Samedi 28 novembre 2020

La piétonnisation des rues de Soho : bonne au mauvaise idée ?

Par Pauline Berger | Publié le 23/10/2020 à 13:34 | Mis à jour le 23/10/2020 à 13:46
Photo : PetitJournal.com Londres
reportage piétonnisation rues soho

Nous sommes allés à la rencontre des Londoniens à Soho pour connaître leur avis sur la mesure de piétonnisation de certaines rues, notamment Greek Street, Bateman Street, Dean Street et Poland Street.

Celle-ci a pour but de permettre aux bars et restaurants d'accueillir un maximum de clients tout en respectant les règlementations sanitaires. Cela a été l'occasion de recueillir de nombreux témoignages sur la gestion de la pandémie en général par le gouvernement britannique, et sur les attentes des habitants envers les futures actions de celui-ci. Retour sur des avis très mitigés.

Le gouvernement à la rescousse du secteur de la restauration : satisfaction générale quant à la mesure de piétonnisation des rues

L'ensemble des clients et restaurateurs que nous avons interrogé à Soho se disaient satisfaits de la mesure en place depuis l'été 2020 dans 17 rues du quartier.

"Je suis content de la mise en place de cette mesure car beaucoup de clients ne veulent pas s'asseoir à l'intérieur. Elle me permet donc de continuer à les accueillir à l'extérieur", nous explique le patron du Limoncello Restaurante près de Greek Street.

Même réaction pour deux clients français interrogés à la terrasse d'un bar à Soho. "Il faut aider les restaurateurs, en plus, d'après les scientifiques, on attrape moins le covid-19 à l'extérieur."

L'aspect social de la mesure est également mis en avant par deux clients anglais. D'après eux, la piétonnisation des rues permet de retrouver le côté vibrant, énergique, et dynamique de Soho. "C'était très agréable quand il a fait chaud pendant cinq minutes, tout le monde était à l'extérieur. Les habitants ont eu un peu l'impression de retourner à la normale", affirme une cliente anglaise.

Néanmoins, un client nous explique que, selon lui, cette mesure aurait dû être mise en place dès la fin du confinement, et que les rues en question devraient toujours être piétonnes.

Des opinions négatives quant à la suffisance de l'aide financière nationale à destination du secteur de la restauration

Les habitants de Soho estiment pour la plupart que le gouvernement n'a pas soutenu suffisamment les professionnels de la restauration sur le plan financier. Alors que le patron du Limoncello Restaurante déplore une perte de plus de 50% de son chiffre d'affaires depuis le début de la pandémie, il nous apprend également qu'il n'a toujours pas reçu d'aide du 10 Downing Street. Il espère un soutien financier à hauteur de 75% de son chiffre d'affaires pour l'aider à payer les salaires de ses employés.

Un des proches du premier client français interviewé est restaurateur en France, et fait donc le parallèle avec le soutien financier qu'il a reçu dans l'Hexagone. "Il n’y a pas eu énormément d'aides en Angleterre si je compare avec la France et la crise en manière générale a été mieux gérée chez nous. Le gouvernement anglais est trop ambigu dans ses règles, il y a trop de va-et-vient, tout cela manque de clarté".

La santé mentale des habitants de Londres en danger ?

Un client d'un bar de Soho nous a partagé son avis quant aux conséquences des restrictions sociales mises en place pour lutter contre la pandémie. Il insiste sur l'effet négatif de ces dernières sur le moral et la santé mentale de la population, enjeu au cœur de la gestion de la pandémie d'après lui. Ce dernier devrait attirer l'attention des gouvernements du monde entier, plutôt que la dégradation de l'économie, selon ses dires.

"La gestion de la pandémie par le gouvernement a été terrible. Ils ont fait en sorte que les gens aient peur de simplement sortir à l'extérieur. Tous ces chiffres et ces graphiques ont des conséquences importantes sur le moral des gens, et sur leur santé mentale. C'est la problématique centrale à laquelle les dirigeants devraient s'attaquer, plutôt que dire à la population 'restez chez vous pour vous protéger'."

Ce client résume ainsi le débat central de cette pandémie, le conflit entre assurer notre sécurité ou notre liberté. De par les restrictions sévères mises en place à travers le monde, nos dirigeants ont clairement opté pour la sécurité. Ce choix est-il viable ? Chacun en pensera ce qu'il veut !

La peur d’un nouveau confinement ?

Nous le savons tous, le secteur de la restauration est considérablement impacté par le durcissement des mesures sanitaires dans le pays. Les restaurateurs avouent être assez craintifs quant à une potentielle fermeture des établissements dans les semaines à venir.

Un des employés du 40 Dean Street, restaurant italien de Soho, nous explique : “Oui, bien sûr, j’ai très peur pour l’avenir de notre restaurant. Mais ce qui me fait le plus peur c’est la fin de l’année 2020 car nous faisons généralement nos plus grosses recettes à Noël avec les Christmas parties. C’est quelque chose que nous allons perdre cette année, ce sont des revenus en moins.”

En effet, la menace d’une fermeture temporaire des établissements plane sur le secteur de la restauration depuis quelques jours. Les employés des restaurants et bars de Soho sont inquiets pour leur avenir, ils ne cachent plus leur mécontentement : “S’il y a un nouveau confinement, nous serons contraints de fermer ! Si tu ne peux pas payer ton loyer, tu dois te casser ou faire autre chose comme changer de carrière par exemple !” ajoute le jeune employé avant de poursuivre : “S’il y a une nouvelle fermeture des restaurants pendant deux semaines, ça va, nous tiendrons le coup, mais si c’est un mois, ça sera plus compliqué. Il faudra trouver d’autres moyens pour faire du profit comme la livraison à domicile.”

Cependant, d’autres gérants pensent que le gouvernement a raison et qu’il suivra ses recommandations à la lettre quoiqu’il arrive. Un restaurateur roumain de Soho nous confie : “C’est difficile pour tout le monde mais soyons honnêtes, l’Etat nous aidera tous. Si le gouvernement met en place un confinement ça sera dramatique mais je ne serai pas énervé et je ne peux pas l’être car le gouvernement est là pour protéger notre santé. Evidemment, ce n’est pas sa faute, il essaye de combattre l’épidémie comme il peut.”

Le couvre-feu à 22h est-il efficace ?

Néanmoins, la fermeture des restaurants et bars à 22h pose problème pour un bon nombre de clients. Ces derniers affirment que le couvre-feu ne permettra en aucun cas de ralentir la propagation du virus dans la capitale : “Le couvre-feu est absurde car tout le monde se retrouve dans le métro au même moment, je ne comprends pas pourquoi les heures ne pourraient pas être plus longues, il suffirait que les vérifications soient plus strictes.” rétorque une cliente anglaise.

Le couvre-feu serait même contre-productif pour le jeune employé du 40 Dean Street : “La fermeture des bars et restaurants à 22h constitue un vrai problème. Imaginez sur la rue, nous avons quatre restaurants, ici à l’intérieur nous avons 25 personnes, à côté ils en ont 50, le troisième restaurant peut accueillir jusqu’à 60 personnes et le dernier 30, pouvez-vous me dire combien de personnes seront dehors à 22h ? Plus d’une centaine à vouloir faire la fête !”

Ainsi, les restaurateurs et les clients s’accordent à dire que les contrôles sont insuffisants et que le respect des consignes sanitaires est très souvent bafoué par une partie de la population londonienne. Ils demandent au gouvernement de renforcer les services de surveillance pour lutter efficacement contre la transmission du virus dans la capitale : “Vous voyez encore des gens dans le métro sans masque, parfois, des policiers vérifient le respect des gestes barrières dans les transports en commun, mais cela est encore extrêmement rare”, répond à nouveau l’employé.

 

Pour ne rien perdre de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics.

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Nouvelle-Calédonie Appercu
SPORT

Wind-Surf : Sarah Hauser entre au Guinness World Records

La windsurfeuse Calédonienne Sarah Hauser entre au Guinness World Records pour la plus haute vague wind-surfée par une femme à 10,97 mètres de haut à Haiku, Hawaï, USA le 31 Décembre 2019.

Sur le même sujet