À 81 ans, Nick Gardner escalade les pics écossais pour sa femme malade

Par Judith Chouzenoux | Publié le 04/10/2021 à 12:38 | Mis à jour le 05/10/2021 à 11:12
montagne

Nick Gardner, 81 ans, s’est mis au défi d’escalader les montagnes écossaises de plus de 1000 mètres pour soutenir sa femme malade atteinte de la maladie d’Alzheimer.

 

L’histoire commence en 2018. Janet Gardner, ancienne enseignante atteinte d’ostéoporose, est diagnostiquée de la maladie d'Alzheimer. La maladie neurodégénérative, qui entraîne la perte progressive de la mémoire, pousse le couple à quitter la banlieue anglaise pour s'installer dans un coin reculé des Highlands écossais.

 

Malheureusement, l’état de Janet ne s’améliore pas et elle doit désormais être soignée 24 heures sur 24 dans une maison de repos. La séparation avec sa femme a complètement dévasté Nick Gardner. "C'est devenu trop difficile à gérer pour moi, quand elle a été hospitalisée et soignée.... Je ne savais pas quoi faire. Nous avons été habitués à la compagnie de l'autre 24 heures sur 24 pendant 30 ans. Et tout à coup, tout a disparu", a-t-il déclaré.

 

Un défi pour tenir le coup

Désemparé par la situation, Gardner a compris qu’il aurait besoin d’un défi pour l’aider à faire face. Le challenge est colossal : à 81 ans, Nick a décidé d’escalader les 282 « Munros » d’Écosse, soit les montagnes de plus de 1 000 mètres environ, en 1200 jours maximum. À ce jour, l’alpiniste en a déjà gravi plus de 87. L’escalade est devenue pour lui bien plus qu’un simple rêve d’enfant, elle lui sauve la vie. Il a déclaré que faire de l'escalade lui a permis de se « recentrer dans une certaine mesure », et qu’il fallait qu’il « trouve quelque chose de ce type » car il aurait sinon eu « des problèmes de santé mentale » face aux problèmes de santé de sa femme.

 

Au sommet du Buachaille Etive Mòr, une montagne du massif écossais des Highlands avec un pic culminant à plus de 1 020 mètres d’altitude, Nick admire les paysages et les lochs balayés par les vents. L’homme a l’impression de vivre une nouvelle jeunesse : « c'est tellement excitant à chaque fois que je me sens encore comme un petit garçon (...) J'ai besoin de mon chapeau, de mes gants et de ma veste coupe-vent, mais c'est absolument magnifique. Je préfère de loin être ici que dans le confort d’une maison à chauffage central. »

 

Une collecte de fonds directement dédiée à l’amour de sa vie

Pour Nick, le défi est à la fois sportif et symbolique : en plus de repousser ses limites, l’alpiniste collecte des fonds en l’honneur de Janet, qu’il reverse aux organisations caritatives Alzheimer Scotland et Royal Osteoporosis Society. Le papy sportif est depuis devenu un adepte des réseaux sociaux où il publie ses progrès sur Facebook et Instagram.

 

 

Sur sa page web, on peut suivre l’évolution de la collecte de fonds. Cette dernière a déjà récolté plus de 30 000 livres sur un objectif de 40 000. La plupart des dons proviennent de personnes qu'il a rencontrées sur le flanc de la montagne et qui ont été touchées par son projet. Il faut dire que le projet impressionne : "Je crois que c'est à la troisième montagne que j'ai gravie que j'ai discuté avec d'autres alpinistes et que j'ai mentionné par hasard ce que je faisais pour ce défi. Et ils n'arrivaient pas à y croire... Ils étaient stupéfaits", confie Nick.

 

Vous pouvez soutenir Nick et Janet Garden en participant à leur cagnotte dont les fonds seront reversés à Alzheimer Scotland et Royal Osteoporosis Society en cliquant : ici

 

Judith Chouzenoux - Journaliste Londres

Judith Chouzenoux

Etudiante à Sciences Po Aix, spécialiste de pas grand chose, curieuse d’à-peu-près tout.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale