Lundi 16 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Movember : un mois pour se laisser pousser la moustache

Par Pauline Géhant | Publié le 03/11/2019 à 17:18 | Mis à jour le 03/11/2019 à 17:18
Photo : Hayley Catherine
Movember mouvement moustache fondation solidarité

L’événement annuel organisé par la fondation Movember Foundation Charity prend de plus en plus d’ampleur. A cette occasion, en novembre, les hommes du monde entier sont invités à se laisser pousser la moustache. Mais savez-vous vraiment pourquoi ? Explications.

Un matin, on se réveille, on perd goût à la vie et on abandonne tous les objectifs qu'on s'était fixé. On a l'impression d'avoir tout raté ou de ne pas pouvoir y arriver. On arrête de chercher des solutions. D'un seul coup, tout est flou. L'avenir s'assombrit. On se demande pourquoi se lever chaque matin, pourquoi prendre la peine de se nourrir ou d'aller au travail, pourquoi aller voir telle ou telle personne... Plus le temps passe, plus il nous paraît impossible de comprendre les autres et plus on a l'impression d'être transparent. Peu à peu, on se replie sur soi-même. Au début, cet isolement est confortable. Puis on commence à avoir des idées noires. On ne va pas en parler parce qu'on a honte ou parce qu'on pense que personne ne pourrait vraiment nous comprendre. Jusqu'au jour où ces idées noires prendront toute la place et finiront par devenir les seules réalités possibles.

Sensibiliser, se rassembler, combattre

« Chaque minute, un homme se suicide. En Grande Bretagne, 75 % des suicides sont commis par des hommes. » ; ce sont les chiffres communiqués par l'association Movember. Comme chaque année, en novembre, ce mouvement, fondé en 2003 à Melbourne (Australie), fait éclater au grand jour un certain nombre de problèmes auxquels les hommes sont confrontés : le cancer de la prostate, des testicules ou encore la dépression et les idées suicidaires. Pour sensibiliser l'opinion publique, la fondation invite les hommes à se laisser pousser la moustache (et seulement la moustache !) et à participer à différents événements (concerts, courses à pieds, galas de charité...). L'an passé, le mouvement a rassemblé près de 320 000 personnes.

Changer les mentalités pour prévenir

Après avoir conquis les australiens en 2005, le mouvement a désormais pris une dimension internationale. Les collectes de fonds réalisées ont permis de développer plus de 1 250 projets aux quatre coins du globe, de soutenir de nombreux programmes de recherche et surtout de faire évoluer les mentalités. C'est notamment le cas pour le phénomène du suicide au sein de la population masculine. Malgré les chiffres alarmants de l'OMS évaluant à 510 000 le nombre d'hommes qui se suicident chaque année, les campagnes de prévention n'ont que tardé à être mises en œuvre et à être relayées par les médias. En 2006, une campagne de prévention « Man Up » a encouragé les hommes à exprimer leurs émotions. L'année dernière, 84 statues d'hommes ont été placées sur le toit d'une tour à Londres afin de sensibiliser les londoniens à ce constat alarmant : chaque semaine, 84 hommes se donnent la mort au Royaume-Uni...

Un silence un peu trop normal

Le suicide en Grande-Bretagne est une thématique récurrente. Elle l'est d'autant plus ces dernières années puisqu'elles touchent une population de plus en plus en jeune. Pourquoi quelqu'un voudrait-il mettre fin à sa vie ? Pourquoi vouloir arrêter de se battre ? Les facteurs sont autant nombreux qu'il y a d'individualités, mais pour ce qui est des hommes, le facteur le plus dominant est le silence. Prisonniers dans cette représentation de l'homme viril, fort et responsable, les hommes se trouvent contraints à cacher ou à taire leurs émotions. Ils ont du mal à exprimer leurs angoisses et leurs problèmes et donc à trouver le moyen d'y faire face.

En parler et savoir s'entourer

Pour combattre le suicide, Movember mise sur l'échange et sur le soutien des proches et pour favoriser l'ouverture à l'isolement, la fondation accompagne de nombreux projets en Grande-Bretagne. En Écosse, Movember est à l'origine du « Changing Room Project ». L'idée est de rassembler les hommes et de leur redonner goût à la vie à travers le football. Ce lieu de rencontre a déjà permis à de nombreuses personnes de s'exprimer et de retrouver un esprit plus positif.

Pour en savoir plus : https://uk.movember.com

Pauline Géhant journaliste collaboratrice rédaction journal Londres

Pauline Géhant

Ex-étudiante en création documentaire, bénévole pour Médecins du monde, travaille dans les aéroports et les avions.
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet