Annie Rea : “Mieux conseiller, informer et aider à anticiper“

Par Lepetitjournal Milan | Publié le 18/05/2021 à 21:41 | Mis à jour le 19/05/2021 à 14:00
Photo : Annie Rea, candidate tête de la liste Alliance Solidaire des Français de l’ITALIE du Nord, aux élections consulaires (circonscription Milan)
Annie Rea portrait

A l’occasion des élections des Conseillers des Français de l’étranger le 30 mai prochain (du 21 au 26 mai par Internet), nous sommes allés à la rencontre des six candidats tête de liste pour la circonscription consulaire de Milan*. Annie Rea se présente sous la liste Alliance Solidaire des Français de l’ITALIE du Nord.

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques phrases ?

Ma candidature est la suite cohérente de mes engagements associatifs et professionnels au service des Français d’Italie. Engagements sociaux (soutien aux personnes et aux familles) et économiques (soutien au développement des entreprises).

Ma singularité : Je suis italo-française, de parents Italiens émigrés à Lyon où je suis née. J’y ai grandi et étudié, animée par le désir de venir un jour m’installer en Italie, un vœu exaucé grâce à mon mari il y a 27 ans. J’ai 3 enfants et 1 petite-fille, mes enfants ont tous étudié au Lycée français de Milan.
Pétrie à l’entraide et à la solidarité depuis mon enfance en France, j’ai reproduit ce que mes parents Italiens m’ont inculqué : le sens de l’accueil et le souci des autres, en d’autres termes « se sentir responsable d’une communauté et s’engager pour elle ».

Mes engagements associatifs et ma contribution socio-économique pour les Français en Italie : A peine arrivée, engagée auprès de Milan Accueil, puis très vite Présidente, impliquée dans l’aide à l’emploi et auprès des personnes en difficultés. En tant que personnalité qualifiée j’ai apporté ma contribution dans différentes commissions du Consulat : bourses scolaires, aides sociales diverses, comités emplois. Mon implication est aussi économique à travers mon rôle de Vice-Présidente de la Chambre de Commerce France Italie, ainsi que par l’animation d’un club de dirigeants de grandes entreprises.

Ma formation et mon métier : Titulaire de deux masters, en Gouvernance d’entreprise et en Marketing. Je suis formatrice en management et conférencière. J’anime des séminaires pour les cadres français et italiens pour décrypter la subtilité de la diversité culturelle de nos deux pays. J’ai fondé et anime un club de dirigeants franco-italiens appartenant à un réseau international de 500 clubs, dont le but est de favoriser la croissance de l’entreprise par la formation du dirigeant.

Mon action en faveur de la relation franco-italienne a été récompensée par l’Ordre National du Mérite.


Comment avez-vous constitué votre liste ?

J’ai été guidée par 3 critères : Le premier, choisir des personnes ayant comme moteur l’enthousiasme, l’envie de dédier du temps et de l’énergie. Qui savent ce que veut dire « être au service des autres » bénévolement, car elles l’ont toujours été ; qui dans leur vie, ont été en situation de « recevoir » et pour qui il semble juste de « donner » en retour. Le second critère, j’ai choisi des personnes ayant des compétences clés et des réseaux. Des compétences pour comprendre la diversité des situations, orienter, et un tissu relationnel pour renforcer l’efficacité des actions. Le troisième critère, des personnes implantées dans les principales régions du Nord de l’Italie. Notre liste représente plus de 75% des inscrits, bien au-delà de la seule Lombardie. Nous serons disponibles pour nous déplacer dans les vallées les plus éloignées.

Chacun de nous possède sa propre sensibilité politique. Notre liste n’est affiliée à aucun courant politique car nous voulons l’essentiel : être présents pour les Français. Je suis fière des personnes qui la composent, elles partagent les valeurs de l’ASFE, Alliance et Solidarité, deux mots qui nous ressemblent et nous rassemblent.

 

Quel est selon vous le plus grand défi auquel font face les Français du Nord de l’Italie ?

Un double défi, collectif et individuel. Défi collectif, il s’inscrit dans le long terme : Que les Français de l’étranger puissent influer sur les lois faites à Paris, que la France redevienne une grande puissance exportatrice pour générer plus d’emplois et que la langue française reste une grande langue dans le monde. Défi individuel : celui de l’anticipation. Qu’il s’agisse de retraite, d’études des enfants, de droit de la famille, il faut encore plus anticiper quand on vit à l’étranger. Aider nos concitoyens dans ce sens est un engagement fort de notre liste.  

 

Que représente pour vous la mission principale de conseiller des Français de l'étranger ?

Une mission de « collant social », collant entre les Français de l’Italie du Nord, même les plus éloignés, et collant avec la France. Le rôle du Conseiller au niveau collectif est de défendre les intérêts des concitoyens et faire bouger la règlementation. Le rôle au niveau individuel :  être présent et proche de chacun, écouter, se rendre disponible et surtout se faire connaitre. Ceci pour mieux conseiller, informer et aider à anticiper.

 

Quels sont les grands axes de votre programme ?

Accompagner le retour à l’emploi : Le contexte pandémique engendre des bouleversements dans le monde du travail. Nous aidons les Français à passer le cap (Connaitre les droits et aides économiques. Formations au numérique. Co-développement. Mises en contact)

Aider à anticiper les décisions clés de l’existence : le manque de visibilité sur les questions de retraite, droit de la famille, protection sociale, fiscalité, scolarité, succession, peut conduire à de désagréables surprises et à des situations pénalisantes. Nous aidons à anticiper en proposant la publication de "capsules" d’experts et de newsletters, ainsi qu’à approfondir les problématiques spécifiques avec des experts.

Faire évoluer la législation pour défendre les intérêts des Français : Être Français en Italie signifie avoir des droits, qui doivent évoluer. Nous représenterons les Français auprès des instances françaises, afin de proposer des modifications règlementaires dans le but d’améliorer la situation de nos concitoyens.

Favoriser l’accès à l’éducation et aux aides sociales / Favoriser le rayonnement associatif et culturel Français : Par une information sur les aides financières (bourses scolaires et aides sociales) et une aide pour instruire les dossiers. Par un soutien aux Associations, telles que FLAM, Associations Françaises de Bienfaisance (OLES), Accueils des Français en Italie et autre entité œuvrant pour les Français. Par un soutien aux Lycées français afin que les frais d’inscription soient accessibles aux Français.

Agir pour la Responsabilité Sociétale à travers : Le respect de l’environnement et de la diversité. La valorisation des acquis de l’expérience (VAE) ; une vraie reconnaissance du bénévolat.

 

Si vous êtes élue, quel mouvement politique soutiendrez-vous aux élections sénatoriales ?

Notre liste est composée de personnes ayant chacun sa sensibilité politique mais un désir commun : agir pour les Français de l’étranger. Notre programme est un cahier des charges qui sera soumis aux formations sollicitant éventuellement nos suffrages.

 

*Les interviews sont publiées dans l’ordre de candidature, défini par le tirage au sort effectué au consulat général de France à Milan le 25 mars 2021.

 

Nous vous recommandons
lepetitjournal.com Milan

Lepetitjournal Milan

LePetitJournal.com de Milan, c'est le média de référence en français sur Milan et l'Italie.
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Marie Greco mer 19/05/2021 - 03:54

J'ai lu attentivement les programmes des 6 candidats. Le mot anticiper de madame Rea me semble le plus juste. En matière de retraite, de divorce, de succession, combien de situations difficiles, car pas anticipées.

Répondre

Expat Mag

Stockholm Appercu
VOYAGES

TOURISME - L'été en Suède ? Vad mysigt !

Quand on pense à la Suède, on pense surtout aux grandes étendues de neige, aux paysages féériques en plein coeur de l’hiver, au silence des plaines dans le froid et le vent, à la nuit