TEST: 2269

Coup dur pour les banques digitales

Par Paul Guianvarc'h | Publié le 29/04/2020 à 16:20 | Mis à jour le 29/04/2020 à 16:34
Photo : Austin Distel - Unsplash
banques digitales application

Les banques 100% digitales, appelées banques challengers au Royaume-Uni, subissent une forte perte de nouveaux adhérents depuis le début de la crise du Covid-19.

 

Les banques challengers, ou « neobanks », sont confrontées à une importante baisse du nombre de téléchargement de leur application depuis le début de la crise pandémique selon les données compilées par le cabinet expert en finances Finbold. La moyenne est une diminution de 23,38% entre février et mars. La plus utilisée par les Britanniques, Monzo, subit une chute de 36,12% avec 148 608 nouvelles installations contre 232 639 le mois précédent. Ces fluctuations sont bien loin de celles des derniers mois, en constante augmentation. Un retour en arrière pour ces banques digitales dont l’arrêt de l’expansion leur fait retrouver, globalement, les standards de nouveaux adhérents d’il y a un an. Cette baisse du nombre de nouveaux signataires est une surprise pour le cabinet en charge de cette étude.

Une chute surprenante… pas tant que ça

« Avec la propagation du virus, les transactions digitales devraient être le ‘go-to thing’ » estime Oliver Scott, rédacteur en chef de Finbold. Pas de distribution en personne de papier, ces banques offrent des services financiers digitaux et uniquement sur mobile. « Les attentes étaient de voir les gens et les entreprises se tourner vers des banques digitales », ajoute Oliver Scott. La raison de cette situation, selon Sarah Grotta, directrice du service de conseil au débit et produits alternatifs du Mercator Advisory Group, réside dans la façon dont les Britanniques utilisent ces banques. « Les consommateurs ouvrent des comptes dans les banques challengers en deuxième compte financier en étant à la recherche de meilleurs taux », explique-t-elle. Donc en ces temps troublés, les Britanniques vont privilégier la consolidation de leur compte principal dans une grande banque, apportant plus de sécurité, du moins psychologique, que de miser sur une banque challenger.

 

Pour ne rien perdre de l'actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Sur le même sujet
Paul Guianvarc'h journaliste

Paul Guianvarc'h

Etudiant en master à l'Ecole Du Journalisme de Nice, je suis passionné de cinéma, sport et littérature.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale