Jour 23 : l’immortalité du marchand de vins

Par Luther Beaumont | Publié le 30/12/2020 à 09:30 | Mis à jour le 30/12/2020 à 09:30
Photo : Luther Beaumont
Marchand de vin londres

L’intrigue de notre vingt-troisième histoire viticole de l’Avent consacre notre conteur de vins Thibault Lavergne. Acquis à la cause du cercle de vignerons qu’il ne cesse de plébisciter en tant que marchand de leurs breuvages, le Wine Wizard a accepté de nous raconter sa cuvée.

 

Il était une fois en pays Bordelais un copain de l’école de viticulture, qui fit se rencontrer un couple de vignerons et un marchand, afin d’entériner la création d’un millésime à l’image de ce dernier. Son amour de la table, sa collection d’ouvrages littéraires, ou encore son écrivain favori ont été assemblés avec soin tout comme les chevaliers cépages Merlot et Cabernet Sauvignon, pour constituer le reflet de ce mage oenologue. Nous voilà membres Ad vitam aeternam de The Wine Story Club.

 

Grâce à Arnaud, la rencontre de Jérôme et Valérie

Jamais ils ne se perdirent de vue. Les deux copains apprentis sorciers de l’école du vin de Bordeaux sont toujours restés en contact, pour le plus grand plaisir de nos papilles. Alors que Thibault lui partageait ses envies de cette cuvée qui lui serait propre, Arnaud lui évoqua un couple de vignerons établi en Côtes-de-Blaye. S’appuyant déjà sur une belle réputation, l’approche de Jerôme et Valérie Eymas semblait correspondre aux aspirations de notre enchanteur.

Ce fut donc au détour d’un carrelet blanc, sur la route des deux Saint Palais, qu’histoire de refaire le monde le temps d’une anecdote, la rencontre s’opéra. La journée fut exquise, et le sujet fut lancé au beau milieu des discussions endiablées par le Wine Wizard. Très vite, les romantiques vignerons se montrèrent enthousiastes à l’idée de cette cuvée magique. Il n’en fallait guère plus pour voir nos protagonistes prendre la direction du chai, tout juste en fin de vinification.

La dégustation d’une trentaine de lots fut entreprise. Tout est débattu. Contenants, cépages, ainsi que températures donnent lieu à une multitude d’essais, à la recherche de ce futur élixir. La cuvée des enchanteurs trouve en cette rencontre la genèse de son histoire. Merci au fameux copain Arnaud pour avoir fait les présentations de tout ce beau monde.

 

Un hydromel créé pour nous enchanter

L’entre-deux parfait n’existe pas, tout du moins il fait figure de véritable utopie. Sans aller jusqu’à se pavaner d’y être parvenue, la cuvée élaborée par Thibault Lavergne ne déborde ni en légèreté, ni en puissance. Il a souhaité du fruit du vrai. Une qualité de vendange aboutie grâce à des chevaliers cépages bien mûrs. Messires Merlot et Cabernet Sauvignon sont présents respectivement à 85 et 15%. Il ne restait plus qu’à trouver la solution de la complexité.

Selon l’expérience de notre marchand magicien, l’utilisation de la barrique fait l’objet d’une figure de proue en pays bordelais. Son utilisation ne doit pas être systématique, mais la parcimonie de cette dernière doit permettre à un certain pourcentage de la potion de passer en bois. Il obtint ainsi davantage de densité, en nous révélant ces arômes grillés et vanillés. L’assouplissement des tannins s’en retrouve sublimé, et le breuvage gagne en charmante rondeur, pour devenir un enchantement de velouté.

En bon gaulois et tels nos illustres ancêtres, le Wine Wizard s’en ira donc quérir son bois chaque année dans la forêt de Tronçais, en plein coeur de l’Allié. La dégustation pourra s’entamer dès l’apéritif ou permettra d’accompagner les plats préférés du sud ouest, cette cuisine si chère au cœur de notre mage. L’étiquette est signée de Valérie Eymas, elle encense la magie de cette cuvée dont le nom ne pouvait impliquer qu’un seul enchanteur, mais plusieurs d’entre eux.

 

Un nom signé de son épistolier préféré

Échanger au quotidien avec un être si passionné de son métier, d’histoire et de littérature a constitué une quête merveilleuse. Ces contes de vins et de leurs terroirs ont permis bien souvent de maîtriser l’origine de leurs breuvages et de leurs intitulés. Mais, à contrario de ces congénères, la cuvée “les enchanteurs” réalisée par Thibault Lavergne est une création nouvelle entreprise par ses soins. Il nous a donc raconté l’histoire atypique de ce nom, ou plutôt l’histoire de son nom.

Pour ce faire, il s’est replongé dans l’une des œuvres de son auteur favori : le roman “les enchanteurs” de Romain Gary. 25 ans pourtant qu’il n’avait plus mis son nez dedans. Racontant les siècles traversés par une famille d’enchanteurs, au détour de rencontres avec Freud, Catherine de Russie, ou encore le père de l’écrivain Pouchkine… cet ouvrage aborde le thème de l’immortalité. L’idée qu’on ne peut pas détruire pour toujours ce que contiennent les livres prédomine.

Les bibliothèques regorgent de secrets et de messages subliminaux qui perdurent de génération en génération. “Quand bien même tu serais le meilleur écrivain, tu finiras pas disparaître" s’exclame Thibault, avant d’ajouter : “Mais tu vas vivre par delà la vie grâce à ton œuvre". Le nom de cette cuvée représenterait donc la pierre philosophale de notre conteur de vins, et ainsi d’accéder comme l’a écrit le poète anglais John Milton à une : “life beyond life”. Sans vous promettre l’immortalité, nous pouvons vous certifier que vous garderez en mémoire toute votre vie la dégustation de vin rouge divin.

 

Une offre privilégiée pour tous les lecteurs de notre journal

Sachez de plus chers lecteurs, que de par ce statut de fidèles à notre édition, vous bénéficiez d’une remise de 10% exclusive. Vous pouvez donc partir en quête de ce vin pour £16,10 la bouteille, au lieu de £17,90 habituellement. Pour ce faire, il vous suffit de contacter l’enseigne par mail en n’oubliant surtout pas de mentionner que vous faites partie du cercle des personnes qui nous lisent ! Vous pouvez aussi bénéficier de ce taux de remise préférentiel sur l’ensemble de la carte de vins proposée par The Wine Story Club !

 

Sur le même sujet
Luther Beaumont journaliste Londres

Luther Beaumont

Prendre la decision de devenir journaliste demeure la concrétisation de ce que certains pourraient décrire comme une passion. Dans mon cas je la décrirais comme l'essence de ma curiosité.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale