TEST: 2269

Jour 21 : Un résistant confie son plus beau Cahors à la reine

Par Luther Beaumont | Publié le 23/12/2020 à 12:31 | Mis à jour le 23/12/2020 à 12:43
Photo : Luther Beaumont
The Wine Story Club Thibault Lavergne Bernard Pons Malbec Domaine Château Pech de Jammes

Au coeur d’un amphithéâtre de verdure, notre conteur de vins Thibault Lavergne a prétendu supputer pour nous relater sa vingt-et-unième fable viticole de l’Avent. Mais qui serait en mesure de contester l’authenticité des incantations verbales d’un tel enchanteur (après tout) ? Une reine uniquement pourrait s’y risquer en réalité. Car c’est une souveraine qui fut parmi les premières personnes mises au parfum de la renaissance du Domaine du Château Pech de Jammes, à la cuvée exquise.

 

Lilibet, et Bernard Pons le résistant

Fallait-il avoir la capacité de se projeter dans une telle librairie, en l’occurrence il s’agit bien sûr de celle de notre magicien marchand d’élixir. En ce lieu réside les péripéties qui composent les merveilleuses histoires de ces terroirs au sein desquels nous nous aventurons. Sa majesté Elizabeth II est au coeur de ce récit fantastique. Le deuxième personnage de l’histoire est un homme politique français dont il faut se rappeler : Bernard Pons. Ses mémoires sont conservés dans un vieux grimoire de la bibliothèque ubuesque de notre enchanteur. Pons s’était engagé dans la résistance dès l’âge de 17 ans lors de la seconde guerre mondiale. Nos deux protagonistes se rencontrent lors d’une visite d’Etat effectuée en France par la reine d’Angleterre en 1972. Le président Pompidou demande alors à Bernard Pons d’être ce que notre mage oenologue décrit tel son chaperon. Pons devient en d’autres termes l’intendant du président tout au long du séjour de la reine.

Une entente complice synonyme d’un secret révélé

Pendant toute une semaine, ils parcourent ensemble les terroirs français, sous le joug du guide anciennement résistant. Leur entente fut si cordiale qu’au détour d’un trajet, la suzeraine décora dans l’intimité notre héros de guerre de la Croix de Victoria, la distinction militaire suprême de l’armée britannique. Deux mois plus tôt, notre français engagé s’était octroyé le Château Pech de Jammes, domaine viticole, et terre de la cuvée merveilleuse numéro 21, afin de le relancer. “Il fut question pour sûr de l’une des plus grosses décisions de sa vie”, affirme le Wine Wizard. Comment donc s’imaginer qu’il ne l’aurait pas partager avec la reine au bout d’une semaine passée si cordialement ensemble, va-t-il jusqu’à supputer. La monarque constituerait ainsi l’une des premières personnes au monde à avoir entendu parler de la renaissance de notre nouvel élixir de gala. Quant à la véracité de cette supputation de sorcier passionné de la vigne, il n’appartient qu’à nous d’en juger. Il ne serait pas surprenant d’apprendre un jour ou l’autre que Thibault Lavergne ait voulu en avoir le coeur net en allant voir qui de droit…

Un Domaine théâtre d’un Malbec ressuscité

Nous nous sommes de nouveau égarés volontairement dans le sud ouest de la France, pas très loin de la commune de Cahors. Cette appellation un peu ancienne, avait su retrouver petit à petit ses lettres de noblesse par l’intermédiaire d’une poignée de soldats vignerons dans les années 50. Le Château Pêch de Jammes existait déjà au XIXe siècle, mais il avait cessé de demeurer domaine viticole. Il aura donc fallu attendre les années 70, sous l’impulsion de notre fameux nouveau propriétaire Bernard Pons, pour que les vignes s’enracinent de nouveau au coeur de cet amphithéâtre de verdure. En 1982, la cuvée du Château Pech de Jammes, Grand Vin Seigneur, voit le jour pour faire l’objet près d’une quarantaine d’année plus tard de l’un de nos merveilleux conte de vins.

Un chevalier cépage presque noir

La singularité de l’hydromel dont nous nous abreuvons réside en son seul et unique chevalier cépage Malbec. Le mage oenologue nous précise que le Malbec est un cépage qui provoque des vins assez sombres quant à leur couleur. Les tannins de la potion sont soyeux. Ils participent à sublimer la matière et à maitriser la puissance. Que ce vingt-et-unième vin de l’avent est élégant. Cette cuvée s’ouvre sur des senteurs engageantes de fruits noirs épicés et vanillés, tout en se laissant bercer par des notes de cerise à l’eau-de-vie. L’hydromel est de caractère et elle n’aspire qu’à une chose, vous ravir. Pour ce faire, vous disposez d’une belle armurerie : pièces de viandes saupoudrées de sauce truffée, gros gibiers, cassoulets, ou confits de canards vous permettront de remporter votre réveillon de Noel haut la main.

 

Sachez de plus chers lecteurs, que de par ce statut de fidèles à notre édition, vous bénéficiez d’une remise de 10% exclusive. Vous pouvez donc partir en quête de ce vin pour £23,40 la bouteille, au lieu de £26,00 habituellement. Pour ce faire, il vous suffit de contacter l’enseigne par mail en n’oubliant surtout pas de mentionner que vous faites partie du cercle des personnes qui nous lisent !

Vous pouvez aussi bénéficier de ce taux de remise préférentiel sur l’ensemble de la carte de vins proposée par The Wine Story Club !

 

Pour ne rien perdre de l'actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Sur le même sujet
Luther Beaumont journaliste Londres

Luther Beaumont

Prendre la decision de devenir journaliste demeure la concrétisation de ce que certains pourraient décrire comme une passion. Dans mon cas je la décrirais comme l'essence de ma curiosité.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale