TEST: 2269

Jour 7 : Un pèlerinage rouge en terre basque

Par Luther Beaumont | Publié le 07/12/2020 à 19:18 | Mis à jour le 09/12/2020 à 21:38
Photo : Luther Beaumont
Avent vin calendrier

Noël approche et nous allons tous beaucoup trop manger. Alors pour ne pas avoir à grignoter les chocolats de l’Avent, la rédaction vous propose son propre calendrier de l’Avent. Tous les jours jusqu’à Noël, retrouvez au sein de nos articles quotidiens une fabuleuse histoire de vins.

Thibault Lavergne, notre conteur de vins, n’a probablement jamais aussi bien porté son titre qu’en ce septième jour de notre sublime calendrier de l’avent. Il nous fait entreprendre un véritable pèlerinage en direction de Saint Jacques de Compostelle. Mais avant de parvenir jusqu’à la crypte de la cathédrale du même nom, pas question de ne pas suggérer l’une de ses escales dont notre enchanteur a le secret bien gardé. Le voici qui nous fait faire escale au Pays Basque, à l’extrême sud-est de ce territoire de traditions anciennes, renouvelées et nouvelles, au sein de la Rioja Alavesa.

Un terme basque étape clé de notre chemin de croix

Notre mage s’est longuement attardé sur le nom de notre Domaine du jour : Ostatu. Cet intitulé tire son origine du mot latin “hospitum”, dont sont issus les termes français “hospice”, “hospitalité” ou encore “hôtel”. Où veut en venir Thibault Lavergne en nous révélant cela ? Quelle serait l’utilité d’un pareil indice dans l’évolution de notre chasse aux trésors viticoles ? La réponse réside dans l’un des plus monuments historiques français les plus prestigieux, véritable joyau de la Bourgogne : les Hospices de Beaune, qui sont également célèbres pour leur domaine viticole exceptionnel.
Le Domaine de l’Ostatu figure sur le chemin du pèlerinage de Compostelle. Notre sorcier oenologue précise : “depuis des siècles, les pèlerins font de cette maison de maître une escale incontournable”. Le sens de l’accueil a donc toujours fait partie intégrante de ce lieu fantastique. Les visiteurs d’aujourd’hui sont reçus de la même façon que pouvaient l’être les pèlerins il y de cela cinq siècles, d’où le nom Ostatu qui fut attribué et conservé à ce domaine. Sa signification : les Hospices. Et c’est en cela que demeure le lien entre ce majestueux Domaine viticole Basque, et notre somptueux domaine Bourguignon. Savoir recevoir et venir en aide ne constituerait donc pas un savoir faire exclusivement français. Dieu merci !

Une cuvée reflet d’une famille et d’une vigne basque de tradition

La famille Samanego qui a aussi donné son nom au village dans lequel se situe précisément le Domaine, travaille la vigne depuis plusieurs siècles. Leur philosophie se base sur le respect poussé à l’extrême de la terre, comme s’il était question de comprendre ce qui peut lier ces élixirs plein de magie avec la vie qui les entourent. La texture de l’hydromel proposé aujourd’hui est tout à fait comparable à un Bordeaux. Le final sec est vraiment traditionnel du Rioja, “c’est une très belle représentation de l’appellation” nous confie notre Wine Wizard. Le Tempranillo, grand cépage rouge de la Rioja et plus globalement d’Espagne, peut laisser exprimer tout son talent, sa grande fraîcheur, ainsi que son soupçon de tanin si subtil. N’hésitez pas à endosser votre tablier “d’asador”, rôtisseur dans notre parlé, pour accompagner ce doux breuvage d’exquises viandes grillées.

Sachez de plus chers lecteurs, que de par ce statut de fidèles à notre édition, vous bénéficiez d’une remise de 10% exclusive. Vous pouvez donc partir en quête de ce vin pour £13,50 la bouteille, au lieu de £15 habituellement. Pour ce faire, il vous suffit de contacter l’enseigne par mail en n’oubliant surtout pas de mentionner que vous faites partie du cercle des personnes qui nous lisent !

Vous pouvez aussi bénéficier de ce taux de remise préférentiel sur l’ensemble de la carte de vins proposée par The Wine Story Club !

Pour ne rien perdre de l'actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Sur le même sujet
Luther Beaumont journaliste Londres

Luther Beaumont

Prendre la decision de devenir journaliste demeure la concrétisation de ce que certains pourraient décrire comme une passion. Dans mon cas je la décrirais comme l'essence de ma curiosité.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale