TEST: 2269

Qu’est ce que le Remembrance Sunday, la cérémonie que la Reine a manqué cette année ?

Par Judith Chouzenoux | Publié le 15/11/2021 à 17:48 | Mis à jour le 15/11/2021 à 17:58
Photo : Cross Keys Media - Unsplash
gerbes de coquelicots commémoratives

Ce dimanche 14 novembre, le Royaume-Uni a commémoré son Remembrance Sunday. Pour l’occasion, des millions de britanniques arborent un coquelicot sur leur veste, en souvenir de toutes les personnes qui ont donné leur vie pour le pays en tant de guerre.

 

En Grande-Bretagne, le Remembrance Sunday est célébré le deuxième dimanche de novembre le plus proche du jour de l’Armistice. Ce dimanche du Souvenir, qui marque la fin de la Première Guerre, est également l'occasion de se souvenir de toutes les personnes qui sont mortes pendant les guerres, pas seulement celle-ci. Le peuple britannique rend ainsi hommage à ses soldats morts lors de la seconde guerre mondiale, de la guerre des Malouines, de la guerre du Golfe et des conflits en Afghanistan et en Irak.

 

Chaque année, cette journée donne lieu à une commémoration nationale au cénotaphe de Londres, un mémorial situé dans le quartier du Whitehall. L’occasion pour les citoyens britanniques, la famille royale et les dirigeants du pays de se retrouver, afin de déposer des gerbes de coquelicots et respecter une minute de silence à 11h00.

 

D’où vient cette tradition commémorative ?

Le Royaume-Uni observa pour la première fois une journée de commémoration le 11 novembre 1919, lorsque le roi George V, le grand-père de la Reine, demanda à son peuple de respecter deux minutes de silence à 11h00 pour honorer les victimes de la Grande Guerre. Un an après la fin de la Première Guerre mondiale, le roi souhaitait que « les pensées de chacun puissent se concentrer sur le souvenir révérencieux des morts glorieux. » Des suites de la Seconde Guerre mondiale, les autorités anglaises instaurèrent en plus du Remembrance Day le Remembrance Sunday, un second jour de commémoration afin de commémorer, cette fois, les morts de toutes les guerres.

 

Les coquelicots ont eux aussi une signification particulière. Ces petites fleurs sont celles qui ont poussé sur les champs de bataille après la fin de la Première Guerre mondiale. Leur percée innocente, sur des terres ayant quelques mois auparavant accueilli le chaos, est relatée dans le célèbre poème de guerre « In Flanders Fields. »

 

La Royal British Legion, qui organise chaque année la campagne et la vente des coquelicots, affirme que le coquelicot rouge demeure un emblème du souvenir et de l’espoir. L’organisation explique que la fleur ne doit pas être considérée comme un symbole religieux ou politique. Elle estime que le coquelicot représente « les sacrifices consentis pour la défense de la liberté » et que « la décision de le porter doit être une question de choix personnel. » Les coquelicots sont rouges, mais il est également possible d’en porter des blancs, eux aussi symbole du souvenir, mettant l'accent sur la paix. Mais outre le port du coquelicot, il existe bien d’autres façons de commémorer ceux qui ont perdu la vie ou qui ont été touchés par un conflit. Cela peut par exemple passer par l’observation d’une minute de silence ou en faisant sonner une cloche.

 

Le Remembrance Sunday 2021

La cérémonie annuelle se déroulant au Whitehall a fait son grand retour en 2021, après que la pandémie de coronavirus ait limité le nombre d'anciens combattants tout en interdisant l’accès à la cérémonie au public l’an passé.

 

Cette année, des cérémonies aux monuments aux morts, cénotaphes et églises ont eu lieu dans tout le pays, ainsi qu'à l’étranger. Des membres actifs des forces armées, plus de 10 000 anciens combattants, des représentants des pays du Commonwealth et de hauts responsables politiques britanniques se sont retrouvés afin de défiler et de se souvenir sous le regard de la foule.

 

Boris Johnson, qui a déposé sa propre couronne de coquelicots, a salué un moment conçu « pour se rassembler et se souvenir de ceux qui ont tout sacrifié au service de notre pays. » Sir Keir Starmer, le leader du parti travailliste, s’est tenu aux côtés du Premier ministre et de ses prédécesseurs, John Major, Tony Blair, Gordon Brown, David Cameron et Theresa May afin de rendre cet hommage national.

 

À Liverpool, le 1er bataillon du régiment du Duc de Lancaster a défilé dans les rues avant que la ville n'observe les deux minutes de silence à 11 heures. Tout le pays est devenu silencieux, y compris le manager anglais Gareth Southgate et ses joueurs.

 

La reine absente des commémorations à cause de sa santé

La Reine était malheureusement absente aux commémorations du Remembrance Sunday ce dimanche, après s'être blessée au dos. Elle a laissé aux autres membres de la famille royale la lourde tâche d’honorer les morts britanniques. La monarque, qui a vécu la Seconde Guerre mondiale, est à la tête des forces armées et attache une grande importance à ces commémorations, qui saluent les sacrifices des militaires britanniques. Toujours présente dans le cœur de ses citoyens, l’interprétation du God Save the Queen durant l'office a été particulièrement forte et émouvante, la foule de spectateurs l'ayant rejoint avec enthousiasme.

 

Elizabeth II, aujourd’hui âgée de 95 ans, avait prévu d’assister à la cérémonie au cénotaphe de Londres, malgré l’ordre de ses médecins lui conseillant de se reposer après qu’elle ai passé une nuit à l’hôpital en octobre dernier. Buckingham a annoncé que la Reine avait pris la décision de ne pas assister à la cérémonie « avec grand regret » et qu'elle était « déçue » de devoir la manquer. Le prince de Galles a toutefois déposé une couronne en son nom sur le monument au mort.

 

Judith Chouzenoux - Journaliste Londres

Judith Chouzenoux

Etudiante à Sciences Po Aix, spécialiste de pas grand chose, curieuse d’à-peu-près tout.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale