Une commerçante de South Kensington organise une grande collecte pour l’Ukraine

Par Laurent Colin | Publié le 05/03/2022 à 19:52 | Mis à jour le 06/03/2022 à 10:56
Mariana Eidelking organise une collecte pour l'Ukraine à South Kensington

Comment venir en aide au peuple ukrainien à Londres ? C’est la question que tout le monde se pose dans la capitale. La réponse est simple : en apportant ou en envoyant tout ce que vous pouvez à Mariana Eidelkind.

 

La terrible guerre qui se déroule en ce moment aux portes de l’Europe ne peut laisser personne indifférent. Et si nous pouvions tous suspendre nos activités quelques minutes pour essayer, à notre niveau, d’apporter notre soutien aux populations mises en péril ?

 

Les grandes organisations humanitaires prennent en charge les réfugiés ukrainiens à leur arrivée dans les pays limitrophes, mais il est bien plus difficile d’acheminer des vivres, des médicaments et des vêtements chauds pour des habitants et des combattants encore en Ukraine, et qui n’ont parfois plus rien.

 

Et pourtant, une solution très concrète existe pour aider les Ukrainiens

Secondée par d’autres bénévoles, Mariana Eidelkind, fondatrice du centre d’esthétique Oblique Beauty House à South Kensington, organise l’acheminement de denrées et de médicaments grâce à des convois privés. « Tout ce que nous collectons part en voiture directement à la frontière ukrainienne », confie Mariana. La jeune estonienne précise aussi que « sur place, l’armée ukrainienne prend en charge les marchandises pour les acheminer directement dans les villes et les hôpitaux les plus touchés par les combats. Ils nous indiquent alors en retour de quoi les populations ont le plus besoin et cela nous aide à préparer et adapter la livraison suivante ».

 

Un prochain convoi humanitaire partira jeudi 10 mars de Londres

Nous ne pouvons que vous inviter à réunir tout ce que vous pouvez et à le faire parvenir d’urgence à Mariana et son équipe. La commerçante estonienne a commencé cette opération dans sa propre boutique. « Je n’imaginais pas un tel élan de solidarité, aussi devant l’afflux de produits, j’ai dû trouver un lieu de collecte plus grand. Imaginez, vendredi dernier, ce sont six véhicules chargés à bloc qui sont partis en direction de l’Ukraine ! »

 

La collecte pour aider la population ukrainienne se déroule désormais comme cela :

• Vous pouvez faire livrer des colis directement via Amazon par exemple, à cette adresse : Arrival Ltd - Oblique Help - Beaumont House Kensington Village - Avonmore Road - London W14 8TS.

• Vous pouvez déposer vous-même les produits mentionnés dans la liste (voir ci-dessous) dans le local situé au 21 Harrington Road – London SW7 3EY.

Des bénévoles vous attendront sur place de lundi 7 mars à mercredi 9 mars de 9h à 19h.

 

 

Evidemment, nous comptons sur la communauté française pour soutenir ce bel élan de solidarité ! Nous serons certainement amenés à communiquer encore sur cette initiative, en fonction des besoins enregistrés par les chauffeurs à la frontière.

 

Collecte pou l'Ukraine à Londres, liste des produits indispensables

Deux autres manières d’apporter votre aide aux citoyens ukrainiens

Le « Disasters Emergency Committee » - groupe de coordination d'organisations caritatives britanniques – organise une collecte de fonds pour fournir une aide d’urgence à l’Ukraine. Vous pouvez verser 30, 50 ou £100. À noter que le gouvernement britannique s’est engagé à verser une livre sterling pour chaque livre collectée (dans la limite de 25 millions).

L’organisation internationale humanitaire Médecins sans frontières, fondée à Paris en 1971, attend également votre soutien. Plusieurs membres de MSF sont déjà sur place pour prêter main forte au secours locaux. C’est notamment le cas à Marioupol, une ville côtière située à l’est de la Crimée, sur la mer d’Azov.

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale