Mon chagrin d’amour confiné

Par Johanna Wozniak | Publié le 05/02/2021 à 18:19 | Mis à jour le 05/02/2021 à 18:31
Photo : Karim Manjra - UNSPLASH
amour chagrin rupture

Mes très chers lecteurs, aujourd'hui je suis venue vous parler d’un sujet qui me tient particulièrement à coeur et qui, je pense, fera écho à beaucoup d’entre vous.

 

Ha l’amour… Le sentiment le plus simple et le plus dur à la fois. En temps normal, un chagrin d’amour fait mal. Le plus souvent il est très (très) dur à digérer mais alors en pleine période de confinement… Nous frôlons l’insurmontable. Surtout quand nous ne sommes pas la personne qui entreprend la rupture. Le tout saupoudré de l’arrivée imminente de notre bien aimée St-Valentin : tout va bien. Pour être totalement transparente avec vous, je n’ai pas de recette miracle à vous apporter aujourd’hui. Je ne vais pas vous bassiner avec des phrases toute faites, simplement vous parler comme si je le faisais avec ma meilleure amie. Il est donc de mon devoir de vous lister les astuces qui m’aident à relever la tête quand tout ce qui me met en joie est de rester sous la couette dans le noir telle une Bridget Jones assumée. Un indispensable : les copines. Autrement dénommé : girl power. En FaceTime ou par message, il faut absolument garder ce lien précieux pour être capable d’affronter cette étape. Et puis, si vous avez des copines aussi impliquées que les miennes, elles vivront surement la rupture aussi intensément que vous. Règle numéro 1 : s’éloigner de son téléphone au maximum. Je sais mieux que personne à quel point il est tentant d’envoyer ce message risqué que nous conservons précieusement dans nos notes. Alerte rouge, tous les feux sont au clignotants : c’est une mauvaise idée. Par contre en ce qui concerne la tequila, bien à disposition accompagnée des chocolats qui vont bien : le best remède à tous les maux (avec modération bien évidemment).

 

Prendre soin de soi

Dans ces profonds moments de désespoir, nous avons tendance à laisser de côté une chose essentielle : prendre soin de soi. Cela peut nous paraître futile voire inutile mais il n’y a pas meilleur remède. Prendre un bain pour se détendre, écouter de la musique, se faire plaisir avec des choses simples. Sortez votre plus beau pyjama, optez pour le soin le plus approprié et lancez-vous dans quelque chose qui vous fait du bien.

Le meilleur film à l’eau de rose, une activité particulière, le call de désespérée avec votre BFF. Tous les moyens sont bons pour se libérer et évacuer le chagrin qui prend possession de tout notre corps. Le meilleur conseil que je puisse vous donner et qui m’a le plus aidée : s’écouter. Il s’agit de la chose la plus importante. Le temps fera le reste, mais pour ce qui est des sentiments quels qu’ils puissent être : ne les refoulez-pas. Apprenez à accepter la douleur, la peine, la déception et le pire qu’il soit : la nostalgie. Petit plus : pour toutes celles qui ont besoin de la touche supplémentaire (cadeau de la maison), le graal : l’apéro à 16h. Devenu inévitable, et surtout vital. Aux grands maux, les grands remèdes…

 

Notre pire ennemi : les souvenirs

J’aimerais vous dire que votre pire ennemi sera vous-même. Parce que c’est le cas. Rien de pire pour se relever d’une peine de coeur que d’avoir son téléphone à proximité : je ne le répéterai jamais assez. Objet de tout nos maux, la tentation de regarder les photos, ou de relire les messages sera beaucoup trop alléchante. Breaking news : ça ne vous fera pas aller mieux, et encore moins avancer bien au contraire. Ce sentiment merveilleux qu’est la nostalgie, vous donnera envie parfois (très souvent) de vous lancer à corps perdu dans une discussion qui ne ferait qu’aggraver la situation pitoyable dans laquelle vous vous trouvez déjà. Alors, ce n’est pas toujours (jamais) la solution. Je dois avouer quand même qu’il reste efficace en dernier recours évidemment, pour avoir les tenants et aboutissants de l’histoire et d’en découdre (enfin !). Alors mes chers lecteurs le dernier conseil que j’ai à vous donner sera le suivant : suivez votre instinct, et surtout suivez votre coeur. Le reste sera comme une évidence.

 

Pour ne rien rater de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale