Vendredi 3 juillet 2020

Podcast : “Etre Noir aux États-Unis c’est comme suffoquer”

Par Stanislas Berteloot | Publié le 11/06/2020 à 16:10 | Mis à jour le 11/06/2020 à 16:43
Photo : Imani Mulrain, 19 ans, étudiante à Princeton
Noir aux Etats-Unis

Depuis le meurtre de l'Afro-Américain George Floyd lors de son interpellation par le policier blanc Derek Chauvin, le 25 mai 2020 à Minneapolis, dans le Minnesota, les États-Unis, dans un premier temps, puis le reste du monde manifeste contre la violence policière et s'interroge sur la place des Noirs dans les pays majoritairement blancs.

Back in America un podcast sur l’identité américaine, sa culture et ses valeurs, a rencontré Imani Mulrain, 19 ans, étudiante à l’Université de Princeton, d’origine Afro Caribéenne et née à Boston.

L'Amérique pour moi, c'est un pays qui offre beaucoup de possibilités. C'est aussi un pays où de nombreux obstacles empêchent les gens de saisir ces opportunités et de réussir. C'est donc un pays très ironique, un pays très hypocrite, qui dit être le pays de la liberté, mais tout le monde n'est pas libre ici.”

Imani dit qu’elle ne correspond pas à l’image stéréotypée des Noirs Américains, “mes amis Noirs disent que je parle "blanc" ou encore que j'ai l'air instruite. Je ne pense pas que l'on puisse dire à quel point quelqu'un a l'air instruit par son accent. J'ai l'impression de vivre une expérience unique parce que la question du colorisme ou de l'acceptation de l'identité américaine est un problème important dans la communauté caribéenne. Comme je suis la seule personne de ma famille à être née aux États-Unis, j'ai toujours eu l'impression de ne pas vraiment m'adapter à ma famille ou à l'Amérique parce que les Trinidadiens ont un accent et que j'ai grandi avec un accent, mais chaque fois que nous sortions, au McDonald's, par exemple, les serveurs me demandaient toujours de traduire ce que disait ma grand-mère. Un accent trinidadien sonne comme un accent indien. Vous parlez anglais. Je me sentais toujours très gênée. J'ai donc appris à parler comme un Américain. Et ma famille faisait toujours des blagues sur le fait que Trump est mon président, mais pas le leur.

Etre Noir Américain, c’est  « comme ce que George Floyd a vécu, ne pouvant pas respirer. Vous êtes étouffé. Vous ne savez pas quoi faire. Vous avez l'impression d'être piégé. Comme s'il n'y avait pas de fin à cela. C'est ce que je ressens chaque jour en tant que personne noire.

Si je vais dans un magasin, je ne sais pas si les gens s'en rendent compte, mais c’est une réalité pour beaucoup de Noirs, surtout si vous êtes dans un quartier riche, vous ne pouvez pas simplement faire du lèche-vitrine. Parce que vous avez peur que si vous entrez dans un magasin et que vous regardez sans rien acheter, dès que vous passez la  porte, la vendeuse va supposer que vous avez volé.

J'ai cette peur tous les jours, que si j'entre dans un magasin et que je n'achète rien, on va appeler les flics. Parce que quelqu'un suppose que j'ai volé. À chaque fois que je me suis promenée dans Boston, si je suis dans un quartier blanc, j'ai tellement peur que quelqu'un me voit et appelle les flics parce qu'ils pensent que je n'ai pas ma place ici.

En fait, j'ai très peur quand je me promène dans un quartier blanc la nuit. J'ai envie de courir et j'ai peur que quoi que je fasse, que je marche ou je coure, ils aillent supposer que j'ai volé quelque chose. C'est une peur quotidienne, mais un jour quelqu'un va me tuer à cause de la couleur de ma peau. »

 

Retrouvez l’interview d’Imani Mulrain, menée par Stanislas Berteloot dans le podcast Back in America :

 

Nous vous recommandons

Stanislas Berteloot

Stanislas Berteloot

Journaliste et consultant en marketing digital, Stanislas écrit sur la transformation sociétale aux États-Unis. Il est l’animateur de Back in America un podcast qui remet en question la façon dont nous comprenons l'Amérique.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

KRISS ven 12/06/2020 - 01:58

Voilà 90% du problème parfaitement exposé ici: l’auto-racisme ! Quand une personne ne se sent pas bien dans sa peau ce n’est ni en favorisant l’accusation des autres ni en l’aidant comme un handicapé qu’on résoudra un problème qui n’est que le sien ! Chaque différence, race, couleur de peau, identité, personnalité est un fantastique atout humain pour soi et pour les autres, encore faut-il déjà soi-même s’en persuader.

Répondre