TEST: 2269

Le gouvernement libère £20 millions pour les PME

Par Colin Porhel | Publié le 13/02/2021 à 14:10 | Mis à jour le 13/02/2021 à 14:10
Photo : Campaign Creators - Unsplash
aide économique entreprises

En réaction aux nombreuses critiques quant à l’aide apportée à l’industrie britannique depuis le Brexit, le gouvernement a annoncé, jeudi, des mesures de soutien aux PME (petites et moyennes entreprises).

 

Dans le détail, le ministre d’Etat au Bureau du Cabinet, Michael Gove, a promis la création d’un fonds de soutien de 20 millions de livres pour soutenir les entreprises vis à vis de leur adaptation aux nouvelles règles commerciales en vigueur avec l’Union européenne. Chaque société pourra demander une subvention d’une valeur maximale de 2 000 livres. « Grâce à ce nouveau financement, les petites entreprises bénéficieront du soutien dont elles ont besoin pour se préparer aux modifications des règles commerciales qui interviendront en avril », a ajouté le chancelier du duché de Lancaster.

 

Un geste insuffisant pour la survie des entreprises ?

Mais pour Shabir Djakiodine, expert-comptable à la tête du cabinet Euro Accounting Ltd, les mesures annoncées jeudi ne couvriront pas l’ampleur des pertes liées au Brexit. Parmi elles, « le coût du personnel engagé pour faire face au nouvel arsenal administratif », qui s’élève à près de 40 000 livres. « La semaine dernière, la BBC avait fait un reportage où elle montrait qu'une société devait compléter 71 pages de documents administratifs pour envoyer un camion de poissons du Royaume-Uni vers la France », a-t-il ajouté.

L’expert réclame notamment une aide fiscale, et notamment « une baisse du taux de l'impôt sur les sociétés », ainsi « qu’une réduction des charges sociales, salariales et patronales ». Selon lui, cette stratégie pourrait venir compléter la politique déjà mise en œuvre par le gouvernement, à savoir « l’accompagnement des entreprises par le chômage partiel et la distribution des aides non remboursables aux établissements en difficultés ».

Faute de protection supplémentaire, le Royaume-Uni risque de perdre en attractivité pour les investisseurs. Londres, place forte des services financiers en Europe, s’est récemment faite dépasser par Amsterdam en nombre d’actions boursières échangées.

 

Pour ne rien rater de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Colin Porhel - journaliste

Colin Porhel

Etudiant en troisième année de licence en Langues Etrangères Appliquées à l’Université de Brest Occidentale (UBO).
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale