du nom n'aura pas lieu

Par Anne Pouzargues | Publié le 17/04/2021 à 23:02 | Mis à jour le 17/04/2021 à 23:41
Photo : Le stade Maracana à Rio de Janeiro - (marchello74 Stocklib)
le stade Maracana à Rio de Janeiro

Changera, changera pas…après quelques semaines de discussions, le mythique stade du Maracanã gardera finalement son nom. La municipalité était sur le point de le renommer « Stade Pelé » mais le projet a été annulé il y a quelques jours. Retour sur cet emblème de Rio.

Avec le Corcovado et le Pain de Sucre, le Maracanã est sans aucun doute l’un des plus célèbres symboles de Rio. Construit pour la Coupe du monde de football de 1950, il devait être le temple du premier sacre brésilien. Mais le début de son histoire fut tragique, avec la défaite de la Seleção contre le rival uruguayen. Un véritable choc à l’époque: les spectateurs, dans un silence de mort, mirent longtemps à quitter le stade et le pays plongea dans une période de deuil. Le gardien de but porta jusqu’à sa mort le poids de cette croix, ainsi que l’entraîneur, accusé d’avoir imposé 2 heures de prière debout à ses joueurs, le matin même du match décisif.

Depuis, le “Maraca“, plus grand stade du monde à l’origine avec sa capacité de 200.000 spectateurs, a accueilli les plus grands événements footballistiques du Brésil, mais aussi les cérémonies d’ouverture et de clôture des JO de 2016. Cependant l’augmentation des normes de sécurité lui a imposé une grande rénovation, qui a fait diminuer le nombre de places. Il a aujourd’hui une capacité d’un peu moins de 80.000 personnes, comme le Stade de France.

Guerre froide entre Flamengo et Vasco

Récemment, l’équipe de France y a joué 2 fois pendant la coupe du monde 2014, mais sans y gagner : un nul contre l’Equateur en phase de poules (0-0), et une défaite contre l’Allemagne en quarts de finale (0-1), ce qui était finalement assez honorable au vu de ce qui se produira par la suite. Sur le plan national, le Maracanã est avant tout la demeure des deux grands clubs de Rio, Flamengo et Fluminense, et le théâtre de leurs célèbres derbys Fla-Flu. Mais le stade accueille aussi des matchs des 2 autres clubs importants de la ville, Botafogo et Vasco de Gama.

La gestion du Maracanã, qui n’est pas attribuée à une seule équipe en particulier, entraîne d’ailleurs régulièrement des tensions entre les différents clubs. Cette semaine, les journaux sportifs brésiliens évoquaient la « guerre froide » déclenchée entre Flamengo et Vasco à ce propos – et les deux équipes se sont affrontées jeudi soir sur leur terrain commun (3-1 pour Vasco contre les vainqueurs du championnat brésilien, sans doute encore à leur joie d’avoir remporté, quelques jours plus tôt, la supercopa du Brésil contre le Palmeiras…).

Flamengo champion du Brésil en 2019 au Maracana
Sacre national du Flamengo en 2019, au Maracanã

Maracanã vs Pelé

On l’a compris, le Maracanã est plus qu’un simple stade ; c’est un symbole affectif, reflet de l’amour des Brésiliens pour le football et qui, comme toutes les choses aimées, cristallise les émotions et parfois les tensions. Dernière en date : le nom de ce stade bien-aimé.

L’État de Rio étant propriétaire du stade, l’Assemblée législative de l’État (ALERJ) avait, le mois dernier, voté une mesure pour renommer le Maracanã. Le nouveau nom qui avait été choisi, “Edson Arantes do Nascimento – Rei Pelé“, rendait hommage à celui qui est souvent considéré comme le plus grand joueur de l’histoire du foot. Certes, Pelé a réalisé une grande partie de sa carrière dans le club paulista de Santos, mais son palmarès est également très important avec la Seleção : il est le seul joueur du monde à avoir été Champion du monde à trois reprises, en 1958, 1962 et 1970.

Mais est-ce vraiment le moment de s’occuper de cela ? L’ALERJ a en effet été très critiquée, après cette mesure, sur son sens des priorités. En pleine pandémie de Covid-19, n’y a-t-il pas en effet d’autres sujets un petit peu plus urgents que celui que de renommer le stade de la ville, aussi mythique soit-il ?

Emblème du football brésilien

Bon joueur, André Ceciliano, le président de l’ALERJ, a déclaré qu’il allait revenir sur la décision, citant un autre pionnier brésilien, mais du rock’n’roll cette fois, Raul Seixas : « Eu prefiro ser essa metamorfose ambulante. » (Je préfère être cette métamorphose ambulante.)

Le Maracanã continuera donc pour l’instant de s’appeler le Maracanã – ce qui n’est d’ailleurs même pas son vrai nom, mais le nom du quartier où il se trouve qui vient de la langue Tupi-Guarani. Sur le site du stade, avant sa construction, il y avait un grand nombre d'oiseaux du nord du pays appelés Maracanã-guaçu, connus pour leurs claquements de bec.

Son vrai nom, c’est stade Jornalista Mario Filho, en hommage au journaliste sportif qui avait encouragé la construction du stade dès la fin des années 1940. Mais finalement, ni Filho, ni Pelé, le Maracanã reste le Maracanã, le Maraca, et quoi qu’il en soit un emblème du football brésilien et un élément clé de l’identité carioca.

le stade Maracana à Rio de Janeiro

 

Anne Pouzargues

Anne Pouzargues

Journaliste indépendante et souvent en vadrouille. Passion voyages en train, musiques traditionnelles, forêt amazonienne, açaï et tambaqui
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

ELECTIONS CONSULAIRES

Élections consulaires : Mélanie Montinard (Traits-d’Union)

L’élection des conseillers consulaires approche. Pour vous aider à mieux connaître les candidats et leurs programmes, lepetitjournal.com leur a posé les mêmes questions. A vous de juger, et de voter !

Communauté

ELECTIONS CONSULAIRES

Élections consulaires : Mélanie Montinard (Traits-d’Union)

L’élection des conseillers consulaires approche. Pour vous aider à mieux connaître les candidats et leurs programmes, lepetitjournal.com leur a posé les mêmes questions. A vous de juger, et de voter !