Mercredi 21 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Marie, Théo et Santiago: la W-box, le cadeau solidaire made in Madrid

Par Géraldine Bordère | Publié le 16/12/2018 à 19:00 | Mis à jour le 20/12/2018 à 09:17
Photo : DR
w project 1

Noël arrive à grands pas et avec les festivités réjouissantes, son corollaire : le casse-tête des cadeaux de dernière minutes. Et si vous offriez une box solidaire ? Marie, Théodore et Santiago, 3 jeunes entrepreneurs madrilènes viennent de lancer la W Box, un don à offrir. Rencontre.

 

Ils sont beaux, ils sont jeunes, et sortent de l’une des meilleures écoles de commerce d’Europe, l’IE Business School de Madrid (Instituto de Empresa Business School). Eux, ce sont Marie, Théodore et Santiago, 3 Madrilènes d’adoption plein d’avenir qui ont (déjà) décidé de donner un sens particulier à leur carrière professionnelle toute tracée : celui de l’entrepreneuriat social. "Théodore et moi, depuis notre rencontre sur les bancs de l’école, on avait pour projet de nous mettre à notre compte. Mais pas n’importe comment. Avoir une entreprise rentable oui, mais avec un projet social derrière. Notre génération veut donner un sens à son travail. Gagner beaucoup d’argent n’est plus une fin en soi. Et plus un gage d’épanouissement personnel pour nous en tout cas", résume Santiago Torres.

 

Notre génération veut donner un sens à son travail


Il y a quelques jours, ils ont lancé la "W Box". Quésaco ? Une box solidaire qui s’offre et qui permet à celui qui la reçoit d’aller faire un don à une association. En clair, vous achetez une W Box à 20 ou 50€ (elle contient un code et un bracelet), vous la recevez chez vous, vous l’offrez à la personne de votre choix et cette personne est ensuite invitée à se rendre sur la plate-forme en ligne du W Project avec le code trouvé dans la box pour soutenir l’un des 10 projets associatifs proposés et faire un don équivalent à la valeur de la box. L’objectif est double : mettre en lumière des associations qui manquent parfois de visibilité sur leurs projets et rendre le processus de don plus ludique.

 

Une façon de démocratiser le don


"Offrir un don, c’est original. Et beaucoup plus gratifiant que d’arriver à un diner ou à un anniversaire avec un petit cadeau banal qui ne servira pas et qui ne fera pas forcément plaisir ! L’idée de cette box solidaire à offrir, c’est remplacer toutes ces petites sommes du quotidien inutiles pour leur donner un sens" explique Théodore De Ville, co-fondateur du W Project. Et Marie Pedretti d’ajouter : "C’est aussi une façon de démocratiser le don. Tout le monde a envie d’aider mais on ne sait pas comment, à qui donner, et surtout on ne sait pas où va l’argent ! Il y a eu tellement de scandales liés à des associations qu’on n’ose plus donner".

 

Le donateur doit savoir précisément ce pour quoi il paye


C’est pourquoi le W Project vient en aide à des associations qui ont été rigoureusement sélectionnées et qui répondent toutes à des critères bien précis. La transparence financière de leurs comptes notamment, mais aussi qu’elles soient complètement apolitiques, qu’elles aient une expertise solide dans leur domaine et qu’elles soutiennent des projets concrets. "Le donateur doit savoir précisément ce pour quoi il paye", insiste Théodore. "Par exemple, s’il opte pour le projet «School for a girl», sa contribution permettra de payer les frais de scolarité d’un enfant au Sri Lanka. Mais il peut préférer soutenir la construction de ruches en Bolivie, ou faire planter des arbres au Liban".

w project

 
Preuve s’il en fallait une que l’idée a du potentiel en même temps que du cœur : ils sont les gagnants du concours prestigieux, Venture Lab, destiné aux jeunes entrepreneurs innovants désireux de lancer leur startup. Leur idée a été retenue parmi 60 autres projets déposés ! De quoi leur assurer soutiens et financements. En Espagne et ailleurs. Mais pour l’instant, pas question de quitter Madrid pour développer l’activité. Selon Marie, "Il y a plein d’avantages à être ici quand on est une jeune startup : le climat super dynamique de la ville, on sort d’ici après des journées à rallonge et il y a toujours de la vie. Le coût de la vie est raisonnable. C’est un vrai milieu favorable". Et Santiago d’ajouter : "Et on est particulièrement bien placés pour développer nos activités en Europe mais aussi en Amérique latine !"


Prochaine étape dans leur projet malin et solidaire : rendre la box 100% durable en utilisant des produits recyclés comme la toile de jute et des mégots cigarettes ! Vous savez maintenant quoi faire pour vos derniers cadeaux de Noël…


www.w-project.org

Nous vous recommandons

geraldine bordere

Géraldine Bordère

Journaliste food, croquetas et plus si affinités ! Diplômée de l'IPJ Paris, Lauréate du concours Bayard des jeunes journalistes 2007, ex-rédac chef de Closerteen, elle se tourne à l'occasion de son expatriation vers sa première passion: la gastronomie
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Maison de Paris S.L lun 17/12/2018 - 10:11

Bravo les jeunes !! Très belle idée !! Nous vous souhaitons beaucoup de réussite :)

Répondre

Que faire à Madrid ?

Barcelone Appercu
TOURISME

Les tops et les flops des plages espagnoles

L’Espagne est connue pour réunir quelques unes des plus belles côtes d’Europe. Mais si on y trouve de véritables joyaux, d’autres plages peuvent très vite vous faire déchanter.

Vivre à Madrid

TRADITIONS

Le plaisir d’être "de rodriguez" à Madrid en août

"Estar de rodriguez" est une expression qui se réfère aux maris, souvent pères de famille, qui restent à la ville l’été lorsque que leurs femmes et enfants sont au "pueblo" ou au bord de mer.

Expat Mag

FAITS DIVERS

Du transit à la rétention, le calvaire de 3 Sud-Américaines en France

Jacqueline Madeline, Présidente de l'association Welcome a accepté de livrer son témoignage sur le cauchemar de trois touristes qui ont été placées en rétention alors qu'elles étaient en transit.  

Sur le même sujet