Mardi 19 janvier 2021

Jill Biden, ses principes, ses idéaux

Par Femmes Leaders - avec le soutien de Ortoli Rosenstadt LLP | Publié le 16/11/2020 à 15:20 | Mis à jour le 16/11/2020 à 15:27
Photo : Jill Biden ©️ instyle.com
Jill Biden

Dédiée et dévouée à sa famille, l'éducation, la lutte contre les cancers et la protection des animaux, Jill Biden est une dame de principes et de caractère. Portrait de la future Première dame des États-Unis.

Jill a dit «oui » à Joe Biden en 1977, soit cinq ans après qu’un chauffard avait emporté la première épouse de Joe et leur fillette Naomi. De ce fait, elle devient à cœur joie la mère adoptive des enfants survivants du sénateur, répondant aux prénoms de Beau et Hunter. D’ailleurs, dans ses mémoires, Joe Biden a exprimé que ce sont ses deux chérubins qui lui avaient suggéré d’épouser Jill, qu’ils appellent déjà «maman» alors qu’ils avaient 7 et 8 ans.

Née à Hammonton dans le New Jersey, Jill Tracy Jacobs a grandi à Philadelphie. Déjà connue aux Etats-Unis, cette ex-deuxième dame sous Obama et ex-mannequin lors de ses années passées à l’Université du Delaware a commencé sa carrière de professeure d’anglais dans un lycée et ce, au beau milieu des années 1970.

La licence en poche et la bague au doigt, elle entame sa carrière d'enseignante et obtient, ainsi, une maîtrise en sciences de l'éducation à l'Université de West Chester en 1981. La même année, Joe et Jill ont eu leur première fille ensemble : Ashley Biden. 

Après avoir mis sa carrière en stand by pendant deux années consécutives pour s’occuper de ses trois enfants, Jill décroche en 1987 une autre maîtrise en lettres de l'Université Villanova. De 1993 jusqu’à 2008, elle enseigne l’écriture et la composition anglaise au Delaware Technical Community College.

 

Jill Biden

Jill Biden ©️Obama House Archives

 

Apprendre jusqu’au dernier souffle

Comme nous l’apprend cette revue de presse internationale, la première-dame a poussé très haut la barre de ses objectifs doctoraux. En 2000, elle reprend ses études afin d’actualiser ses acquis en littérature anglaise. 2017, soit à 55 ans, elle valide une thèse de doctorat en sciences de l'éducation de l'Université du Delaware qu’elle chérit tant. 

Jill Biden enseigne depuis plusieurs années dans une Université du Nord de la Virginie, près de Washington, où elle a la ferme intention de continuer à travailler sous la présidence de son époux. Son parcours est, à tout point de vue, truffé de victoires et de distinctions comme nous l’apprend ce portrait publié dans les archives de la « Obama White House ». De même, mis-à-part Hillary Clinton, succinctement sénatrice à l’échéance du mandat de son mari Bill, Jill devient ainsi la seule première dame à poursuivre sa carrière professionnelle en tenant en parallèle les rênes du Biden Breast Health Initiative. Une organisation à but non lucratif fondée en 1993 qui sensibilise au cancer et à la santé des seins dans les écoles, universités et autres groupes de l'État du Delaware.

 

« Biden pire que Trump » 

Ces dernières semaines, un bon nombre d’organes médiatiques américains s’est fait l’écho d’un présumé «Biden pire que Trump » et d’un «rapport trop tactile avec les femmes» entretenu par le président élu. Jill, à ce propos, affirme ne voir qu’un comportement candide et courtois de son mari. Elle a également avoué avoir été mise au courant des témoignages de ces femmes jugeant leur intimité envahie par les gestes «trop entreprenants» de Joe, comme nous l’apprend cet article.

 

Le premier chien

Jill et Joe ont deux enfants de la race canine, Champ et Major, et les Américains sont bien contents de revoir des chiens à la Maison-Blanche puisque Donald Trump a été le premier président à ne pas avoir d'animal de compagnie à la White House depuis 1897. Major est, de ce fait, le premier chien sauvé d’un refuge à devenir «premier chien des États-Unis». 

 

Article par Houda Belabd, journaliste au Petit Journal New York

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir