Le marché de l’hygiène en dégringolade : cela sent vraiment le confiné

Par Benjamin Wettling | Publié le 24/04/2020 à 14:05 | Mis à jour le 24/04/2020 à 14:13
Photo : Joshua Coleman - Unsplash
hygiène confinement sale laver

Le confinement a changé beaucoup de choses dans notre quotidien, notamment notre hygiène. Les confinés se lavent moins qu’avant et changent moins souvent de sous-vêtements.

C’est ce que déplore la marque de shampoing et de déodorants Unilever : depuis le début du confinement, les Britanniques se lavent moins et prennent moins soin d’eux en général. Un phénomène qui a été constaté en premier lieu par les supermarchés : les produits cosmétiques et d’entretien du corps ont vu leurs ventes s’effondrer. Les consommateurs se lavent moins souvent les cheveux, et beaucoup d’hommes ont arrêté de se raser selon un employé d’Unilever. Pourtant, en pleine période d’épidémie, il est plus important que jamais de se laver. Et c’est là le paradoxe. Les confinés se lavent très souvent les mains ou utilisent du gel hydroalcoolique pour se désinfecter, mais négligent le reste du corps.

Les hommes sont plus sales que les femmes en moyenne

L’institut de sondage français Ifop a rendu public ce mercredi les résultats de sa dernière enquête: depuis le début du confinement, les personnes sondées se lavent moins souvent qu’avant. Seulement 67 % des interrogés déclarent pratiquer une toilette complète tous les jours, contre 76 % avant le début du confinement. Si l’on se penche plus en détail sur les résultats, on peut constater une chose : les hommes se lavent moins que les femmes et changent moins souvent de sous- vêtements. Là où 74 % des femmes affirment se laver tous les jours, c’est le cas pour seulement 61 % des hommes. Et pour les hommes qui vivent seuls, on tombe à 49 % de douche quotidienne. Pour ce qui est des sous-vêtements, la tendance reste la même ! Avant le confinement, 73 % des hommes en changeaient tous les jours. Depuis le mois dernier, ils ne sont plus que 68 %, contre 91 % pour les femmes. Un sondage qui met clairement en évidence les changements de comportement des confinés, qui ne devraient (on l’espère !) pas se pérenniser.

 

Pour ne rien perdre de l'actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Sur le même sujet
Benjamin Wettling journaliste Londres

Benjamin Wettling

Étudiant en 3ème année à Sciences Po Aix. Passionné du septième art, mais pas quand c'est Neymar qui fait son cinéma à la Coupe du Monde.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale