Samedi 27 novembre 2021
TEST: 2269

Alexandre Holroyd : « L’élection consulaire gagne à être connue »

Par Colin Porhel | Publié le 15/04/2021 à 14:26 | Mis à jour le 19/05/2021 à 20:39
Un homme est debout face à un pupitre

Les élections consulaires, qui auront lieu le 30 mai prochain au Royaume-Uni, représentent un moment important dans la vie démocratique française. Dans un entretien accordé à Lepetitjournal.com, Alexandre Holroyd, député de la troisième circonscription des Français de l’étranger (Europe du Nord), revient sur ce scrutin encore trop méconnu.

 

Comment les citoyens établis hors de France sont-ils représentés politiquement ?

« Les Français de l’étranger ont la chance de profiter d’une représentation politique complète, un avantage dont ne jouissent pas les expatriés de tous les pays. La France constitue l’un des seuls Etats dans lesquels les citoyens établis hors du territoire possèdent trois niveaux d’élus différents. Ils ne sont donc pas lésés par rapport aux Français habitant en métropole ou dans les territoires d’Outre-mer. Ils bénéficient de la présence d’élus locaux, incarnés par les conseillers des Français de l’étranger, mais aussi d’élus nationaux, à l’image des députés et des sénateurs. Enfin, ils peuvent, bien évidemment, voter à l’élection présidentielle. »

 

Quelles que soient leurs convictions politiques, j’encourage les Français à voter. Les élections consulaires sont essentielles dans le fonctionnement de la démocratie

 

Comment expliquez-vous le traditionnel faible taux de participation aux élections consulaires (seulement 11,38 % de participation dans la circonscription de Londres en 2014) ?

« Cette élection gagne à être connue. Par définition, les expatriés français ont moins de liens avec la presse politique nationale et l’élection consulaire souffre de cette réalité. Les élections municipales ou régionales en métropole, par exemple, bénéficient d’une très grande couverture médiatique pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. De fait, la relation de nos concitoyens établis hors de France avec les échéances électorales s’en retrouve distendue. Si, à Londres, l’importante densité de la communauté française permet à l’information de circuler rapidement, les citoyens habitant dans des régions plus reculées sont quant à eux moins susceptibles d’entendre parler des élections consulaires. Quelles que soient leurs convictions politiques, j’encourage les Français à voter. Les élections consulaires sont essentielles dans le fonctionnement de la démocratie. »

 

Du fait de leurs relations privilégiées avec les institutions nationales, ils jouent également un rôle d’intermédiaire entre les Français et les autorités, ainsi qu'avec les élus nationaux

 

Justement, quel est le rôle des conseillers des Français de l’étranger ?

« En tant qu’élus de proximité, ils sont d’abord chargés de se pencher sur des problématiques locales. Des choix importants leur incombent, notamment en ce qui concerne le versement des subventions aux associations, ou la répartition des bourses scolaires. Du fait de leurs relations privilégiées avec les institutions nationales, ils jouent également un rôle d’intermédiaire entre les Français et les autorités (Consulat ou Ambassade), ainsi qu'avec les élus nationaux. En plus de ces prérogatives locales importantes, les élus consulaires ont également une dimension nationale essentielle puisqu’ils élisent, conjointement avec les onze députés, les douze sénateurs des Français de l’étranger. De façon indirecte, ils sont donc amenés à choisir une orientation politique nationale par le biais de l’élection sénatorial, dont ils composent l’écrasante majorité de l’électorat. »

 

Pour pouvoir y participer, les Français de l'étranger peuvent s'inscrire sur les listes électorales jusqu'au vendredi 23 avril au plus tard

 

Quelles démarches doivent suivre les électeurs pour pouvoir voter aux prochaines élections consulaires ?

« L’élection aura lieu le 30 mai prochain (le 29 mai en Amérique). Pour pouvoir y participer, les Français de l’étranger peuvent s’inscrire sur les listes électorales jusqu’au vendredi 23 avril au plus tard. De façon tout à fait pratique, les électeurs sont, cette année, assurés de pouvoir voter à distance, sur internet. Déjà mise en place pour les élections consulaires de 2014, la mesure n’avait pas pu être reconduite pour les législatives de 2017. Grâce à ce système, les électeurs pourront voter pendant cinq jours consécutifs, du vendredi 21 mai au mercredi 26 mai. Pour en bénéficier, il suffit de fournir aux autorités une adresse électronique ainsi qu’un numéro de téléphone valides. »

 

Une liste qui obtient 30% des suffrages remportera plus ou moins 30 % des sièges

 

Comment va se dérouler le scrutin ?

« Le Royaume-Uni compte deux circonscriptions. La première regroupe l’Angleterre et le Pays de Galles. Neuf conseillers ainsi que onze délégués consulaires y sont élus. Dans le même temps, trois autres représentants sont élus par les Français de la circonscription d’Edimbourg. Les candidats sont élus suivant une méthode proportionnelle un peu compliquée (scrutin plurinominal proportionnel à la plus forte moyenne). Pour schématiser, une liste qui obtient 30% des suffrages remportera plus ou moins 30 % des sièges. »

 

Combien de candidats ambitionnent de remporter les élections consulaires sur la circonscription de Londres ?

« Huit listes ont été déposées pour la circonscription londonienne. La grande majorité des candidats sont des personnes engagées depuis de nombreuses années au sein de la communauté française, dans le milieu associatif local ou qui ont un engagement politique de longue date. »

 

Les électeurs méritent d’avoir une idée des orientations politiques des différentes listes. C’est une question de transparence et de clarté vis-à-vis des Français

 

Tous sont-ils affiliés à un parti politique ?

« Cela dépend des cas. Certaines le sont clairement, d’autres soutiennent officieusement mais directement des élus, enfin, d’autres sont apolitiques. C’est là une question qui me parait très importante. Les conseillers des Français de l’étranger seront amenés à faire un choix de politique nationale important en élisant les sénateurs. Il me semble que les électeurs méritent d’avoir une idée des orientations politiques des différentes listes. C’est une question de transparence et de clarté vis-à-vis des Français. Ce n’est en aucun cas une obligation juridique, mais elle me semble être une condition au renforcement de l’adhésion à cette élection importante. »

 

>> La rédaction vous présentera prochainement les huit listes candidates aux élections consulaires dans la circonscription de Londres.

 

Pour ne rien rater de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Colin Porhel - journaliste

Colin Porhel

Etudiant en troisième année de licence en Langues Etrangères Appliquées à l’Université de Brest Occidentale (UBO).
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet