Mardi 18 mai 2021
Rio de Janeiro
Rio de Janeiro

Antonin et Suellen : des baguettes face au Pain de Sucre

Par Anne Pouzargues | Publié le 10/04/2021 à 23:33 | Mis à jour le 11/04/2021 à 01:24
Photo : Baguettes et pains au chocolat avec vue... sur le Pain de Sucre
la boulangerie Petit pain et sa vue sur le Pain de Sucre

Des baguettes de pain et des pains au chocolat dans la ville du Pain de Sucre: c’est le pari de Petit Pain, une boulangerie française établie à Rio depuis 2 ans, qui s’est réinventée pendant la pandémie.

Sur les hauteurs de Santa Teresa, dans la favela Pereira da Silva, se trouve le petit local où Antonin fabrique, quatre fois par semaine, ses tournées de pain et viennoiseries. C’est lui, avec sa compagne brésilienne Suellen, qui se cache derrière l’enseigne Petit Pain. Tous les mardis, mercredis, vendredi et samedis, la boutique expédie partout dans Rio des baguettes traditionnelles, des croissants, mais aussi des viennoises au chocolat ou des pains aux raisins.
C’est d’abord pour Rio que le Français a eu un coup de cœur. Après avoir beaucoup voyagé, il a peu à peu décidé de poser ses valises ici, puis, au gré d’un retour en France, a eu l’idée de suivre une formation en boulangerie à Paris. Après différents stages, Antonin est revenu au Brésil, pour y importer son savoir-faire.

« Les conditions de fabrication ne sont pas les mêmes ici, » nous raconte-t-il depuis son local d’où on a une vue magnifique sur, justement, le Pain de sucre. « Je n’ai pas la clim, et, quand il fait quarante degrés, on ne contrôle pas tout. Parfois le pain « pousse » plus vite. Il faut en permanence être attentif. »

Du café à la livraison

S’il dit qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre sur le pain – il voudrait par exemple élargir son offre et proposer différents types de pains, comme des pains de campagne – le pari des livraisons de pain français à Rio semble bien réussi. Aujourd’hui, il peut avoir jusqu’à une vingtaine de commandes par jour de livraisons. Et sa clientèle est essentiellement brésilienne, à 90%. Les Français représentent les 10% restants.

D’autant que le projet initial d’Antonin et Suellen n’était pas de faire des livraisons. Il y a deux ans, le couple avait ouvert un petit café du même nom à Santa Teresa, où ils proposaient, en plus des pains d’Antonin, des cafés et des sandwichs. Mais la pandémie a mis un terme à ce projet ; très vite, ils ont préféré fermer le café. « Autour de nous, les autres restos commençaient à mettre en place des systèmes de livraison. Il fallait trouver une autre manière de vivre, alors on s’est dit, pourquoi pas nous ? »

Petit Pain la boulangerie française à Rio face au Pain de Sucre
Antonin et Suellen

La poésie de la baguette

Même si le système est, après une année de livraison, désormais bien rôdé, ce n’est pas ce que le couple souhaiterait privilégier à terme. L’aspect social du café leur manque, car, « même si la boulangerie est par définition un métier solitaire, le café permettait d’allier cela à un espace de rencontres, de discussions, » raconte Antonin.

Ici aussi, comme s’il travaillait dans une boulangerie n’importe où en France, Antonin travaille en horaires décalées. Il se lève entre 2 et 3 heures du matin pour préparer ses tournées, fabrique ses pâtes, lance les cuissons, et, aux alentours de 10 heures, le livreur arrive pour récupérer les commandes à leur sortie du four.
Un métier qui demande beaucoup d’investissements, et peut-être d’autant plus au Brésil : « Il faut vraiment donner de sa personne pour monter un commerce ici, être motivé et ne pas lâcher, sinon, ça ne marche pas. » Mais malgré les difficultés inhérentes liées à son autonomie – le couple doit aussi se charger de trouver les matières premières, de gérer le carnet de commandes et d’alimenter les réseaux sociaux – Antonin apprécie ce fonctionnement, « qui permet d’avoir une liberté totale sur ce qu’on produit. »

Passionné par la cidade maravilhosa et par sa nature riche, Antonin a trouvé ici le moyen d’allier deux de ses passions – car, quand on l’écoute parler du pain, cela ne fait pas de doutes que s’en est une aussi : « Le pain est presque un organisme vivant, » nous dit-il. « Faire une baguette, c’est un phénomène incroyable, on la regarde pousser, prendre du volume, se colorer…c’est une forme d’art ! »

Retrouvez Petit Pain sur Instagram : @petit_pain20 ou contactez-les par WhatsApp au +55 21 99979-8553 Livraisons les mardis, mercredis, vendredis et samedis matins dans tout Rio.

les produits de la boulangerie Petit Pain à Rio

 

Anne Pouzargues

Anne Pouzargues

Journaliste indépendante et souvent en vadrouille. Passion voyages en train, musiques traditionnelles, forêt amazonienne, açaï et tambaqui
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Bero sam 15/05/2021 - 20:03

on a envie de manger une viennoiserie on sent l'odeur du pain chaud au travers des mots j' aime BR

Répondre

Actualités

São Paulo Appercu
Solidarité

Capoeira contre la faim : entrez dans la roda solidaire

5 maîtres de capoeira du Brésil se sont regroupés pour mobiliser leur réseau, désormais mondial, et venir en aide à leurs communautés, durement frappées par la crise. Une roda de capoeira solidaire.

Expat Mag

FOOT

Karim Benzema élu meilleur footballeur français de l’étranger

Les trophées UNFP récompensent les meilleurs joueurs de football dans différentes catégories. Pour la deuxième fois consécutive, Karim Benzema a été élu meilleur joueur français évoluant à l’étranger.