TEST: 2269

Jour 24 : Au sommet de la montagne, le couronnement d’un roi

Par Luther Beaumont | Publié le 01/01/2021 à 18:18 | Mis à jour le 01/01/2021 à 18:29
Photo : Luther Beaumont
Thibault Lavergne The Wine Story Club Calendrier Avent Vins Champagne

Il était une fois le roi des breuvages. Ce vingt-quatrième et dernier conte de l’avent nous emmène tout près de Reims, la capitale du roi champagne et de sa fameuse cathédrale. En son sein furent couronnés les rois de France des années 1200 jusqu’à Louis XVI. Notre conteur de vins Thibault Lavergne couronne quant à lui aujourd’hui le plus majestueux des élixirs, en nous en faisant découvrir tous les rouages. Pour ce faire, il nous a fallu emprunter le si beau sentier menant au cru de la Montagne de Reims, situé dans le magnifique petit village de Villedommange. Nous avons pu rencontré le maitre vigneron Olivier Coulon. Encensé par notre Wine Wizard, ils nous ont révélé les secrets qui composent le couronnement d’un roi.

 

Une confusion sexuelle triomphe de l’ennemi

Nul suzerain ne pourrait se targuer de ne jamais avoir été menacé. Le peuple français demeure très familier de cet ennemi à la couronne. Les troupes de ce papillon tordeur de la grappe, dénommé Cochylis, sévissent lourdement sur l’ensemble du territoire de la champagne. Les éradiquer de par l’utilisation d’un trop plein de produits chimiques présenterait son lot de conséquences néfastes. Cette pratique fut donc remplacée par la mise en place de la confusion sexuelle par l’institut national de la recherche agronomique (INRA). Les secteurs touchés par ces attaques répétées vont être saturés en phéromones femelles. De la sorte, il deviendra bien plus difficile pour les mâles de l’espèce de trouver les femelles pour s’accoupler. L’impact de cette méthode sur l’environnement est infiniment moindre que la technique habituelle d’aspersion d’insecticides. Se devant d’être un exemple pour ses sujets, le roi des breuvages en sa région champagne est exemplaire dans l’application de cette technique alternative. Plus du tiers du vignoble champenois sont de nos jours “confusés”.

Ecorces d’arbres et de la pousse de bambous en guise de tapis rouge

Depuis le début de l’aventure entamée par The Wine Story Club, les chemins conduisant à la montagne de Reims n’ont cessé d’être arpentés par notre enchanteur. Les terres de la lignée Coulon s’étalent sur près de trois hectares. La beauté de ces coteaux nous laisserait presque sans voix. Chaque Coulon murmure avec les chevaliers cépages Pinot Noir, Pinot Meunier ainsi que Chardonnay depuis le XIXe siècle, tel que le veut la charte royale propre à cette appellation du roi champagne. Notre maître vigneron Olivier Coulon travaille très bien sa vigne. Il ne veut pas trop la traiter. En ce sens, des écorces d’arbres et de la pousse de bambous vont être parsemées entre ses rangs de vigne. L’herbe ne peut par conséquent envahir les lieux et la création d’un mucus guérisseur va pouvoir s’opérer. Véritable composte naturel, la vigne en sera comblée.

Une production très intime issue d’une glorieuse dynastie

Contrairement à la célèbre expression, notre mage oenologue est prophète en son secteur d’activité. Bien que demeurant désireux de promouvoir ses petits producteurs, il ne renie nullement la façon dont la notoriété de ce qui constitue selon lui la plus connue des marques françaises se trouve tirée vers le haut grâce à ses très grandes marques. Parmi ces très grandes enseignes, l’une des plus connues porte le nom très prestigieux de Krug. Sa réputation est planétaire, issue d’une maison familiale ancestrale de la région, qui appartient désormais au groupe LVMH. L’affaire familiale Coulon, productrice de notre vingt quatrième élixir de l’Avent, peut être fière d’être parvenue à acquérir les deux hectares de terres précédemment exploitées dans le village de Villedommange par ces piliers de notre patrimoine viticole. Nos pieds foulent donc un terroir fabuleux, qui appartenait il y a tout juste une génération à la cuvée des Krugs.

Cet hydromel au côté très épicurien

Notre marchand de vins magicien nous dévoile les raisons qu’ils l’ont poussé à choisir le champagne de la famille Coulon. En réalité, il nous révèle les dessous de sa propre dégustation. “L’avantage de cette potion, c’est que tu vas disposer d’une vraie fraîcheur sur le final, mais sans un trop plein d’acidité non plus” confie très tendrement Thibault Lavergne. Il insiste une énième fois sur cet équilibre si cher à son coeur. Il nous raconte une bulle qui permet de désaltérer tous les plus fidèles amateurs. Petite et chatoyante, elle serait comparable à une caresse. Véritable incantation en faveur d’un moment partagé exquis, ce qui fut d’abord et avant tout approché par notre brillant vigneron comme un très bon vin se fait couronner champagne roi du Wine Story Club. La plèbe s’étant déplacée pour ce couronnement succombera si volontiers à un deuxième verre de l’hydromel, car il nous faut célébrer le fondateur de ce club tout sauf privé, qui aura illuminé notre fin d’année de toute ses merveilleuses histoires de vins.

 

Sachez de plus chers lecteurs, que de par ce statut de fidèles à notre édition, vous bénéficiez d’une remise de 10% exclusive. Vous pouvez donc partir en quête de ce vin pour £26,55 la bouteille, au lieu de £29,50 habituellement. Pour ce faire, il vous suffit de contacter l’enseigne par mail en n’oubliant surtout pas de mentionner que vous faites partie du cercle des personnes qui nous lisent !

Vous pouvez aussi bénéficier de ce taux de remise préférentiel sur l’ensemble de la carte de vins proposée par The Wine Story Club !

 

Pour ne rien perdre de l'actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Sur le même sujet
Luther Beaumont journaliste Londres

Luther Beaumont

Prendre la decision de devenir journaliste demeure la concrétisation de ce que certains pourraient décrire comme une passion. Dans mon cas je la décrirais comme l'essence de ma curiosité.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale