Mercredi 26 janvier 2022
TEST: 2269

Rangez vos mouchoirs : le challenge du No Nut November 2021 a commencé

Par Judith Chouzenoux | Publié le 01/11/2021 à 18:16 | Mis à jour le 10/12/2021 à 04:20
emoji aubergine pêche et eau

Vous en avez sûrement entendu parler si vous possédez un téléphone portable et un accès à Internet : le No Not November 2021 vient de commencer. Vous pouvez rassurer vos grand-mères, le projet ne consiste pas à abandonner le traditionnel rôti aux noix dominical. On parle ici de masturbation, ou plutôt de non masturbation.

 

En top des tendances Twitter depuis hier soir, le #NoNutNovember est un défi populaire sur Internet, qui a vu le jour au début des années 2010 sur des forums tels que Reddit et 4chan. Le challenge a gagné en popularité sur les réseaux sociaux après 2017, au point d’être devenu aujourd’hui un véritable phénomène mondial. L’objectif, peu conventionnel, a de quoi rendre fières les mamans les plus prudes de la planète.

 

Les règles sont simples : pas de masturbation, pas de relation sexuelle ou d’éjaculation, pendant les 30 jours qui composent le mois de Novembre. Le challenge ne sanctionne pas les érections, mais n’imaginez même pas vous soulager. Les règles précisent également qu’un rêve érotique est un écart qui peut arriver même aux meilleurs - mais faites en un second et vous serez éliminé. Pendant le No Nut November, l’abstinence est une fin qui doit vous poursuivre jusque dans les bras de Morphée. Pour gagner, il faut donc respecter une abstinence stricte, « nut » désignant familièrement l’éjaculation en anglais.

 

L’abstinence comme super-pouvoir

Ce challenge ne se limite pas à quelques gaillards qui décident de ne pas se masturber pendant un mois en attendant que la planète les félicite. Certains trouvent à ce mois d’abstinence de véritables vertus physiques et morales.

 

Lévitation, télékinésie, force surhumaine, certains hommes semblent persuadés que ne pas se toucher pendant quelques jours leur conférera ce genre de super-pouvoirs. En réalité, bien que les effets soient moins spectaculaires que ceux escomptés, certains participants affirment que la réalisation du No Nut November est réellement bénéfique pour leur santé et qu’elle témoigne d’une démonstration de volonté et de force d’esprit. Pris au sérieux, le défi peut effectivement devenir un moyen de lutter contre la dépendance au porno et au sexe.

 

Dans les colonnes de 20 Minutes, Stéphane Droupy, urologue et responsable du conseil scientifique de l'Association française d’urologie, a rassuré les participants en assurant qu’il « n’existe aucune étude qui montre que l’abstinence est mauvaise. » Le médecin ajoute même que cette dernière peut avoir des bienfaits sur le plan physique, mais aussi psychologique. Il explique que « retenir son éjaculation est très stimulant. » Ces monsieur peuvent donc se frustrer en toute liberté, et pourquoi pas en profiter pour développer des aspects plus romantiques et platoniques de leurs relations. 

 

 

Le Not Nut November oui, mais pour aller où ?

Ce challenge insolite n’a pas de but global, mais il est le fruit de multiples convictions et motivations intimes. Chaque participant cultive ses propres objectifs : se prouver qu’on en est capable, se retenir pour profiter plus pleinement la prochaine fois, chacun y va de sa signification personnelle. Certains utilisent le défi à des fins utiles et collectent des fonds pour la lutte contre le cancer de la prostate.

 

Et si par miracle votre mission vous réussissez, vous êtes déclaré vainqueur et êtes directement qualifié pour le « Destroy Dick December. » Mais ce challenge là, on vous le contera peut-être un autre jour.

 

Judith Chouzenoux - Journaliste Londres

Judith Chouzenoux

Etudiante à Sciences Po Aix, spécialiste de pas grand chose, curieuse d’à-peu-près tout.
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Varsovie
POLITIQUE

Pologne, la rentrée politique chaotique décryptée par Nicolas Maslowski, politologue

Affaire Pegasus, Nowy Ład, autoritarisme, révolution conservatrice, Union européenne, état de droit : états des lieux avec Nicolas Maslowski, politologue, sociologue et directeur du CCFEF à Varsovie