En moins de 15 jours, l'Espagne compte déjà 120 cas de variole du singe

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 31/05/2022 à 12:30 | Mis à jour le 31/05/2022 à 13:10
Photo : Commons
pipettes test de la variole du singe

L'OMS a confirmé plus de 360 cas positifs en dehors du continent africain. L'Espagne est le pays européen avec le plus de cas, 120 confirmés et 45 autres en étude. Elle est suivie par le Royaume-Uni, où 106 cas positifs ont été détectés, et le Portugal, avec 74 cas.

 

 

Moins de quinze jours après les premiers cas confirmés de variole du singe en Espagne, le 18 mai dernier, le mouvement s'accélère. Le ministère de la Santé espagnol a en effet confirmé en début de semaine 120 cas de variole du singe en Espagne, soit 22 de plus que ceux signalés vendredi dernier par le laboratoire de l'Institut de santé Carlos III où sont envoyés tous les échantillons des cas suspects.

C'est la première fois qu'une épidémie aussi étendue est observée en Europe

On savait que cette maladie est endémique depuis au moins 40 ans dans les pays d'Afrique occidentale et centrale. Cependant, si des cas ont déjà été signalés dans d'autres régions, toujours liés à des personnes ayant voyagé sur le continent africain, c'est la première fois qu'une épidémie aussi étendue est observée en Europe.

Espagne, pays le plus touché au monde par la variole du singe

L'Espagne est même devenu le pays où a été détecté le plus grand foyer de variole du singe depuis 1970. Les 120 cas détectés à ce jour en Espagne dépassent les 89 que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a certifiés lors de l'épidémie de 2017 au Nigeria, jusqu'à présent la plus grave de celles détectées dans le monde.

 

En dehors de l'Afrique, la plus grande épidémie à ce jour avait eu lieu aux États-Unis en 2003. Cette crise sanitaire avait été déclenchée par l'importation de rongeurs africains, qui sont en fait les principaux porteurs de la maladie, destinés à être vendus comme animaux de compagnie. Toutefois, la réaction rapide des autorités avait permis d'éviter la propagation de la maladie dans l'UE.

 

une personne avec les pustules caractéristiques de la variole
Une personne avec les pustules caractéristiques de la variole / Commons

 

Variole et variole du singe

La variole du singe ou orthopoxvirose simienne, est à distinguer de la variole, responsable de millions de morts jusqu’au 20ᵉ siècle. Ce virus avait en effet dévasté l’humanité pendant plus de 3.000 ans, faisant encore 300 millions de morts au siècle dernier. En 1977, grâce au vaccin, l'OMS annonce que la variole a complètement disparu et la vaccination est alors arrêtée en 1972 aux USA et en 1980 en France

Les experts estiment que le risque pour la population est faible et qu'une propagation comme celle de la pandémie de COVID-19 n'est pas attendue

Où se trouvent la plupart des cas en Espagne?

A l'heure actuelle, 7 communautés autonomes sont touchées. La majorité des cas se trouvent à Madrid, avec 76, bien au-dessus du reste des régions. Loin derrière, on trouve la Catalogne (9) et les îles Canaries (6). Viennent ensuite le Pays basque, l'Andalousie, l'Aragon et la Galice.

Isolement et masques comme mesures préventives

L'inquiétude suscitée par l'évolution de l'incidence de la variole du singe en Espagne a conduit le ministère de la Santé à approuver un protocole de détection précoce. De plus, les cas confirmés doivent être isolés et leurs contacts doivent porter des masques, afin de contrôler la transmission du virus.

Variole du singe: un scénario similaire au Covid-19?

La maladie, identifiée pour la première fois chez le singe en 1958, ne se propage pas facilement chez l'homme. Les experts estiment donc que le risque pour la population est faible et qu'une propagation comme celle de la pandémie de COVID-19 n'est pas attendue. D'autant que le virus du singe est un virus à ADN, et par conséquent, le risque de mutation est très faible à la différence des virus à ARN.

Oui, mais non...

L'UE a d'ailleurs annoncé que le risque de contagion généralisée est "très faible", et l'OMS a de son côté déclaré il y a une semaine que l'épidémie dans "les pays non endémiques" pouvait être "stoppée". Cependant, l'OMS vient de signaler maintenant qu'elle craignait que la transmission "ne s'accélère" pendant les festivités et les événements de masse cet été.

 

une personne se fait vacciner
Des vaccins contre la variole arriveront bientôt en Espagne

 

Comment attrape-t-on le virus?

Pour être infecté, il faut un contact étroit, en touchant les lésions cutanées semblables à celles de la varicelle qui apparaissent sur les personnes infectées, mais aussi par des "gouttelettes respiratoires" lors d'un contact prolongé en face à face ou par des objets contaminés. Dans son dernier rapport, le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies (ECDC) désignait le sexe comme la principale cause de transmission.

Quel vaccin?

Il n'existe actuellement aucun vaccin spécifique contre la variole du singe, mais les données montrent que les vaccins utilisés pour éradiquer la variole sont efficaces à 85% contre la variole du singe, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

 

C'est pour cette raison que les plus de 45 ans sont immunisés par leur vaccination antivariolique qui confèrerait encore une protection contre cette variole du singe. Les plus jeunes seraient donc plus facilement touchés. 

 

En conséquence, l'épidémie a conduit de nombreux pays européens à acquérir en toute hâte des doses du seul vaccin disponible et efficace contre le virus, qui est déjà inoculé en Allemagne et en France. En Espagne, la décision d'acheter des vaccins a été prise plus tardivement mais le ministère de la Santé a annoncé que les vaccins contre la variole du singe arriveront bientôt en Espagne, suite à un achat conjoint avec l'Union européenne.

Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale