Mardi 25 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

VRAI/FAUX – Les horaires de travail espagnols sont-ils les pires d’Europe?

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 04/04/2016 à 22:00 | Mis à jour le 06/01/2018 à 21:01

S'il ne fallait retenir qu'une seule caractéristique pour décrire le quotidien des Espagnols, il est certain que les horaires de travail seraient sur toutes les lèvres. Et pour cause. Ce sujet maintes et maintes fois débattu dans la société comme sur les bancs du congrès des députés fait polémique. C'est pourquoi lepetitjournal.com a décidé de s'y pencher pour démêler le vrai du faux et faire un état des lieux de la situation à l'heure actuelle.

(Photo tirée du domaine public)

En Espagne, la loi stipule que la durée du travail ne doit pas dépasser les 40 heures hebdomadaires et les 9 heures quotidiennes. Une journée de travail classique s'organise donc de la façon suivante : lever à 7h30, déjeuner de 8h à 9h, travail à 10h30, pause-repas de 14h à 16h et fin du travail à 20h. Des horaires considérés comme contre-productifs et inadaptés à la réalité du travail par bon nombre de ses détracteurs. Des responsables politiques, chercheurs, médecins et éditorialistes qui préconisent une adaptation aux standards européens et mettent en avant l'adage : travailler moins pour travailler mieux. Ont-ils raison ?

Les Espagnols travaillent plus que les autres
FAUX MAIS... Selon l'OCDE, l'Espagne se situe dans la moyenne européenne en ce qui concerne le nombre d'heures de travail : 1.665 heures par an au cours de l'année 2013. Un volume horaire comparable à ceux du Royaume-Uni (1.669 heures), du Portugal (1.712) et de l'Italie (1.752). Loin devant l'Allemagne, les Pays-Bas et la France, où l'on travaille respectivement 1.362, 1.379 et 1.489 heures par an en moyenne.

Les horaires de travail espagnols favorisent la productivité
FAUX. Si les Espagnols travaillent plus que dans la grande majorité des pays de l'Union Européenne, ils font partie des moins productifs. En effet, d'après l'agence statistique de l'Union Européenne, Eurostat, la productivité horaire des Espagnols s'établit à 32,1 euros par travailleur, loin derrière l'Allemagne et la Suède avec 42,8 et 45,5 euros. Deux pays dans lesquelles la durée légale du travail est inférieure à celle en vigueur en Espagne. Un paradoxe résumé par le phénomène de "présentisme", ou l'impression de travailler plus si l'on reste sur son lieu de travail plus longtemps.

(http://www.photo-libre.fr)


SOCIÉTÉ - Et si l'Espagne remettait ses pendules à l'heure ?
 
HORAIRES (A MADRID) ? Commerces, banques, administration 

EQUILIBRE VIE PRO / VIE FAMILIALE ? La conciliation, le secret du bonheur des Espagnols?

ESPAGNE MODE D'EMPLOI - France/Espagne, attention au décalage horaire ! 

HORAIRES - La Catalogne bientôt à l'heure de la France (et du reste de l'Europe) ? 

Les pauses repas sont plus longues en Espagne
VRAI. Alors que les pauses-déjeuner ne durent pas plus de 30 minutes à partir de midi en France, en Allemagne ou en Suède, on estime en moyenne à une heure et demi voire deux heures, de 14h à 16h, la durée de la pause de la mi-journée consacrée au repas en Espagne. Une pause symbolique du style de vie espagnol, jugée trop longue par certains, qui la considèrent comme l'une des principales causes des journées de travail à rallonge et du retour à la maison si tardif des travailleurs ibériques. De plus en plus de voix s'élèvent au sein de la société pour la réduire et ainsi gommer le décalage horaire existant avec les autres pays européens. D'autant que ce break s'avère également préjudiciable pour les affaires avec l'étranger.

Ces horaires sont dues à la traditionnelle sieste en début d'après-midi.
ARCHI FAUX. La réalité se trouve dans l'histoire contemporaine du pays. Après le Guerre Civile (1936-1939), l'Espagne est dirigée par le General Franco. Durant le Seconde Guerre Mondiale, ce dernier décide de se calquer sur l'heure allemande, supérieure d'une heure au méridien de Greenwich, le fuseau horaire utilisé par la grande majorité des pays de la zone. A cela s'ajoutent les conditions de vies, misérables pour une grande partie de la population, et l'interdiction de travailler pour les femmes, qui poussent les hommes à cumuler plusieurs emplois. La pause de 14 à 16h est donc à l'époque synonyme de repos vital entre le travail de jour et le travail de nuit et cette habitude s'est peu à peu installée dans la population, jusqu'à devenir la norme à l'heure actuelle.

Ces horaires ont un mauvais impact sur la santé.
VRAI. Ce décalage horaire se répercute également dans l'heure du coucher, souvent après minuit en semaine. En moyenne, les Espagnols dorment une heure et demi de moins que leurs voisins européens. Et la fatigue accumulée par le métabolisme humain à cause de ces heures tardives nuit à la fois à la santé et à l'efficacité pendant la journée de travail.

Les partis politiques ne font aucune proposition pour les modifier
FAUX. En tout cas, le sujet est de nouveau à l'ordre du jour en cette période de négociations entre les principaux partis de la Péninsule, en quête d'une majorité claire pour pouvoir gouverner le pays. Pas plus tard qu'hier, le leader du PP et président en fonction du gouvernement, Mariano Rajoy, a évoqué le sujet parmi cinq nouvelles propositions, en promettant notamment de faire terminer les journées de travail à 18h dans les entreprises après la signature d'une convention collective. Un pacte de 200 mesures signé entre Pedro Sánchez du PSOE et Albert Rivera de Ciudadanos en février dernier incluait une proposition similaire, préconisant plus de flexibilité dans les horaires de travail et un retour au fuseau horaire calqué sur le méridien de Greenwich (GMT). De son coté, Podemos s'est prononcé en faveur d'une réduction du temps de travail hebdomadaire à 35 heures, déjà en place dans de nombreux pays européens dont la France.

La population est en faveur d'un changement d'horaire.
VRAI. Le problème serait avant tout générationnel. Or, cette volonté de "rationnaliser" les horaires de travail semble avoir fait son chemin dans les mentalités et il existe désormais un consensus de plus en plus évident sur cette question. Un point de chute devrait être trouvé dans les mois ou les années à venir grâce au renouvellement de la classe politique espagnole et à la baisse de la moyenne d'âge des députés. Le monde du travail a beaucoup évolué depuis le début du 21e siècle, notamment en ce qui concerne la dématérialisation du lieu ou exercer sa profession. Il existe de plus en plus de métiers sans horaire ni lieu précis, sur le Web notamment, qui rendent obsolète la législation espagnole et le "présentisme" en vigueur aujourd'hui. Reste à savoir si ce débat fera toujours partie des priorités de la future majorité au pouvoir.

Simon MARACHIAN (www.lepetitjournal.com - Espagne) Mardi 5 avril 2016
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter
Téléchargez notre application pour téléphone mobile viaItunes ou via Google Play

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet