Jour 11 : Ce métayer rencontré sur les flancs de la colline Fleurie

Par Luther Beaumont | Publié le 11/12/2020 à 23:59 | Mis à jour le 12/12/2020 à 00:23
Fleurie commande vin londres

Bienvenue une nouvelle fois dans le monde merveilleux de notre conteur de vins Thibault Lavergne. Le onzième trésor viticole de notre insolite calendrier de l’avent réside en Beaujolais.

 

Terre du cépage chevalier Gamay, il se situe au sud de l’historique Duché de Bourgogne. De nos jours, les appellations Bourgogne et Beaujolais sont distinctes l’une de l’autre. Notre Wine Wizard nous l’a avoué : “j’aime beaucoup le Beaujolais”. Il nous décrit ses élixirs comme faciles à boire. Par delà les qualités de ces potions, notre Wine Wizard nous a parlé de ce bout de France avec tendresse, et nous vous conjurons de vous en délecter.

 

Un quelque chose de Toscane et des vignes taillées en gobelet

En regardant au loin, les ombres ou mirages de petites collines se laissent entrevoir. Sur les flancs de ces collines demeurent les plus grands crus guérisseurs de la région. Le paysage en deviendrait presque italien, le même qui procure sa beauté à la Toscane. Les grands crus Morgon, Chiroubles, ou Moulin-à-Vent n’ont jamais cessé de conquérir le coeur de tous les aventuriers marchands de ces breuvages divins. Dix appellations au total peuvent se targuer de ce titre de cru du Beaujolais si glorieux. C’est dans celui du Fleurie que notre Wine Wizard nous fait prendre une chambre d’hôtes. La même chambre d’hôtes dans laquelle il avait trouvé refuge il y a plus de quinze ans, au commencement de son épopée.

 

La colline de la Madone, son métayer Patrice Barraud

Au sommet de la colline la chapelle du même nom veille sur ces fidèles vignerons. Cette zone est un trésor du trésor, car elle est considérée comme l’une des toutes meilleures terres de l’appellation. Sur les flans de ces coteaux se présente en effet un chouia plus de soleil, avec un taux d’humidité amoindri juste ce qu’il faut. Ce vigneron au statut d’antan fut recommandé à coup de signaux de fumée auprès notre mage. La rencontre entre Patrice Barraud et Thibault Lavergne s’avèrera merveilleuse. Elle constitue pour notre mage oenologue un souvenir pas comme les autres, dont la pureté de la simplicité en détermine la rareté. “Chaque fois que je pense à ce vin, il y a Patrice Barraud derrière” nous livre-t-il.

Fleurie livraison vin Londres

 

Un hydromel gorgé de fruits issus de ces vieilles vignes 

Les vignes du domaine sont assez âgées. Elles flirtent avec le demi-siècle, et ne produisent pas énormément. Gare aux audacieux qui visitent la région en automne ou en hiver, après les vendanges. La vigne hiberne au point de se placer en repos végétatif, et sa survie en dépend ! Il ne reste donc que le squelette de cette vigne. La façon dont la taille s’effectue est appelée le gobelet. “On dirait une main qui sort du sol comme dans un véritable thriller” nous relate notre druide d’un ton envoutant.

Pour cette raison, à l’aveugle, ce Fleurie pourrait tout à fait se confondre avec du Morgon qui est admis comme le plus grand cru du Beaujolais. L’hydromel est vraiment comme du petit lait, tant il se boit avec facilité. Ses arômes de fraises et de cerises illustrant son aspect gorgé de fruits. Sa texture est légère et agréable. Quiches, petits fromages légers se marieront à merveille.

Fleurie livraison vin Londres

 

Sachez de plus chers lecteurs, que de par ce statut de fidèles à notre édition, vous bénéficiez d’une remise de 10% exclusive. Vous pouvez donc partir en quête de ce vin pour £17,10 la bouteille, au lieu de £19 habituellement. Pour ce faire, il vous suffit de contacter l’enseigne par mail en n’oubliant surtout pas de mentionner que vous faites partie du cercle des personnes qui nous lisent !

Vous pouvez aussi bénéficier de ce taux de remise préférentiel sur l’ensemble de la carte de vins proposée par The Wine Story Club !

 

Sur le même sujet
Luther Beaumont journaliste Londres

Luther Beaumont

Prendre la decision de devenir journaliste demeure la concrétisation de ce que certains pourraient décrire comme une passion. Dans mon cas je la décrirais comme l'essence de ma curiosité.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale