Ni travailler, ni étudier, ni vouloir le faire: 20% des jeunes Espagnols concernés premium

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 24/10/2022 à 16:10 | Mis à jour le 25/10/2022 à 09:16
Photo : kinga-cichewicz-unsplash
Deux jeunesse prélassent sur un balcon

L'Espagne compte 278.000 "ninis" (NEET en anglais), ces jeunes Espagnols qui n'étudient pas, ne travaillent pas et ne cherchent pas à le faire. Dans les pays de l'UE, ils sont 13%.

 

 

Ni travailler, ni étudier, ni avoir l'intention de le faire, double le terme en Espagne de "nini". C'est la situation d'un jeune Espagnol sur dix… Ou, en d'autres termes, 278.379 jeunes Espagnols entre 18 et 24 ans, selon la dernière étude de l'OCDE "Panorama de l'éducation. Indicateurs de l'OCDE 2022" des pays européens.

 

L'Espagne, nº5 de l'OCDE 

Triste panorama… D'autant que l'Espagne est une fois de plus en tête de la liste des pays ayant le plus grand nombre de ninis, ou plus communément appelés  NEET (Not in Employment, Education or Training), arrivant à la cinquième place. Devant l'Espagne se trouvent le Brésil (35,9% de ses jeunes n'étudiant pas et ne travaillant pas), l'Italie (27,1%), le Chili (26,1%) et le Mexique (21,7%).

 

20% de Ninis en Espagne contre 13% dans l'UE

Le chiffre de 20% de jeunes qui n'étudient pas, ni travaillent est particulièrement élevé par rapport aux autres pays de l'UE. Il est bien supérieur à la moyenne de 15% de l'OCDE et aux 13% des 22 pays de l'Union européenne inclus dans l'étude.

 

 

Evolution des NEET en Espagne 2000-2020
Evolution des NEET en Espagne 2000-2020 /source OCDE

 

En outre, cette année, l'étude va encore plus loin, puisqu'elle fait la différence entre les jeunes qui recherchent activement un emploi et ceux qui admettent ne pas en chercher (qui seraient les vrais "ninis"). Or, le résultat est encore plus inquiétant, puisqu'un peu plus de la moitié (57%) déclare rechercher activement un emploi, tandis que le reste (43%) est classé dans la catégorie "population inactive": ni étudiant, ni travailleur, ni demandeur d'emploi. En d'autres termes, un jeune Espagnol sur dix est nini…

 

26% de ninis de 18 à 29 ans en Espagne versus 17,6% dans l'OCDE

Et lorsque la tranche d'âge est étendue, la situation ne s'améliore pas. Selon le même rapport, le pourcentage de personnes âgées de 25 à 29 ans qui ne travaillent pas ni n'étudient est de 25,8% en Espagne, contre 17,6% dans l'OCDE.

 

Selon les données du dernier recensement enregistré par l'Institut national de la statistique (INE), en Espagne il y a 3.407.341 personnes âgées de 18 à 24 ans (le groupe de population étudié par l'OCDE). Parmi eux, 19,2% (647.394 jeunes) n'étudient pas et ne travaillent pas. Sur ce total, 57% veulent sortir de leur situation et cherchent un emploi, mais, en contrepartie, 43% préfèrent ne pas le faire. Ces 43%, selon l'INE, sont constitués de 278.379 jeunes âgés de 18 à 24 ans.

 

tableau âges des jeunes qui quittent foyer familial dans l'UE
Âge moyen des jeunes qui quittent foyer familial dans l'UE /source Statista-Eurostat

 

L'étude de l'OCDE indique par ailleurs que ces jeunes ont augmenté, surtout en Espagne, pendant la pandémie de Covid-19 mais qu'ils ont ensuite diminué pour atteindre ces 20%.

 

Plus de diplômes, moins de ninis

Quant à l'importance des diplômes, le rapport de l'OCDE montre que le pourcentage de ces "ninis" âgés de 25 à 29 ans ayant une formation universitaire est de 12%, soit beaucoup moins que ceux ayant une formation secondaire (20%). En d'autres termes, plus les jeunes sont instruits, moins ils sont susceptibles d'être des NEET.

 

Selon l'étude, le fait de posséder un diplôme de l'enseignement supérieur réduit également le risque de chômage de longue durée dans presque tous les pays de l'OCDE. En moyenne, 31% des chômeurs âgés de 25 à 64 ans ayant fait des études supérieures sont au chômage depuis 12 mois ou plus. Le pourcentage augmente pour ceux qui n'ont que des études secondaires (35%) ou ceux qui ont arrêté les études à 16 ans (40%). L'une des solutions les plus intéressantes pour lutter contre cette tendance est la formation professionnelle, un programme éducatif auquel le gouvernement espagnol va consacrer une grande partie de son budget et qui vise à imiter le modèle allemand.

Sur le même sujet
Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale