Une porte bleue, les jardins privés et un coup de foudre

Par Johanna Wozniak | Publié le 19/01/2021 à 16:59 | Mis à jour le 19/01/2021 à 18:01
Photo : Jamez Picard - Unsplash
Notting Hill Netflix confinement

Le climat actuel n’est pas idéal : stress et anxiété sont omniprésents. No stress, pour vous changer les idées, Le Petit Journal Londres vous propose de quoi prendre ce confinement avec légèreté.

 

Bon, le confinement ce n’est pas vraiment quelque chose de sympa. C’est long, et dieu qu’il est compliqué de percevoir le bout du tunnel. Je suis d’avis de toujours voir le bon côté des choses et non pas de se conformer à la situation actuelle moribonde qui nous pollue la vie. Notre si précieuse balade à Notting Hill s’en retrouve même contrariée. Il était donc absolument temps de redécouvrir ensemble un classique à travers notre écran. Les films, les séries ou encore les livres nous permettent de nous évader totalement dans un univers parallèle, et j’entends bien vous en convaincre de ce pas !

Je ne pouvais aborder mon kit de survie face à ce confinement sans parler de ce classique écrit par Richard Curtis saupoudré de clichés so british. La crème de la crème des comédies romantiques, derrière laquelle se cache au combien de subtilités et de finesses. S’il existe une comédie à l’eau de rose plus parfaite que Coup de foudre à Notting Hill, alors il va falloir m’en mettre au parfum.

Pour le topo, William Thacker (Hugh Grant) tient une petite boutique de livres de voyage à Notting Hill. Sa timidité et maladresse n’ont jamais cessé de le précéder. Anna Scott (Julia Roberts) est une actrice à la renommée internationale. Ils se rencontrent par hasard et vivent la plus improbable des romances. Tout du moins, improbable pour ceux qui le veulent bien. Dès le début quand William renverse son jus d’orange sur Anna, l’histoire est cousue de fil blanc.

Mais quand bien même, on se laisse très vite surprendre par le choc de ces deux mondes dans lesquels vivent respectivement nos deux personnages : le contraste entre la simplicité de William, et la vie mouvementée d’Anna parfaitement énoncée par le libraire : « à des milliers de kilomètres de mon monde ». Ce film encense Notting Hill sous toutes ses coutures ; les maisons colorées, l’emblématique marché de Portobello, et surtout, le graal pour les fans de Coup de foudre à Notting Hill qui ne pourront qu’approuver : la maison à la porte bleue. Les références parsèment génialement le film et nous nous délectons des clins d’oeil à Jane Austen ou encore Henry James.

 

Des personnages fantastiques, décalés juste ce qu’il faut

Être ou ne pas être ? Spike a la solution ! L’inimitable coloc’ de notre héros marchand de livres interprété à merveille par Rhys Ifans nous fait juste mourir de rire à chaque fois qu’il ouvre son gosier de pur gallois. Le contraste avec le personnage romantique et terre-à-terre de William est tout simplement majestueux. De la combinaison de plongée au slip kangourou, il mime à la perfection le colocataire idéal. Quand Spike essaie d’être romantique aux yeux de ces conquêtes, son vocabulaire en vaut vraiment la chandelle… Martin, l’employé à la librairie, est tout aussi épique. Presqu’autant à côté de la plaque et décalé que Spike. Le bougre va jusqu’à confondre Julia Roberts avec Demi Moore et son rôle dans Ghost. Ou encore Topol d’Un violon sur le toit (ndlr : film musical américain de 1971) et Ringo Starr.

Julia Roberts joue si bien cette actrice hollywoodienne qui se laisse séduire de plus en plus par la simplicité de l’entourage et du quotidien de William. Ses touches d’humour sont agréables et de bonne augure. Son duo avec Hugh Grant crève l’écran et donne envie d’aller se promener dans les rues de Notting Hill.

Cette histoire d’amour clichée au possible nous fait sourire tellement agréablement, comme si la vie pouvait se résumer à voir Hugh Grant sortir du bus encore en marche, bouquet de fleurs à la main et se diriger vers le Ritz conquérir sa dulcinée. Il ne manquait plus qu’une bande-originale d’une tendresse absolue pour rendre encore plus divines les scènes de baiser entre nos deux amoureux.

Quelle merveilleuse leçon de vie que cette bande de copains qui fait face aux épreuves de la vie. L’handicap, la perte d’un travail, ou une séparation, sont utilisés pour alimenter les rires et la vision du bon côté des choses. Et c’est bien ça la beauté de ce film. Ceux qui ne voient qu’une énième banale histoire d’amour entre William et Anna n’ont pas regardé le film avec le bon oeil.

Laissez-vous donc entraîner par un regard nouveau en allumant votre télévision (Netflix plus précisément), armez-vous du plaid qui va trop bien et du chocolat chaud et je vous assure que votre confinement sera d’un coup d’un seul moins pénible. Et puis, n’omettons pas qu’un peu d’amour et de romantisme dans ce monde de brutes peuvent représenter une partie de la solution…

 

Pour ne rien perdre de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics.

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale