Samedi 8 août 2020

États-Unis : pays le plus touché au monde par la pandémie de Covid-19

Par Rachel Brunet | Publié le 27/03/2020 à 00:00 | Mis à jour le 27/03/2020 à 16:59
Covid-19 États-Unis

« Nous avons la situation sous contrôle » affirmait Donald Trump au début du mois de mars. Aujourd’hui, avec 82,233 cas confirmés au covid-19, selon les chiffres annoncés par l’université Johns Hopkins, les États-Unis se placent tristement à la première place des pays les plus touchés par la pandémie. En quelques heures, les États-Unis ont dépassé la Chine, où le nouveau virus a débuté sa course folle en novembre dernier et l’Italie, pays le plus touché en Europe.

 

La situation n’est pas sous contrôle

Plus de 82,000 personnes contaminées par le covid-19, 21878 dans la seule ville de New York,  1178 décès dont près de 300 à New York City. Voilà un bien triste palmarès pour la première puissance économique au monde. Et maintenant ? Seule note d’espoir, pour l’instant, on meurt moins des suites du covid-19 aux États-Unis qu’en Chine ou en Italie, pays qui déplorent respectivement 3291 et 8215 décès.

Force est aussi de constater que ces pays ont été touchés bien avant que les États-Unis ne le soient. Par ailleurs, pour le cas de l’Italie, des experts ont soulevé que la population concernée était âgée, donc plus sensible et que par ailleurs, le gouvernement italien avait largement emputé les budgets dédiés aux hôpitaux, les années précédentes.

De plus, contrairement au géant asiatique ou à la botte, le pic n’est pas encore en vue côté américain. Hier, le gouverneur Cuomo, à la tête de New York, affirmait que le fameux pic arriverait sous environ 14 jours. De son côté, le maire de New York,, Bill de Blasio, soulignait que la ville et ses habitants allaient connaître un mois d’avril compliqué et un mois de mai encore plus compliqué.

Parallèlement, Donald Trump presse les Américains de retourner au travail et souhaite un retour à la normal à Pâque, soit le 12 avril.

 

Plus de 3 millions de chômeurs en une semaine

Parallèlement à la crise sanitaire se dessine une crise économique et sociale. Fait inédit : le nombre de nouveaux chômeurs explose aux États-Unis. Ce sont ainsi 3,3 millions de personnes qui ont fait une première demande d’allocations chômage au cours de la semaine du 15 au 21 mars. Cela représente 3 millions de nouveaux demandeurs supplémentaires par rapport à la semaine précédente, qui avait enregistré 282 000 nouvelles demandes.  Il s’agit d’un niveau jamais vu aux États-Unis, le précédent record datant d’octobre 1982 avec 695 000 nouvelles demandes.  

Plus de la moitié des Américains sont désormais appelés à rester chez eux, afin d’éviter au virus de se propager. Nous attendons de voir, face au nombre de cas confirmés, si un confinement plus large et plus strict est adopté par le pays.

Les mesures de confinement mises en place, à des degrés divers, dans plusieurs métropoles ou États du pays (y compris les plus peuplés comme la Californie et New York), ont contraint restaurants et commerces à fermer temporairement, et ont lourdement affecté des secteurs comme les transports ou le tourisme.  Les analyses les plus optimistes tablaient sur seulement 525 000 nouvelles demandes, quand d’autres attendaient plusieurs millions.

Quelle stratégie l’État fédéral va-t-il mettre en place pour endiguer la multiplication des crises : sanitaire, économique, sociale ? Mais aussi pour sauver des vies ? Comme le martèle Bill de Blasio, des gens vont mourir alors qu’ils pourraient être sauvés.

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après être passée par la presse économique et la presse spécialisée, Rachel Brunet est la directrice et la rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal.
0 Commentaire (s)Réagir