Vendredi 17 septembre 2021

Jean-Michel Casa (Fête nationale): "Comme je l’ai toujours été, je serai à vos côtés"

Par Vincent GARNIER | Publié le 14/07/2021 à 18:25 | Mis à jour le 14/07/2021 à 18:26
Photo : Ambassade de France en Espagne
l'ambassadeur de france en espagne, lors du discours du 14 juillet 2021 à Madrid

Fête nationale : mardi 13 à la Résidence de France, c'est une cérémonie en petit comité, destinée aux représentants de la communauté française expatriée à Madrid, que l'Ambassadeur de France en Espagne Jean-Michel Casa a organisée avant celle tenue mercredi 14 juillet devant les autorités espagnoles.

 

La crise sanitaire conditionne donc encore, un an après, la célèbration de la Fête nationale française, avec une certaine austérité assumée par les organisateurs, gestes barrière, distance de sécurité, masques obligatoires et gel hydroalcoolique de rigueur. La cérémonie s'est déroulée dans des jardins presque vides, contrastant avec des cérémonies ayant pu rassembler jusqu'à 6.000 personnes à la fin de l'ère Delaye !

Public restreint, message fort. La célébration de la prise de la Bastille et l'esprit des Lumières auquel la Révolution française est habituellement rattaché constitue traditionnellement l'occasion de transmettre la position de la France sur les sujets d'actualité, mais aussi de revenir sur les grands axes de l'action bilatérale, tout en rebondissant sur les thèmatiques qui concernent le collectif expatrié, avec cette année sans surprise la crise du Covid en fond de toile, mais aussi le plan de relance européen. Devant les conseillers consulaires récemment élus et en présence de la Consule générale de France à Madrid, Marie-Christine Lang, et de la députée des Français de la 5e circonscription, Samantha Cazebonne, l'Ambassadeur est revenu sur le sens de la Fête nationale, avant de d'élargir son propos. 

"Cette année encore, nous devons malheureusement nous contraindre à un format restreint pour ce 14 Juillet, compte-tenu de la situation sanitaire. La circulation du virus avait substantiellement décru, sous l’effet des politiques de vaccination massive qui sont conduites en Espagne, en France et, plus largement, en Europe. Les autorités françaises et espagnoles, comme leurs partenaires, redoublent aujourd’hui d’efforts, s’agissant du travail de conviction autour de la vaccination, car cette stratégie a démontré qu’elle était payante", a débuté l'Ambassadeur.

La France et l’Espagne ont, toutes deux, la conviction profonde qu’au regard de l’ampleur des défis internationaux qui se présentent à nous, les réponses doivent être étroitement coordonnées à l’échelle de l’Union européenne

Cette année "la célébration du 14 Juillet prend un relief particulier", a-t-il continué : "En cette période où les populismes cherchent à saper les fondements de la démocratie représentative et où s’expriment ouvertement des contestations de l’universalité des droits de l’Homme, les promesses de liberté, d’égalité et de fraternité, formulées il y a plus de deux siècles, n’ont rien perdu de leur actualité". Les menaces qui pèsent en provenance d'horizons divers sur le projet démocratique européen ne sont pas nouvelles, elles ont à d'autres occasions été évoquées par les ambassadeurs en poste à Madrid. L'urgence sanitaire et la crise économique qui découlent de la crise du Covid ne facilitent pas la donne. "La France et l’Espagne ont, toutes deux, la conviction profonde qu’au regard de l’ampleur des défis internationaux qui se présentent à nous, les réponses doivent être étroitement coordonnées à l’échelle de l’Union européenne", a rappelé Jean-Michel Casa. 

Cette coordination entre nos deux pas non plus n'est pas nouvelle, elle a néanmoins eu l'occasion d'être ravivée par le 26e Sommet franco-espagnol, qui s'est tenu le 15 mars dernier à Montauban, 4 ans après la dernière rencontre bilatérale, ayant elle-même eu lieu à Malaga en 2017. De fait, la relation bilatérale est plus que jamais à l'ordre du jour, quelques jours après un insolite jeu de chaise qui a vu la venue à Madrid du ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, sa rencontre avec son homologue espagnole Arancha González Laya, le remaniement ministériel organisé en Espagne dans la foulée et la nomination au lendemain de la venue de Le Drian en Espagne de celui qui était jusqu'alors... Ambassadeur d'Espagne en France aux Affaires étrangères, José Manuel Albares, en lieu et place de González Laya. 

Les sujets européens ont donc été au cœur des travaux du dernier Sommet franco-espagnol

"Les sujets européens ont donc été au cœur des travaux du dernier Sommet franco-espagnol", a exprimé l'Ambassadeur, qui est longuement revenu sur les acquis de la rencontre. "La France et l’Espagne ont plaidé, ensemble, en faveur d’un plan de relance européen ambitieux ; et nous pouvons nous réjouir que l’Europe ait décidé, avec force et clarté, de mesures de relance à la hauteur de la crise économique et sociale provoquée par la pandémie", a-t-il notamment souligné. "Sur le sujet des questions migratoires, qui restent d’une cruelle actualité, la France et l’Espagne poussent, toutes deux, à une coopération étroite avec les pays d’origine et de transit vers l’UE. Et nos deux pays sont engagés ensemble, sur le terrain, pour la sécurité extérieure de l’Union européenne, au Sahel", a-t-il en outre évoqué. 

Mais le 26e Sommet franco-espagnol restera dans la mémoire collective comme celui ayant permis d'acter la double nationalité. "Le Sommet de Montauban (...) a donné lieu à la signature d’une dizaine de conventions, dont certaines ont un impact direct sur la vie de nos concitoyens. Je pense, par exemple, au mécanisme de conversion des notes du Baccalauréat, qui doit faciliter l’accès au système universitaire espagnol. Je pense, surtout, à l’accord facilitant la double nationalité franco-espagnole, qui est une très importante avancée, et dont la ratification parlementaire se prépare maintenant", a précisé l'Ambassadeur.

"S’agissant de la vie démocratique de la communauté française, qui compte 85.000 personnes inscrites au registre consulaire (...) les élections consulaires du 30 mai dernier auront, incontestablement, été un temps fort", a-t-il poursuivi. "Le scrutin du a été l’occasion d’un certain nombre d’innovations, telles que l’introduction du vote par internet, qui a connu un beau succès (...) C’est ce même dispositif, qui a bien fonctionné, qui sera reconduit pour les échéances électorales de 2022".

4,7 millions d'euros, destinés à 1.100 boursiers en Espagne

Enfin, l'Ambassadeur a terminé sur les effets de la pandémie et l'action sociale du consulat et de l'Ambassade, à destination de nos compatriotes installés dans le pays. "Dans le domaine des affaires sociales, le soutien à la communauté française, assuré par le Consulat général, s’est notamment déployé sous la forme des bourses scolaires. En augmentation, le montant total des bourses s’élève désormais à un peu plus de 4,7 millions d’euros, pour un total de 1100 boursiers. Par ailleurs, un mécanisme de Secours Occasionnel de Solidarité (SOS) a été mis en place, à l’initiative du Gouvernement, afin de porter secours aux résidents français traversant une période difficile du fait de la crise sanitaire. Ce dispositif servant à l’achat de produits de première nécessité a bénéficié, cette, année à près d’une centaine de personnes en Espagne", a-t-il précisé.

"Comme je l’ai toujours été, je serai à vos côtés, personnellement, avec notre Consule générale à Madrid, mais aussi avec nos Consuls de Barcelone et Bilbao, et avec l’ensemble des autres services du réseau diplomatique et de coopération en Espagne, pour vous accompagner dans la phase de relance économique et sociale, délicate mais décisive, dans laquelle nous entrons", a conclu Jean-Michel Casa.

0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet