Vendredi 23 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Londres : le loup serait de retour à la City

Par Pauline Géhant | Publié le 13/08/2019 à 16:02 | Mis à jour le 14/08/2019 à 05:04
Chien loup city Londres aventures de Vulric

Qui dit vivre dans une capitale dit passer beaucoup de temps dans les transports en commun, de longues journées dans un bureau ou encore avoir peu d'espace et de temps pour un animal de compagnie... Méfiez-vous de ces clichés qui ont la vie dure. A Londres, le champ des possibles est infini, même y vivre avec un chien-loup tchécoslovaque (CLT).

Comme la plupart des Londoniens, Vulric prend le métro pour se rendre au travail et retrouver les siens. Entre ses séances photos et son activité sur les réseaux sociaux, il a un emploi du temps bien chargé. Alors, après de telles journées, Vulric aime se détendre dans les innombrables parcs de la ville, aller au café, faire du shopping. En bref, profiter de toutes les richesses de cette capitale où les cultures se rencontrent, se mélangent et s'enrichissent. Autrement, il est assez maladroit. Parfois, il court trop vite et ne s'arrête pas à temps pour éviter un obstacle. Il lui arrive d'être têtu et de prendre toute la place dans le lit de Lora et son conjoint. Vulric est un chien-loup tchécoslovaque âgé de deux ans et il n'y a pas de doute à avoir, Vulric est un Londonien, un vrai.

« Les gens nous arrêtent beaucoup ! Parfois c'est un peu embêtant quand nous sommes en retard... Mais j'essaye de répondre le plus possible car je suis un peu pareille lorsque je vois des chiens. Et aussi parce que Vulric ressemble à un loup, il attire beaucoup l'attention, notamment dans le centre de Londres... Les réactions sont majoritairement positives ; la plupart des gens veulent le caresser ou prendre des photos de lui...».

Un loup à Londres, quelle drôle d'idée ?

Sa beauté, mais aussi et surtout sa ressemblance avec le loup intrigue et il n'y a pas un seul jour au cours duquel Lora ne manque à partager ses aventures et ses connaissances avec les curieux qui ont la chance de croiser sa route. Pour Lora et son conjoint, l'adoption de Vulric est le fruit d'une longue réflexion. Bien que très pris par leur travail, ce couple de Londoniens passe son temps libre à l'extérieur, à randonner et à s'essayer à de nouvelles activités. Leur désir était de trouver un chien qui s'adapterait à ce mode de vie trépidant.

« On parlait de prendre un chien pendant un certain temps mais on n'arrivait pas à se décider sur la race. Parce qu'on a toujours aimé les ''chiens de travail'', on a d'abord pensé aux bergers belges... Les bergers allemands, c'était hors de question parce que j'ai grandi avec l'un d'entre eux et pour moi, il est irremplaçable... Nous sommes allés au ''national petshow''. C'est là que nous avons découvert la race pour la première fois et où j'ai rencontré le père de Vulric. Nous sommes tombés amoureux de ce chien mais avant d'adopter, nous avons voulu nous informer davantage sur la race. »

Fugueurs, constamment en demande d'activité, indépendants, les CLT sont réputés pour être des chiens particulièrement difficiles à éduquer. Consciente de la dureté la tâche, Lora a décidé de relever le défi et a adopté Vulric deux ans plus tard. Mais le plus gros défi était sûrement de rester vivre dans sa ville de cœur et de la redécouvrir avec son compagnon à quatre pattes.

Chien loup city Londres aventures de Vulric

Des débuts difficiles...

« Nous adorons Londres, c'est une ville où on ne peut jamais s'ennuyer. Nous voulions y rester mais nous n'étions pas dans un appartement où les animaux étaient acceptés. C'était dur à trouver... Nous avons contacté de nombreux propriétaires. Nous avons même découvert que certains d'entre eux n'acceptaient pas les familles avec enfants. Je trouve que cela devrait être illégal ! Et puis il y a le problème de la taille de l'animal. Quand il réalisait qu'ils n'avaient pas affaire à un chihuahua, alors c'était fini. Finalement au bout de longs mois de recherches, nous avions trouvé quelque chose et le plus drôle c'est qu'aucun dommage n'a été causé par Vulric dans cet appartement. En tous cas, ce qui est sûr, c'est qu'il y aurait un potentiel de marché pour cette audience, celle des propriétaires d'animaux... ».

A Londres comme dans n'importe quelle grande ville, vivre avec son animal de compagnie sans être propriétaire reste le parcours du combattant et peut donc amener les propriétaires d'animaux à s'en séparer. Pour éviter ce scénario et faciliter les recherches d'appartement, certaines plate-formes à l'image de Movebubble ou de Spareroom se sont appliquées à développer leur réseau de propriétaires « petfriendly ». Idem, dans les lieux publics, la tendance « petfriendly » continue de frapper la capitale. De plus en plus de bars, de cafés, de restaurants et de centre-commerciaux acceptent les propriétaires et leurs compagnons et vont même jusqu'à proposer des événements rien que pour eux.

Chien loup city Londres aventures de Vulric

Vivre à Londres avec son animal : à quoi faut-il s'attendre ?

« C'est facile de trouver des endroits pour entraîner les chiens. Il y a de nombreux parcs et dans la plupart, les chiens peuvent se balader sans laisse. De plus, les règles y sont strictes donc ce sont des lieux très sûrs ; il n'y a pas de chiens agressifs. Les transports publics sont également gratuits pour eux. Je dirais donc que Londres est une ville très « petfriendly », mais elle reste très chère pour les propriétaires d'animaux. Les soins vétérinaires par exemple... Les prix sont vraiment exorbitants, c'est pourquoi je conseille à tout le monde d'avoir une assurance !».

Si Lora et son conjoint ont de longues journées de travail, ils font en sorte que jamais une seule journée ne se ressemble pour Vulric. Afin de préserver son équilibre, Lora alterne entre la garde, la maison et son lieu de travail. Et là encore, personne n'a pu résister très longtemps au charme de Vulric ; même ceux qui disaient avoir peur des chiens... Après sa journée de bureau, Vulric explore Londres avec ses maîtres. Vous aurez donc l'occasion de le croiser dans un parc, chez Joe and the Juice ou encore au Thomas Cubitt's pub de Victoria ; Vulric aka the wolfdog porte bien bien son nom et gare à ceux qui contrediraient ce fait : un loup peut bel et bien vivre heureux et épanoui dans la capitale britannique.

« Mon chien côtoie de nombreux parcs, interagit avec d'autres chiens ; il ne s’ennuie jamais. Certaines personnes qui vivent à la campagne ne sortent jamais leurs animaux. Après, je ne dis pas, il y a aussi de mauvais maîtres en ville. Leur vie peut être excitante dans les deux cas. Je pense juste que les critiques basées sur le lieu de vie d'un animal sont inutiles. Un chien n'a pas juste besoin d'espace, il a besoin qu'on l'aime et qu'on s'investisse pour lui ».

Pour suivre les aventures de Vulric :

wolfdogoflondon.com    #   instagram.com/wolfdog_of_london/

Chien loup city Londres aventures de Vulric

 

Pauline Géhant journaliste collaboratrice rédaction journal Londres

Pauline Géhant

Ex-étudiante en création documentaire, bénévole pour Médecins du monde, travaille dans les aéroports et les avions.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Melbourne Appercu
FAMILLE

Littérature enfantine : le top 6 des auteurs australiens

Votre petit se prépare pour son premier jour en crèche ou dans une maternelle australienne? Un petit tour d’horizon des livres pour enfants les plus populaires, écrits par des auteurs australiens.

Sur le même sujet