Les États-Unis appellent à un procès pour crimes de guerre contre la Russie

Par Rédaction - New York | Publié le 05/04/2022 à 17:10 | Mis à jour le 06/04/2022 à 14:53
Photo : Capture d'écran d'une vidéo du Telegraph sur la ville de Bucha
Bucha crimes de guerre

L’horreur, c’est ce que le monde entier à découvert en voyant les images tournées dans la ville de Bucha, à la périphérie de la capitale ukrainienne, après le retrait des troupes russes. Des cadavres de civils jonchant le sol, des corps de femmes et d’enfants partiellement brûlés, les pays occidentaux ont réagi avec colère lorsque les images de ces meurtres ont été révélées. Les Nations Unies ont déclaré mardi que tous les signes indiquaient que des civils avaient été directement ciblés et tués dans la ville à l’extérieur de Kiev.

Le Bureau des droits de l’homme des Nations Unies a souligné que le droit international interdisait les attaques délibérées contre des civils.

 

 

Un procès pour crimes de guerre

Le président Biden a appelé à un procès pour crimes de guerre après les récits de viols et de meurtres de centaines de civils, à Bucha et dans d'autres villes occupées par la Russie autour de la capitale ukrainienne, et a déclaré que le président russe Vladimir Poutine devait être tenu responsable.

« Nous devons obtenir tous les détails afin que cela puisse être un véritable procès pour crime de guerre. Ce type est brutal, et ce qui se passe à Bucha est scandaleux et tout le monde l'a vu », a déclaré lundi le président Biden depuis la Maison Blanche, ajoutant que Washington demandait des sanctions supplémentaires contre Moscou, sans fournir plus de détails.

Les États-Unis et l'Union européenne ont déclaré lundi qu'ils aideraient les autorités ukrainiennes dans les enquêtes et la collecte de preuves.

De son côté, le président Macron a appelé lundi à des sanctions supplémentaires contre le pétrole et le charbon russes, reconnaissant, lui aussi des crimes de guerre, « il est très clair aujourd'hui qu'il existe des indices évidents de crimes de guerre », a déclaré Emmanuel Macron à la radio. Et de rajouter, « il est plus ou moins établi qu'il s'agit de l'armée russe. »

En réaction, la France et l’Allemagne ont expulsé lundi des dizaines de diplomates russes, et Paris a déclaré soutenir un embargo sur le pétrole et le charbon russes dans des propositions que l’Union européenne devrait adopter mercredi. Les résultats restent cependant loin d’être clairs, les politiciens étant inquiets de la réaction des concitoyens face à la hausse des coûts de l’énergie. Les partisans de sanctions plus sévères disent craindre que sans elles, le Kremlin ne soit prêt à mener une bataille plus longue pour contraindre les dirigeants ukrainiens à se soumettre.

À Moscou, les responsables russes ont nié toute implication russe dans les meurtres de Bucha et ont estimé les images de corps comme frauduleuses. Des responsables russes ont demandé une réunion au Conseil de sécurité de l’ONU lundi pour réfuter les allégations selon lesquelles ses troupes auraient commis une agression massive contre des civils. Mais la demande a été rejetée.

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction New York !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale