TEST: 2269

Boris Johnson, accusé de menacer la santé des employés britanniques

Par Charles Flageul | Publié le 04/09/2020 à 19:08 | Mis à jour le 16/11/2020 à 17:56
Photo : Annie Spratt Unsplash
boris Johnson menace santé

Récemment, une campagne publicitaire lancée par le gouvernement encourageait les Britanniques à renoncer au télétravail pour retourner aux bureaux. Suite à la promotion de la campagne, le gouvernement a été jugé incapable d’assurer la sécurité des employés britanniques sur leurs lieux de travail.

 

Le groupe scientifique, Independant Sage, s’avoue être sceptique quant à un retour éventuel des employés sur leurs lieux de travail. Surpris par la décision précipitée du gouvernement, il a annoncé vouloir mener des inspections quotidiennes dans toutes les entreprises pour voir si les gestes barrières sont bel et bien respectés par les salariés. Selon le groupe, tous les bureaux du pays devraient être préparés à accueillir leurs employés en respectant les distanciations sociales, chose que le conseil scientifique a du mal à coire.

Très critiques vis-à-vis du gouvernement de Boris Johnson, ces scientifiques s’inquiétent de voir que la campagne a été lancée au même moment que le retour à l’école et à l’université des jeunes étudiants britanniques. De plus, la campagne publicitaire intervient au moment où la Grande-Bretagne subit une nouvelle recrudescence de cas de coronavirus sur son territoire. La Commission de l’égalité et des droits humains de Grande-Bretagne a déclaré elle-même ne pas approuver les méthodes du gouvernement en disant que cela pourrait lourdement pénaliser les handicapés et les personnes vulnérables.

Chris Whitty, médecin britannique, a longuement stipulé que la Grande-Bretagne avait atteint une limite et que certains restaurants, cafés et bars devaient fermer progressivement. Malgré ses avertissements, le gouvernement incite aujourd’hui les salariés britanniques à retourner travailler dans leurs entreprises.

Ce Vendredi, les syndicats britanniques ont également tenu à rappeler au gouvernement que les garde d’enfants pourraient poser problème à de nombreux salariés. Avec le confinement, les employés britanniques ont souvent dû alterner vie de famille et télétravail. Mais le retour à la réalité semble être plus difficile que prévu car plusieurs parents auraient du mal à trouver des nourrices pour garder leurs enfants l’après-midi ou le soir.

Le secrétaire général du TUC (organisation fédératrice des syndicats britanniques) accuse le gouvernement de mener une campagne précipitée et irréfléchie plutôt que de fournir une réelle assistance aux salariés. Il déclare que les Britanniques doivent avoir le choix entre travailler chez eux ou travailler dans l’entreprise. Ils ne doivent en aucun cas être forcés à retourner sur leurs lieux de travail. Pour lui, le gouvernement ne prend pas en considération les problèmes personnels que cela peut entraîner.

 

Pour ne rien perdre de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics.

Sur le même sujet
Charles Flageul - Journaliste Londres

Charles Flageul

Étudiant en Troisième Année à Sciences Po Aix, je me destine au reportage vidéo.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale