Peut-on partir “au pair” au Royaume Uni malgré le Brexit ? 

Par Natacha Marbot | Publié le 29/11/2022 à 17:59 | Mis à jour le 30/11/2022 à 12:34
Photo : © belchonock
partir au pair angleterre

 

Être jeune fille ou garçon au pair est une opportunité formidable qui s’avère souvent être un échange riche, autant pour le jeune que pour la famille qui l’accueille. Pour un ou une Française, aller quelques mois au Royaume-Uni “au pair” se faisait très facilement, notamment grâce à la proximité géographique avec la France. Cependant, le Brexit est venu tout compliquer. 

 

Le Brexit a beau avoir été voté en 2015, la période de transition a en réalité duré assez longtemps et a permis à beaucoup d’échanges de se faire. Depuis décembre 2021, le Brexit est réellement effectif, et a bouleversé tout le système “au pair”. 

Avant toute chose, le gouvernement britannique précise qu’il est interdit d’être employé au pair si vous n’avez qu’un visa de tourisme. S’il n’est plus aussi facile qu’avant de partir au pair pour un jeune, c'est pourtant toujours possible. Voici les conditions à suivre, selon votre situation. 

 

Peu importe d’où vous venez, le gouvernement britannique a mis à jour une liste de conditions que vous, et la famille qui vous accueille devront respecter. 

La personne au pair doit : 

  • Avoir une lettre d'invitation signée de la famille d'accueil qui comprend les détails de son séjour, par exemple l'hébergement, les conditions de vie, les heures de travail approximatives, le temps libre, l'argent de poche
  • Apprendre la culture de la famille d'accueil et partager sa propre culture avec eux
  • Avoir sa propre chambre privée dans la maison, fournie gratuitement
  • Prendre ses repas principaux avec la famille d'accueil, gratuitement
  • Aider aux travaux ménagers légers et à la garde des enfants environ 30 heures par semaine, y compris quelques soirées de garde d'enfants
  • Recevoir de l'argent de poche raisonnable (le site indique 90£ par semaine minimum)
  • Pouvoir suivre des cours dans un établissement local pendant leur temps libre si cela est convenu
  • Avoir le temps d'étudier et pouvoir pratiquer son anglais/français/autre langue avec la famille d'accueil
  • Partir parfois en vacances avec la famille d'accueil et aider à s'occuper des enfants
  • Pouvoir rentrer chez lui pour voir sa famille pendant l'année

Pour obtenir des informations supplémentaires et trouver une famille qui vous convient, vous pouvez aller visiter le site de la British Au Pair Agencies Association (BAPAA), celui de Au Pair World, ou encore celui de l’Union française des agences au pair. 

 

cabine téléphonique londres

 

Partir au pair pour les ressortissants français et européens 

Autorisation sans restriction pour les Européens ayant le pré-statut de résident permanent 

Jusqu’au 31 décembre 2020, il était possible de faire la demande du “pre-settled status, c'est-à-dire le pré-statut de résident permanent. Pour cela, il fallait vivre sur le territoire avant la date limite et avoir fait les démarches. 

Visa étudiant 

Cette option de visa est ouverte aux jeunes de tous les pays. Pour les jeunes participant à un cursus dispensé par un organisme de formation licencié (par exemple dans un cours de langue B2 ou supérieur), il peut être possible de travailler jusqu'à 20 heures par semaine en tant qu'au pair, en plus du cursus scolaire poursuivi. 

Attention alors à ce que la famille d’accueil respecte bien les horaires de vos cours, et ne vous surcharge pas de tâches. Pour les étudiants qui suivent des cours de langue anglaise pour 11 mois maximum, vous pouvez souscrire au Visa de courte durée. Si vous venez pour une formation d’études supérieures de plus d’un an, c’est le Visa étudiant standard qu’il vous faut. 

 

Être employé comme travailleur domestique est une dernière option, mais cela devient très complexe. Pour obtenir un visa de travail, il faut remplir un certain nombre de conditions détaillées sur le site gouvernemental. Vous ne serez alors pas “au pair”, mais employé. 

 

maisons anglaises

 

Être au pair pour les ressortissants extra-européens 

Visa étudiant

Cette option de visa est ouverte aux jeunes de tous les pays. Pour les jeunes participant à un cursus dispensé par un organisme de formation licencié (par exemple dans un cours de langue B2 ou supérieur), il peut être possible de travailler jusqu'à 20 heures par semaine en tant qu'au pair, en plus du cursus scolaire poursuivi. Pour les étudiants qui suivent des cours de langue anglaise pour 11 mois maximum, vous pouvez souscrire au Visa de courte durée. Si vous venez pour une formation d’études supérieures de plus d’un an, c’est le Visa étudiant standard qu’il vous faut. 

Visa Youth Mobility Scheme

Cette forme particulière de visa concerne uniquement les ressortissants âgés de 18 à 30 ans des pays suivants : Australie, Canada, Monaco, Nouvelle-Zélande, Saint Marin ou Islande. Pour les citoyens des pays suivants : Hong Kong, Japon, Corée du sud et Taiwan, il faut avoir fait l’objet d’une présélection détaillée sur le site du gouvernement. 

Dans tous les cas, vous devez avoir au moins 2 530 £ sur votre compte bancaire pour montrer que vous pouvez subvenir à vos besoins au Royaume-Uni.

 

Cas particulier : la République d’Irlande 

Pour les jeunes Irlandais, nul besoin de papier, de visa ou d’autorisation spécifique. L’accord signé entre le Royaume-Uni et la République l’Irlande en janvier 2020 l’assure. Il en va évidemment de même pour tous les Britanniques.

 

Pétition pour un Visa Jeunesse 

Fort affecté par le Brexit, le secteur des associations et entreprises qui mettent en relation jeunes et familles a lancé une pétition pour la création d'un nouveau visa, spécialement dédié aux jeunes. Celui-ci serait pour les jeunes de 18 à 30 ans, d'UE et du Royaume-Uni, pour une durée maximum de deux ans. Vous pouvez retrouver tous les détails de la pétition qui a déjà recueilli plus de 50.000 signatures sur le site change.org. 

natacha marbot

Natacha Marbot

Natacha Marbot, originaire de Rennes et diplômée d’un master de Relations internationale à l’Inalco en 2022. Russophone et spécialisée sur l’espace post-soviétique. Elle a rejoint l’équipe de rédaction internationale en avril 2022.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale