TEST: 2269

Entre bienfaits & conscience écolo : faut-il se sentir coupable d’aimer les avocats?

Par Laurent Colin | Publié le 30/03/2022 à 20:05 | Mis à jour le 30/03/2022 à 20:18
Photo : Estudio Bloom - Unsplash
Toute une série d'avocats entiers ou coupés en deux sur fond mode violet

Est-ce vraiment un scoop ? L’avocat est toujours utile pour nous défendre. Mais ne nous y méprenons pas : nous parlons bien ici de nos défenses immunitaires. The American Heart Association nous le prouve dans une étude géante menée auprès de plus de 100 000 personnes.

 

Alors que la flambée épidémique continue au Royaume-Uni, on entend partout qu’il est bon de renforcer les défenses de notre organisme. Riche en acides gras oméga-9 - connus par exemple pour améliorer la tension artérielle - et en vitamines C et E, antioxydants reconnus pour le système immunitaire, l’avocat s’impose donc sur la table, à tous les repas de la journée.

 

Ce fruit, à la base originaire du Mexique, n’en finit pas de gagner en popularité. Un restaurant y est même entièrement consacré à Covent Garden. Si c’est en France qu’on le consomme le plus en Europe (2,2 kg par Français et par an), il est aussi très apprécié en Allemagne et au Royaume-Uni où ses ventes ont augmenté de 7 % l’année dernière en volume.

 

Deux études qui plaident en faveur de l’avocat

Selon l’étude américaine dirigée par des scientifiques de Harvard pendant 30 ans, manger un seul avocat par semaine réduirait le risque de maladie cardiaque de 20 %, en réduisant notamment le mauvais cholestérol et en empêchant l’obstruction des artères.

 

Une autre étude confère dans le même temps à l’avocat des vertus anti-inflammatoires. Il est ainsi démontré que lorsqu’on glisse des tranches d’avocat dans un burger, l'inflammation digestive est réduite de 40 % par rapport à la consommation d'un burger classique. Le fruit forme simplement un baume qui tapisse la paroi des intestins et les protège des agressions.

 

Question santé, l’avocat est un véritable allié. Question écologie, beaucoup moins…

A tel point que l’on serait presque tenté de faire son procès. Il faut en effet compter entre 1 000 et 2 000 litres d’eau pour récolter 1 kg de ce précieux fruit, soit presque dix fois plus que pour 1 kg de tomates. Et c’est sans parler des semaines de transport en bateau pour les acheminer d’Amérique du Sud, du Kenya ou d’Afrique du Sud, où il faut les conserver dans des réfrigérateurs à 6°C. De quoi tout d’un coup tempérer notre enthousiasme non ?

Alors à bon défendeur. Salut !

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale