Énergie : l'Espagne fait ses adieux au charbon

Par Perrine Laffon | Publié le 01/03/2020 à 10:10 | Mis à jour le 01/03/2020 à 19:35
Photo : Centrale thermique de Meirama, Galice / CC BY SA 2.0 Pilar Ponte https://www.flickr.com/photos/17316662@N00/3958892640
centrale thermique espagne

L'Espagne abandonne la production d'électricité dans ses centrales à charbon et ouvre la porte aux énergies renouvelables afin d'atteindre les objectifs écologiques fixés pour les décennies à venir.


Cela fait un an maintenant que le gouvernement espagnol a annoncé son nouveau plan pour le climat, visant l'abandon du système énergétique national actuel pour générer de l'électricité provenant exclusivement de ressources renouvelables. L'objectif de l'Espagne est de porter la part des énergies renouvelables à  35% de la consommation énergétique finale d'ici 2030, pour obtenir un système électrique basé à 100% sur des énergies renouvelables en 2050.


Réduction de 69% les émissions de CO2

Dans le respect de ce plan, l'Espagne abandonne à toute vitesse la production d'énergie issue du charbon. La part du charbon dans l'électricité espagnole est en effet passée de 17% en 2018 à 5% en 2019, se rapprochant ainsi de l'objectif de supprimer le charbon comme ressource énergétique d'ici 2030. Cette transition énergétique a permis une réduction de 69% les émissions de CO2 dues à la combustion d'énergies fossiles. Les entreprises espagnoles de production et de distribution d'énergie ont annoncé la fermeture prochaine des dernières centrales à charbon, et investissent lourdement dans le déploiement des énergies renouvelables Par préoccupation écologique, mais surtout parce que la rentabilité du charbon est devenue nettement inférieure à celle de l'énergie renouvelable. Le photovoltaïque mais aussi le secteur de la biomasse se positionnent comme les alternatives énergétiques les plus attrayantes. 


Fermeture des centrales thermiques entre 2021 et 2035

Le Plan national intégré de l'énergie et du climat (PNIEC), élaboré par le gouvernement espagnol en accord avec les entreprises de production d'électricité, prévoit la fermeture progressive des centrales espagnoles entre 2021 et 2035 en parallèle du lancement d'une grande vague d'installations de solutions renouvelables. Cependant, si tout le monde est d'accord sur le fait que la transition énergétique est nécessaire, les employés des centrales sont très inquiets pour l'avenir de leurs emplois. Les fournisseurs d'énergies mettent en place des plans de formation et de placement des employés dans les nouvelles structures liées aux énergies renouvelables. L'entreprise Endesa a investi 2 milliards d'euros dans son plan d'action  2019-2021, qui permettra l'abandon du charbon et une hausse de la production électrique de 1,9 gigawatts. Naturgy a annoncé la fermeture de ses centrales thermiques pour 2022 et mise désormais sur l'éolien et le photovoltaïque. Iberdrola, spécialisée en énergies renouvelables, a annoncé la création de 20.000 nouveaux postes et un investissement de près de 30 milliards d'euros dans les énergies renouvelables. L'entreprise construira par exemple cette année un nouveau parc éolien qui produira 63 megawatts. 
 

perrine laffon

Perrine Laffon

Journaliste et rédactrice web française à Barcelone. Spécialiste de la culture locale et nationale. Suivi de l'actualité catalane, portraits, analyses. Passionnée de voyages et d'Histoire.
3 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

studer lun 02/03/2020 - 21:10

De belles intentions, mais la journaliste oublie de dire que l'électricité de l'Espagne est aujourd'hui encore produite à 34 % par des énergies fossiles : si le charbon décroit, le gaz reste en bonne place. Et il ne faut pas oublier que le gaz émet entre 400 et 500 g de CO2 par kWh produit, soit la moitié des 1000 g du charbon, à comparer à l'éolien ou au nucléaire, énergies propres qui ne dépassent pas 11 g. Dernier détail : un parc éolien (ou autre) ne produit pas des MW, mais des MWh.

Répondre
Commentaire avatar

LuchoLepenseur mar 03/03/2020 - 23:46

Si tes informations exactes, et que ta précision était nécessaire, il me semble qu'il faut un début à tout. Pourtant je sent encore cette pointe de critique habituelle quand il s'agit de l'Espagne.

Répondre
Commentaire avatar

studer lun 02/03/2020 - 21:07

De belles intentions, mais la journaliste oublie de dire que l'électricité de l'Espagne est aujourd'hui encore produite à 34 % par des énergies fossiles : si le charbon décroit, le gaz reste en bonne place. Et il ne faut pas oublier que le gaz émet entre 400 et 500 g de CO2 par kWh produit, soit la moitié des 1000 g du charbon, à comparer à l'éolien ou au nucléaire, énergies propres qui ne dépassent pas 11 g. Dernier détail : un parc éolien (ou autre) ne produit pas des MW, mais des MWh.

Répondre
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale