Dimanche 31 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Saint-Valentin : nos lecteurs s’écrivent des mots doux

Par Rachel Brunet | Publié le 14/02/2020 à 10:00 | Mis à jour le 17/02/2020 à 18:43
Saint-Valentin New York

Certes, la Saint-Valentin est souvent décrite comme une fête commerciale, mais peut-être, qu’au-delà d’un achat, d’un cadeau, c’est aussi l’occasion de rappeler, tout simplement, aux gens que l’on aime, qu’on les aime. Dans une ville où tout va à 100 à l’heure, et où, bien trop souvent, l’on ne prend pas assez de temps pour son couple, pour l’être aimé, certains de nos lecteurs ont tout de même pris le temps, et parfois le courage, d’adresser un petit mot tendre, sincère, entier, parfois drôle, quelque fois osé, à celui ou celle qui est dans son cœur.

Pas besoin de grands cadeaux, souvent, juste un petit mot, un petit geste, une présence suffisent...

Voici les messages de nos lectrices et lecteurs :

 

« Il y a 2 ans nous nous sommes rencontrés, toi le bel étudiant congolais et moi la petite française à la découverte des USA. Voilà 1 an que je suis retournée en France en te laissant aux USA. 1 an et quelques mois que tu es dans mes pensés et mon cœur. Malgré la distance les sentiments ne sont jamais partis et chaque jours ils grandissent un peu plus. J'espère te revoir plus que n'importe qui.

Je t'aime P. 

Ta méchante adorée, 

Ninon dit "Schotze" »

 

« La première de nos plus belles années… 

Foot, Facebook, ma passoire, Ikea, Woodstock, jamais autant transpiré dans une voiture, premier weekend, local night, soirée drag Queens, un petit trek, on s'accroche, Grand Army, tu veux ou tu ne veux pas, Paris, retrouvailles, night walks, des fous rires, beaucoup de fous rires.

La Colombie, l'expérience d'une vie, nuits dans la jungle, souvenir, douches froides, transpi, du mental, des câlins, aventure humaine inoubliable, le premier de nos plus beaux voyages, les urgences de Chinatown, mon drama, des fous rires, beaucoup de fous rires.

Le surf, mon surfer, coincé dans la combi, la plage, Malibu, Hollywood dans la brume, cocktails, Venice Beach, San Diego, premier cours de surf, Abbot Kinney Boulevard, ça tremble, expérience earthquakes, arrête de faire bouger le banc, des fous rires, beaucoup de fous rires.

Impatience, la famille, des pâtes en boîte de nuit, happy, happy, happy, les glissades, brosse à dent qui t'attend, repassage du matin, Babybel du soir, adopte un ours polaire, Entourage, Downtown, Carson, Patmore, Thomas, Branson, negroni, halloween, des fous rires, beaucoup de fous rires.

Mexico, tacos, margaritas, Limantour, Contramar, one year, qui l'eut cru, pauvre caleçon, le pauvre, humour, Nantes, Lyon, paris, le weekend est fini, le ski, premier noël, mince il est venu avec un cadeau, raclette, le chalet, Catskills, les amis, la dream team, New York, Brooklyn, next destination ? des fous rires, beaucoup de fous rires.

Mal écrite mais sincère , c’était la première de nos plus belles années… »

Anonyme à Anonyme

 

« Mon chaton, tu m’énerves trop souvent à laisser traîner ton bordel partout mais sans tout ton bordel, ma vie serait bien triste, bordel !

Ps : est-ce que tu peux ranger l’appartement avant que je rentre, s’il te plaît ? ❤️ »

Paula

 

« J’ai très envie que tu me croques absolument partout, j’ai très envie de te sentir sur moi, sous moi, en moi...

Mais j’ai aussi très envie d’être juste à côté de toi, de parler avec toi, de t’observer, de te frôler, de te regarder pendant que tu lis, pendant que tu es sur ton ordi, pendant tous ces moments de la vie ordinaire.

Mais aussi de bouder, de rire, de m’assoir à côté de toi, sans rien dire.

De partir le matin en te disant « à ce soir, mon amour ».

Juste envie de vivre avec toi...

(Et tu sais, ce n’est pas grave cette réunion imprévue, le stagiaire fainéant comme une couleuvre, le jeudi matin râté. Des jeudis matin, il y en a plein dans une vie, des jours, il y en a plein dans une vie, tout comme des nuits. Et puis, il nous reste au moins 40 ans...) »

R à Y ❤️❤️❤️

 

« 20 ans plus tard, deux expatriations, une vie en argentine, une folie à New York, deux beaux enfants, une vie parfois compliquée, mais qu’est-ce que je t’aime ! »

Ton Fred

 

« I love you more than coffee, I love you more than croissants, I love you more than anything »

Ludivine

 

« Il était une fois une petit lyonnaise qui avait rencontré un beau parisien à SoHo. Il était une fois deux jeunes gens qui avaient décidé qu’ils vivraient heureux et qu’ils auraient de beaux enfants. Ils était une fois, Alex et Yann qui s’aimaient pour la vie ❤️ »

Alex

 

« Non mais sérieux mon coeur, est-ce que je t’ai déjà dit combien je t’aimais ? »

Ta Poupoune

 

« Tu es la femme de ma vie, la mère de nos enfants, le grand-mère de nos petit-enfants, tu es tout pour moi. Et je ne sais toujours pas comment tu fais pour me supporter depuis tant d’années, ma douce. »

Jean-Pierre

 

« Ma perle, je t’aime ! »

Ton huître

 

« L+P=❤️ J’ai envie que ce soit l’été pour pouvoir l’écrire encore sur une plage du sud... »

Laurence

 

 « Vivez si m’en croyez, n’attendez à demain, ceuillez dès aujourd’hui, les roses de la vie.

Et moi, homme heureux, j’ai cueilli la plus belle des roses »

Mathieu à ma belle et tendre Rose

 

« Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais s'il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux » disait de Musset. Et il avait tellement raison. Je voulais qu’on le relise ensemble, toi et moi mon amour. »

Adrien à la plus belle des Valentines

 

« Tu sais que je suis nulle pour les grands discours et pour les déclarations. Je suis souvent à côté de la plaque, comme tu dis. Et c’est juste à côté de la plaque que je te l’écris : I love you ! »

Emeline à Paul

 

« Mon gros nounours, je t’aime, I love you, te quiero »

Becca

 

« Ma chérie, ma Margaux, est-ce que tu es libre demain et les autres jours de la vie ? »

Axel

 

« Un peu, beaucoup, à la folie, passionnément... Mon Alice adorée »

Adrien

 

Et puis, au-delà des messages de nos lectrices et lecteurs, il nous a semblé opportun de publier quelques mots de la grande Frida Kahlo, une artiste, une guerrière. En plus de son oeuvre et de son combat, on se souvient de son histoire avec Diego Rivera, de la lettre de rupture qu’elle lui a adressée « je ne veux plus voir ta sale gueule roder dans mon jardin » cruel mais hilarant...

Il y a celles et ceux qui ont la chance que quelqu’un pense à eux, et puis, il y a ceux qui ne recevront pas d’attention, ni aujourd’hui, ni demain et peut pas non plus le mois prochain. Aussi, ce qui suit est peut-être notre message aux cœurs délaissés et aux cœurs à prendre...

 

« Tu mérites un amour décoiffant, qui te pousse à te lever rapidement le matin, et qui éloigne tous ces démons qui ne te laissent pas dormir.

Tu mérites un amour qui te fasse te sentir en sécurité, capable de décrocher la lune lorsqu’il marche à tes côtés, qui pense que tes bras sont parfaits pour sa peau.

Tu mérites un amour qui veuille danser avec toi, qui trouve le paradis chaque fois qu’il regarde dans tes yeux, qui ne s’ennuie jamais de lire tes expressions.

Tu mérites un amour qui t’écoute quand tu chantes, qui te soutiens lorsque tu es ridicule, qui respecte ta liberté, qui t’accompagne dans ton vol, qui n’a pas peur de tomber.

Tu mérites un amour qui balayerait les mensonges et t’apporterait le rêve, le café et la poésie »

Frida Kahlo

 

Bonne Saint-Valentin !

 

 

 

                 

Nous vous recommandons

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après des années dans la presse économique et spécialisée, Rachel Brunet est la directrice et le rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Lima Appercu

Pourquoi le confinement ne fonctionne pas au Pérou ?

Le Pérou est le premier pays en Amérique latine à avoir décrété l’état d’urgence (16 mars), mais il est malgré tout devenu le deuxième pays le plus touché par l’épidémie du Covid-19, après le Brésil.