Lundi 26 juillet 2021

Londres : à la rôtisserie Cocotte, le poulet du dimanche, c’est tous les jours !

Par Stéphane Germain | Publié le 30/05/2021 à 20:20 | Mis à jour le 30/05/2021 à 20:20
Photo : Cocotte Rôtisserie
Une table du restaurant remplie de plats et boissons différents

Lepetitjournal.com Londres continue de soutenir la réouverture des restaurants français au Royaume-Uni. Aujourd’hui, détour chez Cocotte, la “healthy rôtisserie” de la capitale britannique.

 

Entretien réalisé par Luther Beaumont.

Cocotte, c’est quoi ? Une rôtisserie réconfortante, avec le poulet comme élément phare, oui, mais pas que. Cocotte propose aussi des brunch, des petits-déjeuners, et des plats du midi ou du soir, toujours préparés façon healthy. Et le concept n’en finit pas de séduire : malgré le confinement, notre chère Cocotte a pondu deux nouveaux œufs à Londres. Deux nouvelles rôtisseries embaument désormais les rues de Parsons Green et de Queens Park, s’ajoutant aux établissements déjà présents à Shoreditch et à Notting Hill. Un succès pour ces restaurants du français Romain Bourrillon, trop heureux d’accueillir de nouveau ses clients en salle.

Sauvés par la livraison à emporter

Pour les établissements de Romain Bourrillon, Deliveroo aura été le moyen de poursuivre l’activité pendant la période de confinement. “La chance qu’on a eue avec Cocotte c’est qu’on est restés ouvert tout le long de la crise”, estime le jeune français. Par chance, le concept de Cocotte était facilement transposable en un format à emporter, ce qui a facilité la transition pour les quatre restaurants : “on avait un produit qui était déjà performant sur Deliveroo, alors on a envoyé et on a tout misé sur le format à emporter, et ça nous a sauvé” analyse le gérant.

Même lors de la réouverture des terrasses, le format à emporter a continué à battre son plein pour Cocotte, dont seul un des quatre restaurants bénéficiait d’une réelle terrasse pouvant accueillir des clients. “Mais on a eu les autorisations des councils pour ajouter quelques tables devant les autres restaurants, même ceux qui n’avaient pas de terrasse”, précise Romain Bourrillon, conscient malgré tout que Cocotte a “quand même réussi à garder une bonne partie de (son) staff grâce aux plats livrés à domicile”.

Audacieux, le gérant a même tenu à ouvrir deux nouveaux établissements pendant le confinement. Ces deux restaurants ont donc démarré à huis-clos, fonctionnant uniquement avec Deliveroo. “On était en train d’ouvrir et tout autour était en train de s’effondrer. Donc on a tout misé sur le format à emporter. Il valait mieux, quoi qu'il arrive, faire rentrer un petit peu plutôt que zéro”. Romain Bourrillon confie que, finalement, cette disposition s’est avérée la meilleure dans la mesure où il aurait été “trop difficile d’ouvrir en partant de rien au moment de la réouverture des salles.” Un pari relevé haut la main pour ces établissements qui ont su se maintenir à flot malgré la tempête. “C’était un grand stress, mais je ne regrette pas aujourd’hui” confie le gérant, soulagé.

La réouverture le 17 mai, “un challenge qu’on n’a jamais connu avant”

Si, pour Romain Bourrillon, la réouverture de ses quatre restaurants s’opère sans trop d’accrocs, la période annonce malgré tout son lot d'appréhensions et de journées interminables. “C’est un challenge qu’on n’a jamais connu avant”, admet le gérant, contraint à rouvrir avec une équipe réduite. Pour autant, Cocotte se félicite de n’avoir pas eu à tronquer trop conséquemment ses équipes. La réouverture se fait donc avec un socle solide et familier.

Plus d’heures ont été nécessaires pour cette réouverture puisqu’il y avait moins de monde pour exécuter le travail. Clairement, les équipes ont été très courageuses” souligne Romain Bourrillon, qui sait l’importance d’être bien entouré dans ces temps troublés. “J’ai la chance de pouvoir m’appuyer sur des gens avec qui je travaille depuis plusieurs années et avec qui il y a un vrai esprit de solidarité. Et heureusement ! Parce qu’à un moment, c’est vrai que j’ai eu un peu peur. Peur parce que le marché du travail a beaucoup changé”.

Ce ressenti est partagé chez les confrères français de Cocotte. Les gérants de La ferme London nous affirmaient eux aussi voir de réels changements sur le milieu du travail britannique. Principalement, c’est la main-d'œuvre qui viendrait à manquer : “Il y a un vrai shortage sur le marché du travail en ce moment parce qu’il y a beaucoup de restaurants qui ouvrent en même temps, et beaucoup de main d'œuvre qui a déserté Londres ou qui est en furlough. C’est la première fois qu’on a autant de mal à trouver du monde”, confie Romain Bourrillon.

Avis, donc, à celui ou celle qui chercherait un emploi dans la restauration : Cocotte recrute !

 

La façade d'une rôtisserie Cocotte
Cocotte Rôtisserie

 

“Etre entrepreneur c’est savoir réagir et trouver des solutions aux problèmes”

Pour s’adapter à la période, Cocotte a donc misé sur le format à emporter. Pour ce faire, Romain Bourrillon et ses équipes ont su réagir et ont adapté leurs propositions. “Pendant le confinement, on a innové en proposant le Coco bar qui offrait de la terrine, des cocktails déjà tout faits... J’avais aussi créé Coco and co qui proposait des produits pour le petit déjeuner. Tout ça, ce sont des stratégies mises en place pour continuer à vivre pendant qu’il n’y avait pas d’activité dans les restaurants à proprement parler.” En offrant une palette plus vaste de produits et de formules, Cocotte a fait peau neuve pour garder le lien avec sa clientèle.

Pour Romain Bourrillon, cette réactivité et cette résilience sont des qualités sine qua none au statut d’entrepreneur. “De manière générale, être entrepreneur c’est savoir réagir et trouver des solutions aux problèmes, trouver comment s’adapter”, assure-t-il. “On a visé juste dès le début : quand ça commençait à se dégrader l’année dernière, on s’est préparés en avance” explique le gérant, qui a su anticiper la situation au Royaume-Uni en gardant un œil sur les pays voisins. Voyant la vague arriver, l’anticipation et la créativité ont été les ingrédients qui ont permis de garder Cocotte sur pattes.

Aujourd’hui lancés, les quatre restaurants de l’entrepreneur français ont conservé certaines des nouveautés imaginées pendant le confinement. Chez Cocotte, il est désormais possible, par exemple, de retrouver une formule pour le petit-déjeuner. Cette période riche en émotions aura donc laissé une trace pérenne sur la carte du restaurant. La contrainte rend créatif !

Le poulet français mariné et rôti de chez Cocotte n’attend donc plus que ses clients pour être dégusté. Les frenchies nostalgiques de la cuisine de chez nous ne manqueront pas de retrouver le plaisir régressif du poulet du dimanche, ou celui, plus sophistiqué, des planches de charcuterie ou de fromage. Pour varier les plaisirs tout en faisant du bien à son corps, Cocotte propose aussi, par exemple, un taboulé de quinoa, un caviar d’aubergines, un bouillon de poulet ou encore des croquettes de foie gras et champignons.

Si vous n’êtes pas déjà en train de réserver votre table à la lecture de ces dernières lignes, c’est à n’y rien comprendre !

Où trouver Cocotte / Contact :

Notting Hill : 95, Westbourne Grove, W2 4UW
0203 220 0076

Shoreditch : 8, Hoxton Square, N1 6NU
0207 033 4277

Queen’s Park : 79, Salusbury Road, NW6 6NH
020 7625 6606

Parson’s Green : 271 New Kings Road, SW6 4RD
020 7610 9544

Site web : https://www.mycocotte.uk/
Instagram : http://instagram.com/cocotte_rotisserie

 

LePetitJournal.com Londres s’engage au côté des restaurateurs et entrepreneurs français. Tout au long du mois, nous proposons des portraits d’établissements français basés au Royaume-Uni. Ainsi, nous souhaitons leur apporter notre soutien et partager notre enthousiasme en cette période de réouverture. Tchin !

 

Nous vous recommandons
Stéphane Germain - Journaliste

Stéphane Germain

Rédactrice en chef associée LPJ Londres. Journaliste passionnée et inlassable curieuse.
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet