Jouer, c’est grandir : The French Camp ou l’animation vue par deux expats

Par Marie Benhalassa-Bury | Publié le 14/01/2022 à 11:56 | Mis à jour le 14/01/2022 à 12:24
Photo : The French Camp
Les enfants en plein jeu dans un parc

Découvrez le récit de Guillaume et Wail, deux professionnels de l’animation qui ont décidé de proposer activités et initiation sportive aux enfants de la capitale, à leur façon et dans un cadre bilingue.

 

Pourriez-vous nous présenter votre parcours de vie et comment en a découlé le projet the French Camp ?

Nous avons tous deux commencé à travailler dans l’animation très tôt, dès 2011 avec l’obtention du BAFA pour Guillaume. L’un a exercé directement dans le milieu associatif avant de devenir animateur puis directeur de colonie. L’autre jouissait déjà d’une forte expérience dans le milieu éducatif.

Ainsi en 2017, nos chemins se croisaient au CFBL (collège français bilingue de Londres) où nous exercions tous deux.

L’entente était bonne, nous avions les mêmes méthodes de travail… Bref, l’évidence s’est imposée à nous. D’autant plus que l’Angleterre valorise grandement les opportunités dans les domaines du multisports et de l’animation, contrairement au cas français. Ainsi, un soir d’octobre 2020, nous constations que, dans les faits, nous étions déjà très autonomes dans notre activité. Dès cette conversation, nous devenions en fait déjà entrepreneurs! Le soir-même, nous discutions d’un nom, d’un concept… La société voit le jour rapidement : le 22 mars 2021.

 

Guillaume et Wail
Guillaume et Wail

 

Quand proposez-vous les premières prestations ?

Dès avril 2021. Et elles ont très bien fonctionné, puisque les restrictions sanitaires ne s’appliquaient qu’aux voyages, et pas à la prise en charge des enfants. Victimes de notre succès, nous avons malheureusement dû refuser des familles dès le premier French Camp de Battersea. Nous avons loué la cour d’une école, endroit parfait pour mettre en place nos premières activités, de l’accrobranche, des jeux dans la cour… Le rendu était vraiment agréable pour les enfants et pour nous-mêmes.

Lorsque l’été arrive, nous en sommes déjà à 8 semaines d’expérimentation de The French Camp. L’entreprise fonctionne bien et nous nous y plaisons beaucoup, d’autant plus que le potentiel d’évolution est énorme. Or, beaucoup de familles étaient un peu éloignées : nous ouvrons donc l’antenne de Clapham en octobre 2021. Nous y louons un gymnase fantastique.

 

Quelles activités offrez-vous et à quels niveaux ?

Il s’agit de camps multisports au sein desquels nous prenons les enfants en charge jusqu’à 15h15.

La première heure est réservée à l’accueil des enfants. Ils ont un temps libre pour jouer et se rencontrer pendant que nous tâchons également d’avoir un premier contact avec chacun d’entre eux. À 10h15, nous réunissons tout le monde et annonçons le thème du jour, sachant que notre motto demeure toujours Playing is growing.

Ainsi nos priorités sont la sécurité, le jeu et enfin la dimension éducative. Il faut que les enfants repartent avec des valeurs, que l’on divise en différentes thématiques quotidiennes, sortes de fils rouges de nos journées. Par exemple, on commence généralement avec l’amitié : qu’est-ce que ça veut dire pour eux ? Pour nous ? Quels comportements civiques cela implique-t-il ? Ensuite viennent l’esprit d’équipe, le respect de l’autre, l’engagement… Il s’agit donc bien de mettre en pratique des valeurs de vie en communauté, au jour le jour.

À la fin de la journée, on élit des superstars qui seront les enfants ayant le mieux illustré la thématique de la journée, durant un temps de feedbacks pour tout le monde.

Ensuite, un peu d’échauffement ! Pour ce faire, nous mettons de la musique et proposons un temps de yoga aux enfants.

 

Du yoga?

Oui ! Un grand avantage est que l’on utilise des positions avec des noms d’animaux, ce qui les stimule d’autant plus. Et par-dessus tout, ça les détend ! On garde un temps de méditation à la fin, qui fait même du bien aux petits les plus hyperactifs!

En France, le yoga commence à s’implémenter dans les cursus. De nos carrières respectives jusqu’à maintenant, nous avons réalisé que ce sport fait vraiment la différence en termes d’étirements et de relaxation. Et cette génération a baigné dedans, la plupart des parents ayant déjà donné une forme d’initiation à leurs enfants. Le yoga est devenu une activité très réclamée dans notre camp !

 

Et le reste de la journée ?

Les activités peuvent ensuite débuter, elles diffèrent selon les journées. Il n’y a pas vraiment de niveaux prérequis mais plutôt une répartition en fonction de l’âge. Ainsi, les divers profils sportifs trouvent leur compte dans des jeux d’animation pure, tout comme dans une pratique sportive plus compétitive. Certaines journées sont consacrées à des activités ludiques particulières : chasse au trésor, olympic games… L’essentiel étant qu’à chaque activité, les enfants peuvent donner des idées de variantes, être force de proposition.

 

D’ailleurs, leur parlez-vous en français ou en anglais ?

Les deux ! Le centre est complètement bilingue, et nous recrutons des coachs aussi bien anglophones que francophones. La magie étant que les enfants alternent eux-aussi spontanément dans leurs échanges aussi bien entre eux qu’avec nous.

Après, nous nous adaptons toujours individuellement dans la mesure où les parents peuvent avoir des demandes spécifiques. Si les enfants évoluent au quotidien dans un milieu plutôt anglophone, les parents nous demanderont souvent de pratiquer un peu plus le français, et vice versa. Le bilinguisme, au fond, est pour nous autant une priorité que les activités multisports, et elle se reflète d’ailleurs jusque dans le nom.

 

Quelle approche avez-vous auprès des enfants pour les mettre à l’aise ? Notamment auprès des enfants les plus réticents ?

Déjà, les tranches d’âges doivent être cohérentes : un petit de 5 ans ne sera pas forcément à ses aises avec un pré-adolescent de 10 ans. Ensuite, il faut optimiser le ratio enfants/coachs, ne surtout pas rentrer dans une logique d’ « usine ». On a 10 enfants pour un coach. Nous ne sommes pas une colonie de vacances ! Ce qui nous permet, dès le premier jour, de connaître tous les enfants, leurs activités préférées, leurs personnalités respectives…

Ensuite, il ne faut pas avoir peur du ridicule, voire de jouer l’idiot pour mettre en confiance les enfants, et qu’eux-mêmes se sentent prêts à s’amuser sans crainte du regard des autres.

 

Quels sont les tarifs des différentes activités ?

Nos tarifs s’élèvent à £40 la journée, et £170 la semaine en extérieur, ou £50 ou £180 en intérieur. Nous sommes donc très abordables comparément aux prix du secteur !

À noter que nous sommes en train d’ouvrir un troisième site entre Hampstead et Kentish Town pour les prochaines vacances scolaires de février (du 14 au 28 février), suite à la demande des parents plus éloignés de nous encore ! Clapham et Battersea fusionnent et centralisent désormais ainsi la demande du Sud de Londres.

 

Marie Benhalassa - Journaliste Londres

Marie Benhalassa-Bury

Etudiante à Sciences Po Aix, curieuse de tout, ancienne expatriée à Brighton avant de rejoindre l'équipe de rédaction de Londres
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale