Lundi 25 janvier 2021

Le parcours du combattant pour passer Noël en famille en France

Par Pauline Berger | Publié le 02/12/2020 à 16:34 | Mis à jour le 03/12/2020 à 10:00
Photo : egor lyfar - unsplash
coûts transports voyage covid

On nous en aura mis des bâtons dans les roues ! Et ce n'est malheureusement pas terminé… Alors que la fin du confinement a été annoncée in extremis le 15 décembre dans l'Hexagone, la réalité économique à laquelle doivent se confronter désormais les voyageurs pose de gros problèmes.

Les chiffres sont authentiques : £537 pour un direct de Londres à Lyon Saint-Exupéry le 17 décembre. Aucun vol disponible entre Londres et Paris avant cette même date. Au delà de cette échéance, il faudra compter de 150 à 200€ pour voyager entre les deux capitales. Au lieu de survoler la Manche, vous seriez donc tenté par un voyage ferroviaire souterrain ? Nous sommes désolés de vous annoncer que cela ne changera pas grand chose, les trajets Eurostar Londres/ Paris se chiffrent à plus de 220€ tout au long du mois de décembre.

Les sudistes ne sont pas épargnés non plus. Ici encore, on ne blague pas : vous devrez débourser £693 pour voyager sans escale de Londres à Montpellier le 19/12. De toute façon, aucun vol n'est prévu avant cette date. Vous vous dites "j'ai le temps, je suis en vacances" ? Et bien vous ne trouverez aucun vol, même avec correspondance, jusqu'à Montpellier à moins de £300. Et attention, le plus exorbitant pour la fin : le seul vol direct Londres/ Marseille à partir du 17 décembre est à £804. Une petite remise est cependant disponible le lendemain : préférez £610 pour aller déguster la meilleure bouillabaisse chez Fonfon (testée et approuvée). Décidément, il ne fait pas bon être marseillais en ces temps de pandémie…

Une éthique qui pose problème

Après cette énumération, quoique le terme "exagération" serait plus approprié tant ces prix sont à la limite du croyable, il est nécessaire de s'interroger sur son côté éthique. Plusieurs dimensions posent problème : est-ce normal, après des mois de confinement durant lesquels il fut légalement impossible pour bon nombre d'entre nous vivant à l'étranger de retrouver sa famille dans son pays natal, de ne pas être capables de passer les fêtes de Noël ensemble, pour des raisons économiques cette fois ?

De nombreuses critiques contre la mise en place ou la prolongation d'un confinement ont été justifiées par la phrase "il est nécessaire de laisser l'économie repartir". Est-ce par conséquent normal que l'économie nous empêche de partir aujourd'hui ? Qu'elle nous contraigne de rester seuls chez nous durant cette période tant symbolisée par sa dimension familiale ? "Les gens sont pris en otage entre le désir de revoir leur famille et la réalité économique", l'a très bien résumé Laurent Colin, notre directeur de publication, alors que nous nous insurgions par messages contre ces coûts multipliés par 10.

Interrogations sur l'aspect sanitaire

Dans le même temps, nous sommes en positon de nous interroger sérieusement sur l’aspect sanitaire. Pour de nombreuses destinations, aucun vol n'est disponible avant la mi-décembre. L'affluence contrainte des voyageurs dans les aéroports londoniens rendra compliqué le respect des gestes barrières et de la distanciation sociale durant plusieurs jours. À quoi bon instaurer des confinements faisant couler des petits commerces parfaitement capables de faire respecter les mesures sanitaires dans leurs locaux, si c'est pour contraindre la population à s'agglutiner dans les moyens de transports pour Noël ? Nous le rappelions déjà la semaine dernière, de nombreux trains et vols sont annulés par les compagnies, remplissant les trajets restants au maximum, en total décalage avec l’obligation sanitaire actuelle.

Un Noël pas comme les autres

Les compagnies aériennes et ferroviaires profitent ouvertement du besoin naturel des familles de se retrouver pour Noël, après des mois de séparation. Bien sûr, le secteur du transport figure parmi les plus touchés par la pandémie, et des milliers de licenciements économiques ont dû être effectués. Néanmoins, faire payer aux voyageurs une perte de chiffre d'affaires démesurée me paraît particulièrement injuste, d'autant plus à cette période de l'année. Je le rappelle car cela me tient à cœur, Noël 2020 n'est pas un Noël comme les autres. Pour beaucoup, moi-même y compris, c'est le moment que nous attendons avec impatience pour retrouver nos proches. Nous avons fait l'effort pendant un an de ne pas nous déplacer comme bon nous semblait afin de nous protéger, et plus encore, de protéger les personnes autour de nous. Pourquoi réduire tous ces efforts à néant en diminuant considérablement le nombre de trajets ? Les facturer à un coût que beaucoup d'entre nous ne peuvent pas assumer, est-ce une alternative pour contraindre les voyageurs à rester chez eux ? L'éthique de celle-ci laisserait vraiment à désirer.

À tous les Français et francophones de Londres qui ne pourront pas se rendre en France à Noël pour les raisons énumérées auparavant, l'équipe de LePetitJournal.com Londres pense à vous. Comptez sur nous pour vous faire passer les meilleures fêtes de fin d'année possibles, grâce à nos bons plans, bonnes adresses, et autres recommandations farfelues, mais ayant toujours comme objectif de vous faire plaisir. Joyeux noël !

Pour ne rien perdre de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Coronavirus

Tout savoir sur les tests Covid-19 en Angleterre !

Quel test réaliser pour voyager entre la France et l’Angleterre ? Que faire en cas de symptômes du coronavirus au Royaume-Uni ? Quelle est la différence entre les tests PCR et les antigéniques ?

Sur le même sujet