TEST: 2269

Le monde sans Google ça donne quoi en fait ?

Par Marie Lagache | Publié le 15/12/2020 à 18:13 | Mis à jour le 16/12/2020 à 12:23
Photo : Man Chung-Unsplash
Panne Google Drive GMail YouTube Technologies

Une panne du système d'identification de Google a causé une panne générale des services de l’entreprise californienne ce lundi 14 décembre. Une opportunité de réfléchir à la place de ces technologies dans nos vies.

Lundi 14 décembre 2020, fin de matinée, la Terre s’arrête de tourner. En réalité, c’est juste Google qui ne fonctionne plus. Nous réalisons à quel point nous parlons désormais de la même chose. Nous paniquons car nous sommes privés de l’ensemble des services du géant du numérique pendant deux petites heures à cause d’un problème technique. GMail, Google Drive, et même Youtube, sont concernés par cette vaste panne, qui en révèle davantage sur nos personnes que sur la sécurité de l’entreprise californienne.

À l’époque du télétravail et du confinement pour une majorité de la population mondiale, cette panne provoque un coup d’angoisse chez les utilisateurs Google. Nous nous serions emballés tout autant avant la pandémie de Covid-19 car notre monde sur-connecté ne date pas d’hier. Imaginez-vous, plus personne ne peut traiter ses mails ou se détendre devant une vidéo YouTube. Tout du moins, personne parmi celles utilisant Google. Autrement dit, presque tout le monde !

Une pensée aux YouTubeurs qui en ce mois de décembre proposent des “Vlogmas”, vidéos tournées et postées chaque jour comme un calendrier de l’Avent pour leurs fans. Sans YouTube, plus de vidéos pour eux, plus de divertissement pour leur public. Mais, pour la plupart d’entre eux, la plateforme ne représente plus la partie la plus importante de leurs revenus. Donc leur vie aurait pu continuer tranquillement. Alors que pour le reste de la population ça se complique.

Beaucoup d’entre nous ont ainsi compris que sans Google ils n’avaient en réalité pas de plan B pour continuer à travailler ou vivre normalement. Nous avons été frappés soudainement par le nombre de services que nous utilisons tous les jours sans se poser de questions qui dépendent en réalité du géant du numérique. Dans notre monde ultra connecté, Google possède quasiment le monopole sur nos vies. Force est de constater malheureusement que nous pourrions difficilement faire sans aujourd’hui.

À l’exception de quelques rares individus mettant un point d’honneur à la protection des données personnelles ou les personnes en fracture numérique, nous devons un jour ou l’autre nous incliner face à Google. Être obligé d’utiliser Google Meet pour une réunion virtuelle, un compte GMail pour accéder au Drive de son école ou entreprise : toutes des actions souvent imposées par la société, mais qui nous poussent à dépendre techniquement de ce mastodonte du numérique.

Néanmoins, de plus en plus de critiques émergent sur notre dépendance générale à ces services numériques. Et pas que contre Google. Il faut ainsi attendre que notre film préféré soit retiré du catalogue Netflix, Amazon Prime ou Disney, pour réaliser que notre accès à la culture ne repose maintenant que sur les envies et sorties de ces plateformes, géants du numérique et disposant du monopole dans leur domaine elles aussi.

Ce phénomène s’observe aussi avec les modifications apportées à certains films. Quand Disney décide de censurer une partie d’un de ses longs métrages ou quand George Lucas change certaines scènes de ses Star Wars, les puristes dénoncent ces nouveautés, mais seuls ceux qui ont déjà acheté le DVD pourront revoir la version originale pour critiquer les changements.

Même problème pour l’industrie musicale. Si demain votre artiste favori retire une musique de Deezer ou Spotify pour quelconque raison, le seul moyen de la réécouter est d’avoir pensé à acheter le CD à sa sortie. Ainsi, les collections de vinyles ou de Blu-ray ne sont plus réservées qu’aux puristes, mais redeviennent à la mode. Quant au fait de juger si cette évolution est une mauvaise nouvelle ou non, il n’en ressort que de l’appréciation de chacun. Mais, il va de notre devoir à tous de savoir sur quoi, ou sur qui, reposent nos modes de vie. Nous nous retrouverons à la prochaine panne de Google, cependant n’attendez pas cela pour déconnecter et profiter de tout ce qui vous entoure !

 

Pour ne rien rater de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale