Castex visite Madrid à quelques jours de la présidence de l’UE par la France premium

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 12/12/2021 à 21:02 | Mis à jour le 29/12/2021 à 12:12
Photo : Le Premier ministre Jean Castex s’est rendu à Madrid pour rencontrer Pedro Sanchez / Fernando Calvo
Jean Castex et Pedro Sanchez à la Moncloa, lors de la viste du premier ministre français en Eespagne

Ce n’était pas arrivé depuis 2008. La France prendra le 1er janvier 2022 la présidence du Conseil de l’Union européenne et à cette occasion, le Premier ministre Jean Castex s’est rendu à Madrid pour rencontrer Pedro Sanchez. A la clé, des sujets d’intérêt majeurs pour l’Europe mais aussi pour les relations bilatérales, et leurs conséquences concrètes pour les Français en Espagne.

 

Cette visite intervient à un moment clé pour la France, puisqu’en janvier elle prendra pour la 13ème fois la présidence tournante de l'Union européenne pendant six mois, ce qui coïncidera en plus avec l’élection présidentielle. Jean Castex a tout d’abord été reçu au Palais de la Moncloa par le Président du gouvernement espagnol, M. Pedro Sanchez, à qui il a présenté les priorités de la présidence française de l'UE, en mettant l'accent sur la reprise économique, l’autonomie industrielle et numérique, la question migratoire et les enjeux de sécurité intérieure. 

Nous avons besoin de l’Europe et nous avons des relations fortes avec l’Espagne

Tous deux ont confirmé la grande convergence entre les deux pays sur ces différents sujets. "La France et l’Espagne ont les mêmes objectifs ambitieux -a souligné le Premier ministre français-, comme celle de la question de gestion des flux migratoires. Nous avons besoin de l’Europe et nous avons des relations fortes avec l’Espagne". 

Précisément, pendant ce semestre, la France entend maîtriser les frontières face aux défis migratoires et souhaite une réforme de l’espace Schengen et la création d’un mécanisme de soutien d’urgence aux frontières quand un État fait face à une crise. M. Sánchez et Castex ont ainsi décidé de renforcer la coopération opérationnelle en matière de lutte contre l’immigration irrégulière.

Une brigade franco-espagnole aux frontières

Un meilleur suivi des flux migratoires et, le cas échéant, des flux terroristes, est en effet un objectif partagé entre la France et l'Espagne. A ce titre, ils ont annoncé le lancement d’ici à l’été 2022 d’une brigade mixte franco-espagnole à la frontière, et le développement de partenariats avec les pays d’origine et de transit. 

L’Espagne, une des portes d’entrée

M. Sánchez a d’ailleurs souligné que "la question des migrations est un défi pour l'Europe et revêt une importance vitale pour l'Espagne". En 2020, l'Espagne avait présenté avec l'Italie, la Grèce, Chypre et Malte un "non-paper", c’est-à-dire un document non officiel, dans lequel ils exposaient leur position sur la question en tant que pays méditerranéens de première entrée de l’immigration illégale. Le texte défendait l'importance pour l'UE de garantir une gestion efficace des flux migratoires basée sur une responsabilité partagée et une solidarité effective.

Sur le thème de l'Europe de la défense, les deux dirigeants ont exprimé leur accord pour travailler ensemble et aligner les objectifs de l'UE et de l'OTAN, notamment dans la perspective du prochain sommet de l'Alliance atlantique qui se tiendra à Madrid en juin 2022. 

jean castex et pedro sanchez à la Moncloa en Espagne
"La France et l’Espagne ont les mêmes objectifs ambitieux" a souligné le Premier ministre français / Fernando Calvo


La double nationalité, une réalité début 2022

Cette réunion a également permis de confirmer leur plein engagement à mettre en œuvre les décisions du XXVIème sommet franco-espagnol qui avait eu lieu à Montauban en mars dernier. Il faut rappeler que la France et l’Espagne avaient alors signé une dizaine de conventions dont certaines ont un impact très direct sur les Français, comme l’accord de double nationalité franco-espagnole qui devrait être une réalité début 2022. Il en est de même pour les discussions sur un sujet épineux pour les Français dont les enfants sont scolarisés dans un établissement français, celui de la note de conversion du Bac


Fin du certificat de vie

La transition écologique était un autre thème évoqué lors de ce XXVIème sommet. Il se reflète dans la révolution numérique, qui a pour objet de faciliter la vie et les relations des Français en Espagne, avec des conséquences qui commencent à se concrétiser, comme la fin du certificat de vie pour les retraités résidant en Espagne à partir de janvier 2022, et ce, grâce à l'échange de fichiers d'état civil et à l'introduction de contrôles biométriques. 


Liens culturels renforcés

En outre, en matière culturelle, et toujours conformément à l'engagement pris cette année pendant ce XXVIème  sommet, M. Sánchez et M. Castex ont annoncé la création d'une commission bilatérale hispano-française pour commémorer conjointement le 50e anniversaire de la mort de Pablo Picasso en 2023.

Cette Commission, qui bénéficiera de la collaboration de plus de 30 institutions culturelles d'Espagne, de France, des États-Unis, d'Allemagne, de Suisse et de Monaco, organisera des expositions, des rencontres internationales et des symposiums, et développera de nouvelles ressources pédagogiques et audiovisuelles sur l'artiste. Cela permettra à un large public de découvrir ou redécouvrir le grand héritage de cet artiste universel à travers les activités et les événements qui seront organisés par les deux pays pendant près de deux ans.

jean castex à la Résidence de France à Madrid
Jean Castex à la Résidence de France à Madrid / Ambassade de France en Espagne


Jean Castex a fait son stage étudiant à l’Ambassade de France en Espagne

Le Premier ministre a également profité de sa visite à Madrid pour retourner à l'ambassade de France, où il avait fait son stage d'étudiant de l'ENA en 1989. "Ça a été un grand moment d’émotion parce que j’aime beaucoup l’Espagne -a ensuite déclaré Jean Castex lors de sa rencontre avec des représentants de la communauté française d’Espagne-. Il faut rappeler qu’en 1981, l’Espagne était encore considérée comme un pays en voie de développement ! Donc il y a eu un véritable boom économique, sans parler de la vie nocturne, la fameuse Movida. L’Espagne avait soif de vivre". 

Vous êtes une chance pour notre pays et vous êtes au centre de nos préoccupations, je compte sur vous pour conforter l’attractivité de notre pays

Près de 200.000 Français vivent en Espagne

Le Premier ministre a aussi tenu à saluer le rôle des Français d’Espagne en faveur du renforcement des relations franco-espagnoles. Entre 150.000 et 200.000 Français résident en Espagne et presque un tiers d’entre eux sont des binationaux. "Vous êtes une chance pour notre pays et vous êtes au centre de nos préoccupations, je compte sur vous pour conforter l’attractivité de notre pays. Vous êtes des représentants de la France en Espagne", a déclaré le Premier ministre, lors de son intervention. 

jean castex à la Résidence de France à Madrid
Le Premier Ministre a rencontré plusieurs représentants de la communauté française à Madrid / Ambassade de France en Espagne


Des relations économiques en hausse

Jean Castex a également mis l’accent sur le fait que "la relation économique franco-espagnole, historiquement forte, a une nouvelle fois montré sa densité et sa solidité en 2020, malgré la crise sanitaire". Ainsi, le flux des investissements espagnols vers la France a même progressé de 9% par rapport à l’année précédente et la France est devenue la première destination européenne d’investissement de l’Espagne. Environ 850 filiales espagnoles sont présentes sur le sol français et emploient près de 60.000 personnes. Quant à la France, il existe plus de 2.400 filiales françaises en Espagne, employant près de 330.000 personnes, avec un chiffre d'affaires annuel de plus de 85 milliards d'euros.

Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale